De tout.......!

Par Yannick Fondin - 1 il y a 6 années 8 mois
04/08/2017 - 10:18
Merci Mayyan1 pour le Citron Il y a beaucoup plus de choses que il's cachent pour que les laboratoires profiter tout le temps
04/08/2017 - 09:56
 Le citron congelé : incroyable !
De nombreux professionnels de restaurants et brasseries utilisent ou consomment le citron entier et rien n'est gaspillé. Comment pouvez-vous utiliser le citron entier sans pertes ?C'est simple..

Placer le citron dans le congélateur. Une fois que le citron est congelé, utilisez votre râpe et râpez le citron entier (pas besoin de l'éplucher)et le saupoudrer sur le dessus de vos aliments. Saupoudrez-le sur votresalade, crème glacée, soupe, nouilles, sauce à spaghetti, riz, sushi, plats de poisson, etc..
Le goût de tous les aliments sera rehaussé de façon inattendue.Très probablement, vous ne pensez au citron que pour sa vitamine C. Pas plus.
Quel est l'avantage majeur de l'utilisation du citron entier autre que pour prévenir les déchets et ajouter un nouveau goût à vos plats ?
Eh bien, les zestes de citron contiennent jusqu'à 5 à 10 fois plus de vitamines que le jus de citron lui-même. Et oui, c'est ce que vous auriez gaspillé. Mais à partir de maintenant, en suivant cette procédure simple de congeler le citron en entier, puis le râper sur le dessus de vos plats, vous pouvez consommer tous ses nutriments. Il est également bon à savoir que les zestes de citron sont régénérateurs de santé dans l'éradication des éléments toxiques dans le corps. Donc, placez votre citron dans votre congélateur, puis râpez-le sur votre repas  tous les jours. C'est un élément clé pour rendre vos aliments plus savoureux qui vous aidera à vivre plus sainement et plus longtemps ! C'est le secret de citron ! Mieux vaut tard que jamais!
Le citron est un produit miraculeux.  Pour tuer les cellules cancéreuses. Il est 10,000 fois plus puissant que la chimiothérapie. 
Pourquoi ne sommes-nous pas au courant de cela ? Parce qu'il existe des laboratoires intéressés à faire une version synthétique qui leur apportera d'énormesprofits. Vous pouvez désormais aider un ami dans le besoin en lui laissant, savoir que le jus de citron et le citron lui-même tel qu'expliqué ci-dessus, est bénéfique dans la prévention de la maladie. Son goût est agréable et il ne produit pas les effets horribles de la chimiothérapie. Combien de personnes vont mourir alors que ce secret bien gardé est maintenu, afin de ne pas compromettre les multi millionnaires bénéfices des grandes entreprises ?
Comme vous le savez, le citronnier est connu pour ses variétés de citrons et limes. Il est crédité de nombreuses vertus, mais la plus intéressante est l'effet qu'il produit sur les kystes et les tumeurs. Cette plante est un remède prouvé contre les cancers de tous types. Certains disent qu'il est très utile dans toutes les variantes de cancer. Il est également considéré comme un spectreanti-microbien contre les infections bactériennes et les champignons, efficace contre les parasites internes et les vers, il régule la tension artérielle trop élevée et est un antidépresseur, tout en combattant le stress et les troubles nerveux. La source de cette information est fascinante: il s'agit de l'un des plus grands fabricants de médicaments au monde, qui dit que, après plus de 20 ans d'essais en laboratoire depuis 1970, les extraits ont révélé qu'il détruit les cellules malignes dans 12 cancers,notamment du côlon, du sein, de la prostate, du poumon et du pancréas..Les composés de cet arbre se sont avérés 10.000 fois plus efficace que le produit adriamycine, un médicament chimio-thérapeutique normalement utilisé dans le monde, pour ralentir la croissance des cellules cancéreuses. Et ce qui est encore plus étonnant: ce type de thérapie avec l'extrait de citron détruit seulement les cellules cancéreuses malignes et elle n'affecte pas les cellules saines. 
 
P.S. JUSTE  DE  TRANSFÉRER  CE PETIT  RAPPEL  A TOUS VOS PROCHES. 
NE DITES PAS QUE VOUS N'AVEZ PAS LE TEMPS. LA SANTÉ EST PLUS IMPORTANTE QUE LE TEMPS !
04/08/2017 - 09:45

                                          ÇA  C'EST  PASSÉ  UN  4  AOUT



Thierry Roland est un journaliste et commentateur sportif français.

