Poème,retrouvé dans les  affaires d'une vieille dame irlandaise, aprés sa  mort,tous les soignants connaissent ce poème, qui nous indique,avec sa sincérité percutante, que la voie à suivre dans l'accompagnement est celle de l'écoute du sujet à travers son,histoire singulière.-Que vois-tu quand tu me soignes, quand tu me regardes que penses-tu

La vieille dame grincheuse

Poème,retrouvé dans les affaires d'une vieille dame irlandaise, aprés sa mort,tous les soignants connaissent ce poème, qui nous indique,avec sa sincérité percutante, que la voie à suivre dans l'accompagnement est celle de l'écoute du sujet à travers son,histoire singulière.-Que vois-tu quand tu me soignes, quand tu me regardes que penses-tu

Ecrit par l'Ordissinaute oderay

.
Que vois-tu, toi qui me soignes, que vois-tu ? Quand tu me regardes, que penses-tu ?

“Une vieille femme grincheuse, un peu folle
Le  regard perdu, qui n'y est plus tout à fait,
Qui bave quand elle mange et ne répond jamais,
Qui, quand tu dis d'une voix forte:
«essayez»
Semble ne prêter aucune attention à ce que tu fais
Et ne cesse de perdre ses chaussures et ses bas,
Qui   docile ou non, te laisse faire à ta guise,
Pour occuper la longue journée grise.

C'est ça que tu penses,
c'est ça que tu vois ?
Alors ouvre les yeux, ce n'est pas moi.

JE VAIS TE DIRE QUI JE SUIS

 Assise là si tranquille
Me déplaçant à ton ordre, mangeant quand tu veux :
Je suis la dernière de dix, avec un père et une mère,
Des frères et des soeurs qui s'aiment entre eux.
Une jeune fille de16 ANSs, des ailes aux pieds,
Rêvant que bientôt, elle rencontrera un fiancé.

Mariée déjà à 20 ans. Mon coeur bondit de joie
Au souvenir des voeux que j'ai fait ce jour-la.

J'ai 25 ans
maintenant et un enfant à moi
Qui a besoin de moi pour lui construire une maison.

Une femme de TRENTE ANS, mon enfant
grandit vite,Nous sommes liés l'un à l'autre par des liens
qui dureront  

QUARANTE ANS, bientôt il ne sera plus là.
Mais mon homme est à mes côtes qui veille sur moi.

CINQUANTE ANS à nouveau jouent autour de moi des bébés ;
Me revoilà avec des enfants, moi et mon bien-aimé.
Voici les jours noirs, mon mari meurt.
Je regarde vers le futur en frémissant de peur,
Car mes enfants sont tous occupés à élever les leurs,
Et je pense
aux années et à l'amour que J'ai connus.

Je suis vieille maintenant, et la nature est cruelle,
qui s'amuse à faire passer la vieillesse pour folle,
Mon corps s'en va, la grâce et la force m'abandonnent.
Et il y a maintenant une pierre là ou jadis j'eus un coeur.
Mais dans cette vieille carcasse, la jeune fille demeure
Dont le vieux coeur se gonfle sans relâche.

Je me souviens des joies, je me souviens des peines,
Et à nouveau je sens ma vie et j'aime.
Je repense aux années trop courtes et
trop vite passées, Et accepte cette réalité implacable que
rien ne peut durer
Alors ouvre les yeux, toi qui me soignes et regarde:

Non la vieille femme grincheuse...
Regarde mieux, tu me verras !”

Son message,est clair:

Regardez-moi à travers les lunettes de ma vie, et non, avec celles  de ma survie.
Le  NET(traduit un peu partout, sous des formes différentes)
14/07/2021 - 16:18
e retour de vacances, jai découvert votre poème, il m'a beaucoup émue, j'en ai encore les larmes aux yeux. Merci.
10/07/2021 - 12:04
Touchant, magnifique de vérité, de sincérité. Après cette lecture, je suis très émue et je sais que ce sera très bientôt mon tour avec ce que je considère le naufrage de ma vie. Hélas.  Alors profitons bien des moments de grâce qui nous restent.
08/07/2021 - 17:07
Compliqué (rectif)
08/07/2021 - 17:06
Ompliqué la vieillesse... alors profitons bien sans se poser de questions sur notre devenir. Vivre simplement et rire souvent aussi.
08/07/2021 - 15:27
Ce poème est poignant et magnifique. Merci
03/07/2021 - 13:45
Merci pour les appréciations des commentaires qui ont un rapport avec la parution!oderay
éliane Martin germaine Hémeraude
01/07/2021 - 20:47
Marie(r) et avoir l'air marié c'est changer d'R?
vous aviez très bien perçu le sens? futée comme vous l'êtes!
merci pour ce redressement (non fiscal?)!
cordialement et sans amertume,
sachant que vous lisez intelligemment ,sans arrière pensée, mes écrits et non suivis de basses attaques avec des boulettes puantes!
éliane
01/07/2021 - 20:01
Merci Oderayc'est un très beau poème et tellement réelle mais c'est bien la triste vérité le personnel sous payé fait sûrement tout ce qu'il peut avec un temps limité pour chaque patient (en fait c'est le rendement) alors que chaque patients ont besoins de plus . Il est certain qu'il n,y a pas assez de personnel pourtant dans les ehpads les séjours  sont très chers .Que c'est triste de viellir après avoir tant travaillé ***une vie c'est court***  mais pour certains très long surtout pour ceux dont la famille les abandonnent .
01/07/2021 - 17:29
Une vie ne se déroule jamais sans jujements hatifs, alors la fin de vie quand elle prends la forme d'un naufrage c'est d'une violence inouïe, soigner, c'est donner le meilleur de soi et dans cette étape face à la vieillesse j'ai rencontré du personnel toujours bienveillant et réconfortant.
Une lettre qui en dit long sur le chemin de vie  et dont le regard lucide déborde d'une immense tristesse.
Merci Oderay pour ce témoignage.
01/07/2021 - 16:38
merci,pour se beau texte qui posent vraiment la question s'occupetons bien de nos anciens dans la dignités et le respect de leur choix de vie,pensons aussi au familles.
01/07/2021 - 12:09
c'est une très très belle histoire, merci pour ce partage. Amitiés de nous deux
01/07/2021 - 11:43
        Un grand ,grand MERCI Oderay pour cette lettre si poignante, émouvante!...Respect,Ecoute, Empathie...C'est indispensable pour accompagner nos personnes âgées!...
01/07/2021 - 11:35
          Désolée,très chère Eliane!...Mais,pour moi,les anagrammres de AIMER sont MARIE et MAIRE.(5 lettres).Ah! Il faut bien que je vous titille de temps en temps!...Non?
01/07/2021 - 11:35
très belle lettre à méditer et mettre en  pratique
01/07/2021 - 10:55
A la lecture du titre, je pensais découvrir une " Tatie Danielle "......
Cette lettre est émouvante et bouleversante de vérités. Dans notre
société la vieillesse n'a plus sa place. l'indifférence à l'égard des
personnes agées est aussi de la maltraitance qui existe aussi bien
dans les familles que dans certains établissements spécialisés.
Curatrice d'une personne en Ets privés, j'ai pu observer beaucoup de
choses inaceptables et ai dû me fâcher plusieurs fois.
Hormis les infirmières, le personnel y travaille souvent par défaut
mais peu souvent par vocation. Comme dans les hopitaux, il y a un
manque de personnel : mal payé , non reconnu, ambiance dégradée etc...
En revanche, la vieillesse est d'un excellent rapport pour les chaînes privées !!!
C'est un peu un coup de g.....que je pousse là....mais il ne faut pas généraliser.
MERCI ODERAY POUR CETTE TOUCHANTE LETTRE.











01/07/2021 - 10:30
Très beau, mais je rejoins Patricia, parfois l'empathie manque chez certains soignants, mais chez certaine personne la gentilesse n'est pas innée.
Merci Oderay c'est touchant et j'ai apprécié, pour avoir accompagné des personnes de la famille dans leur EHPADelles sont si discrètes et ne se plaignent pas.
La fin de la vie ....... nous y allons tous de quelle manière ?
éliane Martin germaine Hémeraude
01/07/2021 - 09:57
Aimer, Mairie, Marier: 3 mots? 3 anagrammes! le résumé d'une simple vie....
tout comme chien, niche chine:
on les  traite parfois comme des chiens, les renvoyant à la niche dès que chine un sourire, un geste, un regard,!!!
après avoir connus: jeunesse sifficile, vie d'adulte difficile, la vieillesse n'est pas facile!
mais avoir survécu est une belle victoire; 
dans ces EHPAD où je rend visite à familles et parents d'amis j'ai rencontré des JEUNES:
résidents presque centenaires 
et aussi ces soignants qui ont pris pour vocation d'aider et soigner "nos vieux" au mieux!!!
il y a parfois des maladresses, que certataines qualifient de maltraitance, mais ce dévouement est admirable
respectable et si peu rémunéré!
éliane
01/07/2021 - 08:57
vous avez raison Madame ,,,chacun de nous a un chemin de vie ,,et un jour  ,plus ou moins tard la vieillesse  s'installera
qui que nous soyons .
.et chacun a le droit au respect ...j'en vois toujours dans les maisons de retraites ,que je visite ,,(j'y vais cet AM justement)
certain(e)s ont oublié  ,,d'autres  se souviennent ,,mais tous  meritent le respect  , des gestes d'affection ,,,et notre attention...

merci ,Oderay pour cette belle lettre ,,,,bonne journée

01/07/2021 - 08:17
Absolument magnifique,merci Oderay.
01/07/2021 - 07:45
merci oderay de nous faire partager,ce que tant d'anciens pensent mai,n'ose dire.le coeur d'une jeune ou d'une ancienne a toujours 20 ans,malgré l'apparence.prener des leçons,la vie n'est qu'un passage alors respectons nos anciens ,vous aussi un jour qui nous regarder d'un air dédaigneux vous serez      VIEUX AUSSI UN JOUR PEUT ETRE.
01/07/2021 - 07:31
quel beau poeme émouvant plein de logique merci de nous avoir ecris ce que la vieillesse apporte
01/07/2021 - 07:22
Merci.
01/07/2021 - 07:09
Ce magnifique et émouvant poême, devrait figurer dans les EHPAD, et autres similaires accueillant des personnes âgées, car certains des personnels, manquent un peu d'empathie, pas tous heureusement.Merci Oderay de l'avoir partagé.