Un ami rencontre un ami et l'invite pour le réveillon de NOËL de A. ROLAND DORGELÈS

Conte de Noël très drôle et hilarant .

Un ami rencontre un ami et l'invite pour le réveillon de NOËL de A. ROLAND DORGELÈS

Ecrit par l'Ordissinaute Josiane ghelfi

                CONTE DE NOËL PAR A.ROLAND DORGELÈS.

Une dizaine de jours nous séparent de la nuit
annuellement solennelle où l'on célèbre par des excès
de nourriture la naissance du rédempteur.

Vous me direz que ça ne me regarde pas.
C'est très possible. Cependant, je pense ne faire
de tort à personne en expliquant ici pourquoi je ne
réveillonnerai pas cette année.
Les faits remontent au réveillon dernier, en 19... j'errais à l'aventure sur
les grands boulevards, ne pensant a rien selon ma
coutume, quand je rencontrai mon plus intime ami,
qui tout à trac, m'adressa la parole a peu près dans
ces termes :

- Nous faisons le réveillon. Il y aura un souper magnifique :
de l'ours à la russe, du foie gras au madère, des écrevisses,
une oie truffée, une bombe glacée, des vins dont j'ai la liste sur moi !

Il sortit de sa poche un papier froissé et me le confiât deux minutes.
Je fus a deux doigts de la syncope,je ne pus que balbutier quelques
vagues remerciements.

- C'est entendu, j'irai...retenez ma place...etc.

Il partit ,et je courus après lui pour lui dire encore une fois:

- J'irai sement,mon vieux,pas de blagues,retiens ma place!

Je revins chez moi avec des éblouissements dans le crâne.
J'expliquai l'affaire a ma femme,et comme le dîner était servi,
nous nous mimes à table. Je mangeai et but avec abondance,
si bien que ma femme me dit :

- Si tu te bourres comme cela,
 tu n'auras plus faim pour le réveillon,et tu seras malade dès
le premier service.

Cette idée ne me quitta plus,et dés le lendemain,je résolus
 de suivre ce qui peut s'appeler un régime,un peu dur,il est
vrai,mais qui me permettrait d'arriver « fin prêt» au repas en question.

M’étant introduit l'extrémité d'un appareil de nettoyage par le vide
dans la bouche, je me fis un estomac aussi propre et aussi net
qu'une crèmerie hollandaise. Ce fut rapide et douloureux.
Je ne me démoralisai point et commençai tout doucement un
jeûne progressif,en machant que des mots de'allégresse en
l'honneur de la radieuse cuite dont j'avais résolu d'honnorer
une vie dèja assez fertile en résultats de ce genre.

- Tu devrais ,déclara ma femme, te faire soigner les dents,pense
donc ,si tu allais souffrir d'un abcès juste le jour...

Je ne voulus pas en entendre plus long. je me précipitai chez
un dentiste qui me gratta les dents, la langue, le nez, les yeux
et la plante des pieds.l il me bourra de'or,de" ciment armé
et de plomb fondu.Au bout de trois jours de ce travail,j'étais
devenu avantageux à acheter tout en gros.Cet exercice
 préparatoire me coûta sept cents francs.Comme je mangeais
toujours peu et buvais beaucoup afin de mettre knock-out un
certain nombre de bouteilles, des douleurs d'entrailles réveillèrent
subitement mes craintes.

- Tu as peut-être attrapé l'appendicite opina ma femme.

Je bondis chez un chirurgien qui m'ouvrit le ventre moyennement 500 francs
Je sortis de cette aventure un peu plus vide qu'auparavant. En vérité,je me
sentais merveilleusement vide à tel point que je  ne pouvais me
cogner contre un meuble sans résonner comme une guitare.
Des vertiges me laissèrent pantelant comme un poisson sur une pierre plate.
Il me suffisait toutefois ,pour soutenir mes forces, de me répéter le menu
de cet étonnant souper qui devait me dédommager de mon martyre,
en me permettant de reprendre deux fois chaque plat.