Né le 4 août 1937 à Boulogne Billancourt, Thierry Roland entre très tôt en
contact avec l'univers de la radio. Il vit sa première expérience sur
les ondes hertziennes alors qui n'a que l'âge de neuf ans. Par la suite,
il se familiarise rapidement au milieu. Ce qui l'amène en 1955 à
commencer à exercer sur les chaînes RTF et ORTF au sein des services
sportifs. A cette époque, le jeune Thierry âgé de 18 ans, est appelé le
môme par ses collègues de travail en référence à son jeune âge
Son dynamisme et son potentiel l'entraînent à commenter à 25 ans sa première coupe du monde au Chili, en 1962.

Quelques années après en 1969, le jeune journaliste intègre l'équipe de France
inter. Six ans après, en 1975, il est engagé par Antenne 2 et c'est là
qu'il fait la rencontre de son futur grand complice et ami, Jean Michel
Larqué .

Les deux compères décident ensemble de quitter Antenne 2 pour rejoindre l'équipe journalistique de la chaîne TF1. C'est ainsi
qu'à partir de 1984, Thierry Roland et Jean Michel Larqué vont commencer
à faire grimper l'audimat de TF1 tous les dimanches en présentant
l'émission sportive Téléfoot . Le duo bénéficie d'une popularité sans
précédent et d'un intérêt de la part des téléspectateurs sans précèdent
pour une émission sportive.
En 1997, Thierry Roland co-anime les grands jeux d' Intervilles et en même temps, il se voit récompensé par
le 7 d'Or du Meilleur Journaliste Sportif pour ses performances et sa
popularité.
Passionné et plein d'énergie, l'animateur accuse même certains excès de subjectivité dans ses commentaires, comme l'euphorie
dont il fait preuve lors de la coupe du monde 98, suite à la victoire
des Bleus .

Une vivacité et un entrain qui ne seront qu'à peine entachés par une rupture d'anévrisme en 2003.
Il va néanmoins se faire remplacer en 2004 par son collègue Thierry
Gilardi à la co-présentation de Téléfoot. C'est ainsi que s'achève sa
longue collaboration avec son alter ego Jean Michel Larqué. Cependant,
le plus capé des animateurs et présentateurs de football va continuer à
présenter des matchs sur la chaîne TPS Star.
En 2006, Thierry Roland revient sur les antennes de M6 pour commenter la coupe du monde en
compagnie de Franck Leboeuf . Un nouveau duo est né, les deux animateurs
semblent former une bonne paire. Ils décident donc de remettre ça pour
l'Euro 2008. .

En 2004, il se décide à épouser Françoise Boulain, qui est sa compagne depuis près d'une trentaine d'années.

Chroniqueur de l'émission 100% Foot et ami de plusieurs célébrités sportives comme
Michel Platini , Thierry Roland a commenté plus de mille matchs tout au
long de sa carrière, mais aussi de nombreux autres événements sportifs.
Il commente ainsi aussi des événements sur W9 comme le catch (avec
Pierre Ménès) ou les matchs de boxe.
Le duo qu'il formait avec Jean-Michel Larqué se reforme de nouveau, annonce Thierry Roland en
avril 2011. Larqué le rejoint en effet sur M6 pour commenter le match
France - Roumanie le 6 septembre 2011 mais cette collaboration doit se
limiter à un seul match. Pourtant, les deux hommes qui s'étaient déjà
retrouver sur la chaîne CFoot, sont bien présents tous les deux dans
l'équipe de journalistes de M6 pour l'Euro 2012.
Néanmoins, suite à un léger problème de santé, Thierry Roland ne pourra pas assurer les
commentaires des premiers matchs de cet Euro 2012. Il sera remplacé par
Denis Balbir au début de la compétition, et devait reprendre sa place au
cours de celle-ci. Mais on apprend finalement son décès le 16 juin
2012, à l'âge de 74 ans.

