juste pour  marquer la fin de ce printemps 2020 un peu spécial....que nous essaierons d'oublier ...mais  en restant prudents

Poésies sur le Printemps (V.HUGO )

juste pour marquer la fin de ce printemps 2020 un peu spécial....que nous essaierons d'oublier ...mais en restant prudents

Ecrit par l'Ordissinaute doris.



Après l'hiver
         N’attendez pas de moi que je vais vous donner
Des raisons contre Dieu que je vois rayonner ;
La nuit meurt, l’hiver fuit ; maintenant la lumière,
Dans les champs, dans les bois, est partout la première.
Je suis par le printemps vaguement attendri.
Avril est un enfant, frêle, charmant, fleuri ;
Je sens devant l’enfance et devant le zéphyre
Je ne sais quel besoin de pleurer et de rire ;
Mai complète ma joie et s’ajoute à mes pleurs.
Jeanne, George, accourez, puisque voilà des fleurs.
Accourez, la forêt chante, l’azur se dore,
Vous n’avez pas le droit d’être absents de l’aurore.
Je suis un vieux songeur et j’ai besoin de vous,
Venez, je veux aimer, être juste, être doux,
Croire, remercier confusément les choses,
Vivre sans reprocher les épines aux roses,
Être enfin un bonhomme acceptant le bon Dieu.

Ô printemps ! bois sacrés ! ciel profondément bleu !
On sent un souffle d’air vivant qui vous pénètre,
Et l’ouverture au loin d’une blanche fenêtre ;
On mêle sa pensée au clair-obscur des eaux ;
On a le doux bonheur d’être avec les oiseaux
Et de voir, sous l’abri des branches printanières,
Ces messieurs faire avec ces dames des manières.


Victor Hugo (1802-1885)
Toute la lyre




Printemps
Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !
Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !
Les peupliers, au bord des fleuves endormis,
Se courbent mollement comme de grandes palmes ;
L'oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;
Il semble que tout rit, et que les arbres verts
Sont joyeux d'être ensemble et se disent des vers.
Le jour naît couronné d'une aube fraîche et tendre ;
Le soir est plein d'amour ; la nuit, on croit entendre,
A travers l'ombre immense et sous le ciel béni,
Quelque chose d'heureux chanter dans l'infini.


Victor Hugo (1802-1885)
Toute la lyre





04/07/2020 - 17:44
Quelle belle idée que celle de nous offrir de beaux poèmes de  Victor Hugo ce talentueux écrivain
et poète qui fait partie de notre patrimoine littéraire et poétique.
J'ai le sentiment que l'été sera moins beau que ce printemps ensoleillé et fleuri qui nous
a aidé à supporter ce confinement inédit.
Mille mercis à vous Doris

Anecdote authentique:  Il y a quelques années une assistante familiale gardait
                                              2 enfants . L'un s'appelait Victor et l'autre Hugo !!!
                                              Un pur hasard...... 
22/06/2020 - 16:45
Merci de ce beau partage Doris. 
22/06/2020 - 13:28
cette année le printemps est particulièrement beau!merci Doris de nous rappeler ces beaux poèmes!!!ici grosse chaleur plouf depuis 2 jours....je revis.....
22/06/2020 - 10:37
Je lis et relis ces poèmes toujours avec le même ravissement.
22/06/2020 - 09:35
C'est magnifiquement écrit.et ce ravissant petit oiseau, quel est-il ?...
Très belle journée.
22/06/2020 - 08:04
Belle envolée,merci Doris
22/06/2020 - 07:39
Sous la plume géniale de Victor Hugo, le printemps est encore plus beau, que celui de la nature!