A ma mère.

" Les yeux baissés "

A ma mère.

Ecrit par l'Ordissinaute Christine

 " Les yeux baissés "

Tes yeux couleur noisette et or
Souvent vagues, perdus dehors
Blessés, noyés dans tes tourments
Ne voyaient jamais tes enfants.

Dans la chaleur de ton parfum,
Toi et moi ne faisions qu'un.
Je m'accrochais à toi, glacée,
Petite et déjà délaissée.

Un jour d’automne tu partis
Je suis restée anéantie
Il parait que tu es sous terre
Et vous, ne savez que vous taire.

Christine

tableau: vue du "petit Gennevilliers depuis le fossé de l’Aumône", de Gustave
Caillebotte.
PLACIDE DUPONT
25/07/2018 - 08:39
Chez   elle  tout  est  rangee     chaque chose a sa place
Helas trois fois  helas elle ne retrouve  pas  le chemin de la  vérité
Rien a faire    elle est  completement perdue dans  ses  pensées
Il ne lui reste      que   ses   poemes bien  placés dans les  souvenirs de son pere
Sa  bonne humeur    et   son    inteligence      font   d  elle une jolie femme fidele
Tantot      espiegle   tantot     naive     mais  toujour de  bonne humeur
Il ne manque  a son petit  bonheur      quelle  ouvre son coeur  a  l homme   
Non pas   une operation    mais  une  réparation  sa veritée
Et on poura dire      que    cette    femme     est guerie 

CLAUDIA   PARDON      mais     impossible      d oublier        
PLACIDE DUPONT
14/06/2018 - 18:26
Tres  beau  poeme  le cri du coeur     
PLACIDE DUPONT
18/11/2017 - 19:12
MAGNIFIQUE  POEME  VENU  DU COEUR  QUE  VOUS AVEZ  GROS

CHERE AMIE,VOICI DES VERS  APRES AVOIR BU QUELQUES  VERRES
HISTOIRE DE NE PAS RACONTER  N IMPORTE QUOI
RECEVEZ  TOUS MES REMERCIMENTS  SINCERES
IL ETAIT  UNE FOIS 
SOUVENONS NOUS  D ALLER DANS LES BOIS
TOURNONS PAS LE DOS 
IMAGINEZ UN MONDE SANS HAINE  JE LE CROIS
NATURE QUAND TU NOUS TIENS
ENCORE TOUTS MES ESCUSES BON TEINT
18/11/2017 - 04:20
Je vous remercie , tous, du fond du cœur. Ce poème , je n'arrivais pas à l'écrire et il est sorti de moi, d'un trait, il y a peu . Il s'agit du dernier souvenir qu'une enfant de 7 ans a de sa mère.Yo leon a raison sur le côté enfantin. J'essayais de faire réagir une mère perdue dans ses pensées. J'ignorais que cela serait mon dernier souvenir car sa mort était impensable. Poupette le dit si bien, le temps passe et on ne parle plus .Vu la jeunesse de ma mère, 33 ans , personne n'a plus  parlé d'elle dès le début. Pourtant j’ ai posé des questions .Toute ma vie.Comme dit Mamybleue , je ne voulais qu'un mot . Ils ne pouvaient pas .Vivi , Oderay , je sais que je ferai d'autres poésies ,un jour. Oui Doris , j'y suis allée un peu fort , c'est violent ,mais j'en avais tant sur le cœur.Merci  Danys,Victoria , Gérard , Danielle , Gerla , Nini, je suis très émue. Merci Andrée  , vous avez trouvé le mot , c'est une prière , et  vous m'offrez une très belle image. Elle avait votre prénom.
Maintenant , je vais envoyer ce poème à ma famille.
Amitiés
Christine
17/11/2017 - 22:39
"surprise" Christine' voilà que jaillit   " un joli petit "rondeau' plein de sensibilité'  elle court ' la poésie'  tout en mélancolie' - Merci chère poètesse' à ranger  dans mon affectivité....? A Bientôt....
17/11/2017 - 17:03
Douze vers,et huit pieds par vers,...Ce que l'on peut exprimmer avec si peu d'encre!...Tout l'amour du monde ,et notre espoir ,d'y croire ,encore et toujours...  Merci Christine       Gerla
17/11/2017 - 16:19
Amicalement !
17/11/2017 - 16:15
Bouleversant !
17/11/2017 - 16:13
Merci Christine, que d'émotion !! je vous ai bien imaginée vous et votre maman !
17/11/2017 - 15:33
Bel hommage poètique offert à votre maman Christine.
Bravo ! 
17/11/2017 - 15:10
et bien vous ne faites pas les choses à moitié ,,tres jolie poesie   ..je suis emue ..merci
17/11/2017 - 13:30
Une flèche en plein cœur, votre poésie m'a vraiment touchèe, j'imagine votre émotion en nous livrant ces vers, mais nous savons que vous êtes la petite graine montante et que le terreau est fertile, alors pour rester dans votre univers et c'est facile de vous dire, « elle est vraiment chouette votre poésie Christine »
Je vous embrasse.
17/11/2017 - 12:01
Bonjour ,
très beau , beaucoup d'émotions
17/11/2017 - 09:15
très touchée par voir poème....ce matin c'est un peu de mélencolie qui nous frappe...notre jeunesse est si loin....en tout cas j'ai aimé votre poème,merci Christine de nous l'offrir...
17/11/2017 - 08:02
Bien des gens ne savent pas la chaleur que des mots  procurent. Souvent il faut les dire et les redire pour qu'ils rassurent. Un seul mot un geste font plus qu'on ne saurait le dire.
L'amitié c'est dans la tristesse qu'on la reçoit ,les amis (e) sont toujours la pour le réconfort.
Et pouvoir parler de ce que l'on ressent, vaut bien plus que du monde tout l'argent._

Merci Christine pour votre émouvant poème.
Belle journée a vous, amitié
17/11/2017 - 07:47
merci Christine pour ce moment d 'émotion  et de pureté ,,,je suis touchée par   cette tendresse qui parfume  votre poesie
je dis "bravo " ..tres joli   tableau en illustration ..merci ..au plaisir de vous relire ,,,
17/11/2017 - 00:28
Une poésie presque juvénile à l'image d'un enfant , accablé de tristesse, de chagrin,  les yeux baissés,  en butte au silence des grands, votre  poéme m'a fait fondre. Votre spontanéité et votre fraicheur, m'émeuvent. Vous connaissez ma croyance, vos pensées alimenteront la bulle de votre maman et elle vous devra ainsi  d'être vivante dans votre coeur et votre esprit.
Je vous embrasse avec toute mon affection.
17/11/2017 - 00:27
Surprise! Un patrimoine poétique génétique ?!......A poursuivre sur les traces de votre talentueux père Jean-PhilippeNotre cercle de versifications  s'agrandit avec bonheur.merci Christine.