Louis Armstrong tient un rôle capital dans l'histoire de la musique. C'est
lui qui invente et popularise le jazz tel que nous le connaissons
aujourd'hui. Trompettiste virtuose et chanteur à la voix si
particulière, il est le premier véritable soliste improvisateur à se
mettre au premier plan.
Louis Armstrong naît dans un milieu défavorisé de la Nouvelle Orléans. Placé dans une maison de correction à
l'âge de 13 ans, il aurait pu plonger dans la délinquance mais la
rencontre avec un professeur de musique va changer sa vie. Il sa met à
jouer dans des orchestres, des fanfares, dans les clubs mais ne sachant
pas encore lire les partitions, il compense en se servant de
l'improvisation. Armstrong est alors surnommé Satchmo (pour "satchel
mouth", littéralement "bouche de sacoche") en raison de la taille de sa
bouche.
En 1922, il quitte la Nouvelle-Orléans pour Chicago et connaît rapidement le succès. Il enregistre ses premiers disques sous
son nom à la tête de son orchetre, le Hot Five. Le succès continue à New
York où il se produit avec Fats Waller pour la revue Hot Chocolate. Il
enchaîne les concerts aux Etats-Unis et en Europe à la tête d'un grand
orchestre.
Devenu une véritable star, Louis Armstrong tourne dans de nombreux films et se produit dans de nombreux pays sous l'égide du
département d'Etat américain comme ambassadeur culturel. Il collabore
avec Ella Fitzgerald sur trois albums. En raison de son âge, il se
produit de plus en plus en tant que chanteur. C'est à cette époque qu'il
enregistre ses chansons les plus fameuses Hello Dolly en 1964 et What a
wonderful world en 1967.

Louis Armstrong est un précurseur du jazz, c'est lui qui a inventé la forme
musicale telle que nous la connaissons actuellement. A ce titre, il
influencera tous les musiciens de jazz qui viendront à sa suite.

La Grande Peur

L'abolition des privilèges est la conséquence inopinée de la prise de la Bastille.
Dans les semaines qui suivent celle-ci, les paysans s'émeuvent. Ils
craignent une réaction nobiliaire comme il s'en est déjà produit dans
les décennies antérieures, avec la réactivation de vieux droits féodaux
tombés en désuétude.

Une Grande Peur se répand dans les campagnes. En de nombreux endroits, les paysans s'arment sur la foi de
rumeurs qui font état d'attaques de brigands ou de gens d'armes à la
solde des «aristocrates». Le tocsin sonne aux églises des villages,
propageant la panique.

Chauffés à blanc, les paysans en viennent à se jeter sur les châteaux des seigneurs honnis... tout en proclamant
leur fidélité à la personne du roi. Ils brûlent les archives, en
particulier les «terriers» qui fixent les droits et les propriétés
seigneuriales. Parfois ils maltraitent, violent et tuent les «hobereaux»
et leur famille.

Ces soulèvements inquiètent les privilégiés, au premier rang desquels les députés qui siègent à Versailles. À la
différence des bourgeois, qui en appellent à la répression, les nobles,
plus au courant de la situation, préfèrent l'apaisement. «Le peuple
cherche à secouer enfin un joug qui depuis tant de siècles pèse sur sa
tête, s'exclame à l'Assemblée le duc d'Aiguillon, l'insurrection trouve
son excuse dans les vexations dont il est la victime».
Une décision soudaine

Le 3 août, une centaine de députés, ardents partisans de la Révolution, se
concerte sur la stratégie à adopter. Plusieurs sont originaires de
Bretagne. C'est le «Club breton» (futur club des Jacobins). Ils prennent
en secret la résolution de détruire tous les privilèges des classes,
des provinces, des villes et des corporations. Il n'y a rien d'improvisé
donc dans la séance qui va suivre...

Le lendemain soir, à huit heures, l'Assemblée, passablement troublée, se réunit et disserte sur
les moyens de rétablir l'ordre. C'est alors qu'Armand-Désiré de
Vignerod, duc d'Aiguillon (29 ans), qui compte parmi les chefs du Club
breton, propose d'offrir aux paysans de racheter les droits seigneuriaux
à des conditions modérées. Ce libéral est aussi la deuxième fortune de
France après le roi.

Le vicomte de Noailles, un cadet de famille sans fortune, qui a participé à la guerre d'Amérique aux côtés de son
beau-frère La Fayette, prend la parole à son tour et surenchérit. Il
propose d'en finir avec les droits seigneuriaux, «restes odieux de la
féodalité» selon ses termes. Il suggère rien moins que d'«abolir sans
rachat» les corvées seigneuriales et autres servitudes personnelles.

L'objectif est de «faire tomber les armes des mains des paysans» selon le mot de
l'historien Albert Mathiez. Mais le vicomte de Noailles s'exprime aussi
au nom de ses convictions libérales, tout comme le duc d'Aiguillon et la
plupart des autres aristocrates de l'Assemblée. Sa proposition déchaîne
l'enthousiasme. Les nobles de l'Assemblée montent à tour de rôle à la
tribune pour lui exprimer leur soutien. Les idées s'enchaînent à la
volée. Le comte de Virieu propose ainsi de détruire les colombiers
féodaux, dont les habitants se gavent de grain au détriment des paysans.