OH!comme j'envisageais cette date avec extase ! je comptais les heures,
les minutes qui me séparaient du jour de Noël et je m'exerçais,des
matinées entières,dans une sorte de gymnastique suédoise des maxillaires
qui devait me donner une résistance illimitée pour le masticage des viandes
les plus farouches.
Trois nuits me séparaient de cette heure fabuleuse. Je sentais par instants
ma tête m'abandonner,et il me fallait une énergie de damné pour supporté
le savant régime que je m'étais tracé.
La veille de cette date inoubliable,j'eus une telle sueur froide Qu'il fallut
me mettre trois heures dans un bain-marie pour me réchauffer.

Enfin,après une nuit où mon existence parut suspendue à un fil,
 ma femme me donna mes vêtements du dimanche. L'heure venait de
sonner. Je me sentais un appétit à dévorer un troupeau de vaches,
avec la bergère, le chien et le paysage. De grosses larmes rondes
coulaient le long de mes joues creuses. J'allais donc pouvoir manger!
Trop faible pour marcher,mon épouse dut me pousser dans une petite voiture .
quand nous arrivâmes chez l'ami ,tout était brillamment éclairé.On entendait
rire des femmes et sauter des bouchons de champagne.
Faible comme je l'étais,ce spectacle enchanteur me terrassa.On appela un
médecin qui,après m'avoir examiné en tous sens, déclara :

- Cet homme meurt de faim,tout simplement.Il faut immédiatement lui donner
quelques fortifiants.

J'ouvris alors les yeux et je murmurai :

- je vais manger de l'ours à la russe, de l'oie truffée, de...
- Pensez-vous, répondit le docteur, votre estomac ne pourrait supporter de tels aliments.

Il se tourna vers son épouse :
- Vous lui donnerez ,madame ,un bol de bouillon toutes les heures ,rien qu'un bol de bouillon et si demain notre homme  va mieux  vous pouvez y ajouter un peu de sel et quelques grains de poivre soigneusement épluchés....


Trouvé dans mes archives et écrit pour vous j'ai bien rit en l'écrivant !
ORDISSINAUTE JOSIANE
29/12/2018 - 20:31
Josiane, sachant de quoi je parle, je rends un hommage appuyé au travail que cela vous a coûté....Quant-à : R. Dorgelès.... c'était un écrivain à l'humour très fin..... vous avez de bonnes lectures.. merci du partage.. un peu de lecture servie à domicile fait du bien... récidivez.
29/12/2018 - 17:34
bravo Josiane ,tres amusant ,, et double bravo pour votre reapparaition ..vous nous manquiez ,,,meilleurs voeux à vous et votre "petite famille "
29/12/2018 - 15:54
Hihihi ! Le pauvre ! !! Une blague de mon père , quand nous étions enfants , et invités ailleurs , était de nous  dire à mon frère et moi :« Ne mangez pas trop ,gardez -vous pour l'invitation, cela me fera faire des économies »Mais c'était au repas d'avant !
Merci Josiane pour ce conte .Bonnes fêtes!
29/12/2018 - 15:39
...et je vais vous  " chiper " le petit Titou de Poupette pour le mettre dans mon album
29/12/2018 - 15:36
Quel plaisir de vous revoir , Josiane !
 L'histoire est tordante et les " images " tout au long du texte ne manquent pas de saveurs (  je connaissais la faim qui donne envie  de dévorer  le curé  la soutane et les petits boutons mais votre appétit qui inclus le paysage est encore plus marrant )
Merci  Josiane ! Je vous embrasse et je vous souhaite de Bonnes Fêtes de fin d'année
29/12/2018 - 13:09
Hillarant ! merci Josiane pour ce sourire du matin.
29/12/2018 - 11:14
ah! merci Josiane pour cette histoire à mourrir.....de rire!!!!!! finissez bien l'année je pense bien a vous....bisous!!!!Titou le matin de noël!!!!!

29/12/2018 - 11:05
Moi aussi j'ai bien ri en l'écrivant  j'ai retrouvé ce conte dans mes chansons d'autrefois que je cherchez pour mes enfants  amitiè  et joyeuses fêtes a tous  JOSIANE
29/12/2018 - 00:33
AH! josiane,votre  histoire m'a passionnée! j'attendais la fin  avec impatience!  Trop drôle! Qui veut la "faim" veut les moyens .....J'ai bien  ri.............Merci Josiane......j'en ri encore.......

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.