Réflexions sur mon état de "vieille dame".

La vieillesse

Réflexions sur mon état de "vieille dame".

Ecrit par l'Ordissinaute Paule Husson - 1

Pourquoi ce mot nous est-il si désagréable à entendre ?
La vieillesse n'est pourtant que l'aboutissement d'un cycle de vie et devrait nous réjouir car, si nous sommes vieux, si l'âge nous a marqué souvent méchamment, nous sommes toujours là !
Certes, nous regrettons nos jeunes années, le temps où tout nous paraissait possible, où nos rêves les plus fous nous paraissaient réalisables, ces temps où nous n'avions pas le temps d'attendre de prendre de l'âge.
Quelle rage nous poussait, enfants et ados, à vouloir atteindre la majorité : quand je serai majeure ..." clamait-on, sans nous douter que nous allions surtout vers les difficultés, pour ne pas dire les ennuis. Aujourd'hui, nous sommes non seulement majeurs, mais nous sommes vieux, vieille, et pour moi,heureuse de l'être malgré les caprices du corps, ses exigences, ses entraves à la liberté d'action !
"Oh vieillesse ennemie !" s'exclamait Don Diègue. C'est vrai qu'on ne l'apprécie pas, à tel point que certains et certaines sexagenaires fortunés se font injecter des cellules fraîches
pour paraître jeunes à tout prix (sic), dépense illusoire car au bout du chemin, de leur chemin de vie, même frais et roses, ils devront partir pour un monde où l'apparence ne compte pas.
Ne pensez-vous pas que la vieillesse peut s'apprivoiser ? Qu'elle peut devenir une alliée ? Le privilège de l'âge vous connaissez ?  Quel privilège en effet de voir les générations se succéder, de dire à un homme (ou une femme) : Vous êtes beau  (belle)! sans être soupçonné(e) de tentative de séduction, quel privilège de rire de l'ironie de la vie avant de la quitter !
Charles Trenet, que nous, les anciens, avons connu, chantait "Boum, quand notre cœur fait boum!". Quel hymne à la vie ! Tant que mon cœur fera "Boum", tant qu'il battra même à tort et à travers, j'ai décidé de profiter de ce que m'offre la vie. Tant que mes yeux pourront admirer les jardins en fleurs, tant que mon odorat pourra sentir les effluves des parfums subtiles des lys, des roses, des lilas, tant que mes papilles pourront savourer la douceur des pêches en été et des châtaignes en automne, tant que mon esprit continuera d'être sensible aux autres, d'être curieux et créatif, ma vieillesse ne sera pas un fardeau mais plutôt un cadeau précieux que je garde enchâssé dans mon cœur. Je vais allègrement vers mes 88 ans ! A tous ceux de mon âge, je donne rendez-vous "à l'année prochaine" !!!!!

Paule Husson