Le président Chapelier fait alors observer, non sans malice, qu'aucun
membre du clergé ne s'est encore exprimé. L'évêque de Chartres monte à
la tribune et propose l'abolition des droits de chasse, ce qui ne lui
coûte rien mais pèse sur les nobles. Le duc du Châtelet dit à ses
voisins : «L'évêque nous ôte la chasse ; je vais lui ôter ses dîmes».
Et, montant à la tribune, il suggère que les dîmes en nature (impôts
payés à l'Église par les paysans) soient converties en redevances
pécunières rachetables à volonté.

Là-dessus, voilà que sont attaqués les privilèges des provinces. Le mot privilège vient du latin
et désigne une «loi particulière» : il fut longtemps synonyme de
liberté. En effet, chaque fois qu'une nouvelle province était annexée,
le roi promettait de respecter ses privilèges, c'est-à-dire ses
libertés, les lois particulières traditionnelles, les coutumes et droits
immémoriaux de ses habitants. C'est ainsi qu'au cours des siècles
s'étaient imposés des droits garantissant les libertés locales.

Tout cela prend fin en cette nuit mémorable. Les représentants du Dauphiné,
suivis par ceux de Bretagne et des autres pays d'État, provinces
jouissant de privilèges, font don de ceux-ci à la Nation. Les
représentants des villes font de même. Pour finir, un membre du
Parlement de Paris proclame le renoncement à l'hérédité des offices
(charges de magistrature).

Au milieu des applaudissements et des cris de joie, sont ainsi abattus les
justices seigneuriales, les banalités, les jurandes et les maîtrises,
la vénalité des charges, les privilèges des provinces et des villes. «Et
le roi, messieurs, dit le marquis de Lally-Tollendal, fils de l'ancien
gouverneur des Indes françaises, le roi qui nous a convoqués après une
si longue interruption de deux siècles, n'aura-t-il pas sa récompense
?... Proclamons-le le restaurateur de la liberté française

Saint Jean-Baptiste-Marie Vianney
Curé d'Ars
(1786-1859)


On a dit de plus d'un personnage, de plus d'un Saint, qu'ils furent les
prodiges de leur siècle. Ceci n'est peut-être vrai de personne autant
que du curé d'Ars. Cet homme si humble vit, pendant une trentaine
d'années, tout l'univers, pour ainsi dire, attentif à ses vertus et à sa
gloire, et tout le monde chrétien à ses pieds; il est assurément l'une
des merveilles de la sainteté et de l'apostolat.

Né à Dardilly, non loin de Lyon, trois ans avant la Révolution française,
de simples cultivateurs profondément chrétiens, il fut d'abord berger et
occupé aux travaux des champs. Dès ses premières années, il se
distingua par sa candeur, sa piété, son amour pour la Sainte Vierge, et
sa charité pour les pauvres
Il parvint au sacerdoce grâce à sa piété plus qu'à ses talents. Après quelques années de vicariat, il fut appelé à
la cure d'Ars, et, en apercevant le clocher de sa paroisse, il se mit à
genoux pour prier Dieu et lui recommander son ministère. Son premier
soin fut de visiter ses paroissiens; il les eut vite conquis par sa
vertu, et l'on vit succéder aux abus de toutes sortes et à
l'indifférence, grâce à son zèle, un esprit profondément chrétien, une
parfaite observance du dimanche: la paroisse, sous l'impulsion d'un
Saint, était devenue une communauté religieuse.

Bientôt, des pays voisins, on accourut pour l'entendre, pour se confesser à lui et
obtenir des miracles, qu'il attribuait à sainte Philomène, dont le culte
tout nouveau croissait chaque jour en popularité; aussi l'appelait-il
sa chère petite Sainte. Dix ans plus tard, la réputation du saint curé
s'était étendue au-delà de la France, et l'on ne tarda pas à venir de
plus loin; la paroisse d'Ars, jadis inconnue et solitaire, était devenue
un centre d'attraction universelle; aux personnes pieuses se joignaient
des impies, des incrédules, des débauchés; les conversions se
multipliaient par milliers. Il passait régulièrement jusqu'à seize et
dix-huit heures par jour au confessionnal, et le reste du temps en
prédications, catéchisme et prières.
Maison Natale du Curé d'Ars
 
04/08/2017 - 09:44
Quand la morgue était une attraction parisienne;


Tout au long du XIXe siècle, des millions de touristes et de Parisiens se sont pressés pour visiter l’un des endroits les plus courus de la capitale. Il ne s’agit ni d’un musée ni d’un parc, mais d’un lieu bien plus inattendu : la Morgue de Paris. On vous en dit plus sur cette attraction très prisée des Parisiens d’antan !
Aux origines de la « morgue ».
La morgue ne saurait, aujourd’hui, être autre chose qu’un lieu réservé aux autorités médico-légales ou aux familles venues identifier leur proche.
Et pourtant, la pudeur imposée en ce lieu n’a pas toujours été observée et n’est en vigueur que depuis un siècle. Et pour cause, avant que le préfet de police Louis Lépine ne décide, à l’aube de la première guerre mondiale, de protéger les cadavres du regard du monde, la morgue était un espace public où les dépouilles étaient exposées à la vue de tous.

Le verbe « morguer » désigne d’ailleurs le fait de regarder quelqu’un avec hauteur, parfois dédain, mais toujours avec minutie. Et, dès le XIVe siècle, c’est exactement ce qu’il se passe chaque jour entre les murs de la prison du Grand Châtelet. Cette prison, installée là où se trouve l’actuelle place du Châtelet, accueille chaque jour des centaines de nouveaux prisonniers, mendiants, malfrats, petits voleurs ou meurtriers.
Dans les cellules de l’immense bâtisse, ils sont, chacun leur tour, examinés avec insistance, sous toutes les coutures, par les geôliers quiécrivent ensuite minutieusement leurs observations sur un registre.

L’objectif ? Que l’on puisse se figurer le moindre détail, la moindre marque particulière afin d’identifier le détenu en cas d’évasion ou de récidive. Nous sommes encore loin de l’époque où les photographies permettent de garder une trace visuelle des détenus, les « morguer » est donc le seul moyen de vraiment les identifier.

Au XVe siècle, le registre des « morgués » du Grand Châtelet est grossi par d’autres individus qui, eux aussi, nécessitent une identification : les cadavres sans identité connue, ceux que l’on trouve sur la voie publique ou que l’on repêche dans la Seine.Dans la petite pièce du Grand Châtelet qui sert à l’identification, les morts deviennent progressivement plus nombreux que les vivants.
Chaque jour, une quinzaine de cadavres sont installés dans la pièce que l’on appelle désormais « morgue » et une petite ouverture est creusée au niveau de la chaussée pour permettre au public de les « morguer » à leur tour. On se dit qu’un passant pourrait reconnaître un proche disparu ou identifier par hasard une connaissance. En réalité, la plupart sont de
simples badauds, attirés par le spectacle inhabituel qui s’offre à eux derrière la petite lucarne du Grand Châtelet. La morgue n’est pas encoreune attraction, mais ne va pas tarder à le devenir !

La morgue de Paris s’installe sur l’Île de la Cité et devient une attraction En 1802, l’on décide de détruire la prison du Grand Châtelet, devenue tropvétuste. Deux ans plus tard, la morgue est déplacée Quai du Marché-Neuf, sur l’Île de la Cité. Elle sera, en 1868, à nouveau relocalisée du côté du quai de l’Archevêché, à l’emplacement de l’actuel square d’Île-de-France, derrière la Cathédrale Notre-Dame. Au sein de ces deux morgues successives, tout est fait pour attirer le  passant. La salle d’exposition est accessible à tous, tous les jours et gratuitement. Les corps sont exposés nus ou peu vêtus, le plus souvent
pendant trois jours mais cela peut être plus si le cadavre a du « succès » et n’est pas réclamé. Ils sont allongés sur douze tables en marbre noir et installés derrière une large vitrine en verre.


Si l’objectif initial de ces expositions était de faciliter les identifications, la morgue devient, à cette époque, une véritable
attraction touristique. Des millions de Parisiens s’y rendent chaque année afin d’« examiner » les cadavres anonymes récupérés par les autorités. Les meilleurs jours, près de 40 000 personnes se bousculent à l’extrémité sud-est de l’Île de la Cité. Toutes les catégories socialess’y retrouvent. L’ouvrier vient pendant sa pause déjeuner, les bourgeois s’y rendent en famille, les aristocrates visitent le lieu entre amis. Certaines agences de voyage anglaises organisent même des visites de groupe ! À une époque où la mort et la nudité sont deux sujets particulièrement tabous, les visiteurs viennent voir les cadavresle cœur léger, tout émoustillés à l’idée de visiter les macchabées de l’Île de la Cité.


Extrait d’une description de la morgue parisienne et de ses visiteurs en 1876.
Guide de l’étranger et du Parisien 3e édition, par Adolphe Joanne, 1876
.

04/08/2017 - 09:35
La manufacture Royal Dux a été fondée en 1860 par Ed Eichler était spécialisée dans la production de figures de style Art Nouveau. 





























04/08/2017 - 07:29
Histoire De La Démocratie.

La Liberté guidant le peuple est une huile sur toile d'Eugène Delacroix réalisée en 1830, inspirée de la révolution des Trois Glorieuses qui s'est passée en 1830.
Wikipédia
Artiste : Eugène Delacroix
Dimensions : 2,6 m x 3,25 m
Période : Romantisme
Lieux d'exposition : Musée du Louvre (depuis 2013), Louvre-Lens (2012–2013), Musée du
      Louvre
(1874–2012), Musée du Louvre

Sujet
 : Trois Glorieuses, Marianne

 
 L'histoire de la démocratie remonte à l'Antiquité. Le concept de démocratie est sujet à controverse, et a connu des définitions et des applications très différentes suivant les époques.

Les Origines Selon l'historien congolais Didier Moe Loembe Tchikambou, le grec Solon
(640 à 558 av. J.-C.) est le premier législateur et le père de la démocratie européenne, mais en ce qui concerne les premières traces de la démocratie sur terre, c'est au cours de son voyage en Égypte qu'il a connu pour la première fois cette notion d'égalité entre les êtres humains.

Il ajouta, c'est durant son apprentissage que le premier législateur européen Solon d'Athènes a lu des documents qui parlait de la Démocratieet du Droit de grève. Sur une inscription datant de la VIe dynastie il lut que le peuple, ne supportant plus les augmentations d'impôt décidées par le parlement, demanda la compréhension du pharaon. Celui-cidonna des instructions à son ministre de finance : Ma Majesté ordonna de ne pas lever l'impôt.
Sur le papyrus judiciaire de Turin, datant de l'époque de Ramsès III, la procédure juridique était mentionnée. À la même époque, les artisans de Deir el-Médineh, réclamant par écrit leur salaire (leurs rations de nourriture), firent la première grève connue de l'Histoire.
Les villes-états sumériennes sont considérées comme les premières formes de démocratie. Avec le temps elles se sont transformées en monarchies.
L'Inde Ancienne L'une des premières civilisations démocratiques a été identifiée dans des républiques de l'Inde ancienne, aux environs du VIe siècle av. J.-C.. Parmi ces républiques (Mahajanapadas) l'État de Vaishali fut la première république.
Les systèmes démocratiques utilisés dans ces républiques : Sangha, Gana (en) et Anchayat (ce dernier encore utilisé dans des villages en Inde).
Sous Alexandre le Grand (IVe siècle av. J.-C.) les Grecs ont écrit que les États de Sabarcae et Sambasrai (actuellement Pakistan et Afghanistan) avaient "une forme de gouvernement démocratique".
L'arrivée au pouvoir de Gopala (Pala king) par une élection démocratique a été rapportée par l'historien tibétain Taranath.
L'Antiquité Méditerranéenne Articles détaillés : Démocratie athénienne , Assemblées romaines et République romaine.
La démocratie prend ses racines principales dans les réformes engagées autour de la cité d'Athènes dans la Grèce antique autour du Ve siècle av. J.-C. Bien que la démocratie athénienne soit aujourd'hui considérée comme ayant été une forme de démocratie directe, elle faisait coïncider deux organisations politiques très différentes :Une Boulè regroupant environ 500 citoyens tirés au sort, chargés de recueillir les propositions de loi présentées par les citoyens, puis de préparer les projets de loi ...
D'autre part, l'assemblée des citoyens (Ecclésia), exemple type de la démocratie directe.
Tous les citoyens athéniens avaient le droit de prendre la parole et de voter à l'Ecclésia, où étaient votées les lois de la cité, mais aucun droit politique ni citoyenneté n'était accordé aux femmes, aux esclaves,aux métèques : des 250 000 habitants d'Athènes, seuls 40 000 environ étaient citoyens et, sur ces 40 000, tous les hommes riches (tous les citoyens de la premièreet deuxième classes, environ 5 000) et la plupart des thètes (citoyens de la quatrième classe, environ 21 000) participaient aux réunions de l'Ecclesia.
Seuls les citoyens de la deuxième classe ont souvent envoyé une autre personne aux réunions.
La République romaine organisait des élections mais, là encore, les femmes, les esclaves et une large partie de la population étrangère en étaient exclus.
Le vote des riches avait plus de poids et la plupart des plus hautes fonctions étaient attribuées à quelques familles nobles. Les offices n'étaient pas rémunérés et il était important d'être riche pour se prémunir de la corruption[réf. nécessaire].
Les villes phéniciennes, comme Tyr, Sidon, Byblos…, avaient des traces de démocratie, des conseillers élus par les citoyens, proposaient des nouvelles lois au roi.[réf. nécessaire]
Certaines sociétés tribales réduites (entre 20 et 50 personnes), comme les Aborigènes d'Australie, n'avaient pas de chef et prenaient des décisions par consensus au sein de la majorité.[réf. nécessaire]
Moyen Âge.
Au Moyen Âge, de nombreux systèmes sont fondés sur les élections et/ou une Assemblée, comme l'élection du Gopola au Bengale, la Communauté Lituano-polonaise, l'Althing islandaise, le Veche dans les pays slaves, les Things scandinaves, et la cité marchande autonome de Sakai au Japon (XVIe siècle).
Pour autant, ces systèmes dans lesquels la participation demeure souvent réservée à une minorité, pourraient tout aussi bien être qualifiés d'oligarchies. La grande majorité des régions dans le monde du Moyen Âge sont gouvernées par une seigneurie, suivant un principe féodal,lequel commence au XIIe siècle à inclure des poches de système communal.
Le Parlement anglais nait avec les restrictions du pouvoir royal mises en place dans la Magna Carta. Le premier parlement élu est le Parlement de Montfort en Angleterre en 1265. Là encore seule une petite minorité dispose d'une voix : le Parlement est élu par quelques pour cent de la population (moins de 3 % en 1780[réf. souhaitée]), et le système présente des dispositions problématiques, telles que les municipalités corrompues. La convocation du Parlement dépend du bon vouloir du roi ou de la reine (le plus souvent lorsque celui ou celle-cia besoin d'argent).
De nombreuses régions aux frontières des grands États conservent un fonctionnement démocratique. Entre France et Espagne se tiennent ainsi les républiques pyrénéennes.

Émergence De La Démocratie.
Dans Les Gouvernements Modernes
Avant Le XVIIIe Siècle L'humanisme de la Renaissance fut un mouvement culturel en Europe, qui commença en Italie (particulièrement Florence) dans les dernières décennies du XIVe siècle. Les philosophes humanistes recherchèrent les principes sur lesquels la société pourrait être organisée, en opposition à la concentration du
pouvoir par l'Église ou les monarques.

XVIIIe Siècle Introduction de l'idée que les détenteurs du pouvoir sont responsables devant un électorat : Simon V de Montfort appela les propriétaires terriens à voter aux élections anglaises de 1265 (De Montfort's Parliament (en)).
Rzeczpospolita en Pologne-Lituanie en 1505.
Magna Carta en Angleterre en 1215.
Habeas Corpus Act 1679 (en).
William Penn écrivit la Frame of Government of Pennsylvania (en) en 1682.
En 1755, la République corse est conduite par Pascal Paoli avec la Constitution corse. Dans les années 1760 à 1790 les américains développent et appliquent le concept de Républicanisme, base de la Révolution américaine (Guerre d'indépendance des États-Unis).
Les théoriciens du républicanisme opposaient alors ce régime au régime démocratique, qu'ils ne jugeaient pas souhaitables. En 1776 Déclaration des droits de l'État de Virginie (basée sur la Déclaration des droits anglaise).
En 1789 ratification de la Constitution des États-Unis d'Amérique et de ses amendements (Déclaration des Droits (États-Unis)). Dans les années 1780 : développement de mouvements sociaux s'identifiant à la "démocratie".
Au Benelux le sens à demi négatif de "démocratie" (regardé comme synonyme d'anarchie) fut interprété de façon plus positive comme opposé à l'aristocratie. La Constitution polonaise du 3 mai 1791 est largement reconnue comme la troisième plus ancienne du monde.
En 1791, la Révolution haïtienne est la première, et la seule, révolution d'esclaves à établir une république. 1789-1799 : la Révolution française éclate. Dans les années 1790 : premier système de partis First Party System (en) aux États-Unis. Au début du XIXe siècle apparition des partis politiques en Europe et du vote.Les droits politiques sont alors étendus à de nouvelles classes sociales : de la santé, la propriété, le genre, la "race" ne sont plus des
critères de sélection au droit de vote. Le suffrage devient alors universel
XIXe Siècle. Le vote a bulletin secret est introduit en 1850 en australie puis en 1890 aux USA.
Les Tendances Contemporaines.
Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

L'histoire contemporaine et les conflits actuels démontrent que la culture démocratique a rarement été suffisante pour entraîner une transition de la dictature vers la démocratie, en l'absence d'une tradition politique et d'une formation progressive des institutions.
Des démarches tentent une plus grande implication des citoyens dans la politique ...
Des démarches tentent une plus grande implication des citoyens dans la politique (démocratie participative) :
Le conseil de quartier fait participer les habitants à certaines décisions concernant la vie
de la cité : aménagement des voiries, enlèvement des ordures, équipements sportifs et culturels.

Le budget participatif, inventé au Brésil, à Porto Alegre met une partie des finances municipales sous le contrôle des citoyens.

 
Quelques communes françaises ont des "enveloppes de quartier".
Grâce à Internet de nombreuses communes ont un site sur lequel il est parfois possible de
s'adresser directement aux services techniques, participer à des forums, rédiger un magazine en ligne, etc.

 
En France, un label national ville Internet peut être décerné.
le jury citoyen donne un avis consultatif sur une question d'intérêt général.
L'Observatoire des engagements tente de suivre les promesses (électorales) non tenues, qui accentuent la méfiance envers les politiques. L'observatoire recense les engagements pris et vérifie, chaque année, leur mise en œuvre. L'Adels (Association pour la démocratie et l'éducation locale et sociale recense les expériences de ce type.


04/08/2017 - 07:28

                                               
QUE  C'EST  BEAU

Cette étendue violette se situe
dans la commune provençale de Valensole, une région célèbre pour ses
champs de lavande qui fleurissent pendant la période estivale.

En plus d'être
utilisée en parfumerie pour ses notes relaxantes, la plante possède des
propriétés médicinales sédatives, diurétiques, antiseptiques ou
anti-inflammatoires. En Provence, vous pourrez même la consommer en
dessert dans une crème glacée ou brûlée.


On produit également de la liqueur connue
pour favoriser la digestion de celui qui la consomme













 
04/08/2017 - 07:28
DES FRUITS ET LEGUMES EN SCULPTURES.
 Voila une femme qui joue avec les fruits et les légumes pour une bonne cause:Faire des sculptures les unes aussi splendides que les autres.
Artiste polonaise Anna Tokarska
.

 


 

04/08/2017 - 07:25
Devenez Lord (ou Lady) écossais.
L’initiative vient de la société Highland Titles qui vous propose d’acheter une parcelle de terrain en Ecosse faisant de vous, dit la compagnie, un Lord ou une Lady.  La terre achetée devient alors un espace sauvegardée dans une réserve naturelle de Glencoe Wood ou de Mountain, des vallées situées dans les Highlands. Lutant ainsi contre la déforestation, la société a trouvé un bon moyen de luter contre les investissements de compagnies prêtes à raser ce paradis de verdure. Cerise sur le gâteau: vous pouvez même venir y planter votre tante lors de vos prochaines vacances! Ces parcelles se vendent de 38 à 625 euros sur le site 

Mais ne vous y trompez pas, le titre de Lord est ici purement fantaisiste.
Seul la couronne britannique est habilitée à faire de vous un noble.
Highland Titles prévient discrètement ses clients:  « « Laird » n’a jamais été et ne sera jamais un titre de noblesse. Il s’agit simplement d’une marque de reconnaissance ». De plus, pour pouvoir utiliser le titre de laird (ou lord) , vous devez acquérir des terres faisant parties à un Laird en Écosse. Les terres doivent prétendre au titre historique de Laird ; il ne peut donc pas s’agir de n’importe quel bout de terrain. Il existe seulement un nombre restreint de domaines en Écosse pouvant utiliser les titres féodaux

Ce titre fera néanmoins sourire vos proches et le certificat de propriété qui vous sera fourni sera toujours, lui, bien valable.
Avis aux citoyens Belges: Si ce titre est factice, le port de titres de noblesse étrangers est tout simplement interdit dans le Royaume de Belgique. Comme le rappel le ministère des Affaires étrangères: « Des titres étrangers accordés à des Belges n’ont donc aucune valeur en Belgique et ne seront d’ailleurs jamais reconnus ».

04/08/2017 - 07:20
Le monastère Taktsang.
Taktsang est le plus célèbres et le plus emblématique des monastères du Bhoutan.
Il a été construit en 1692 dans la falaise de la vallée de Paro autour de la grotte où méditait Padmasambhava (Guru Rinpoché) au 8ème siècle.
L’ensemble est composé de 7 temples et de 8 grottes dont la tanière (ou le nid) du tigre.
Cette dernière est un ermitage dans lequel un moine s’enferme pour 3 ans sans voir ni parler à personne. Un frère lui amène la nourriture à l’entrée.