De tout.......!

Par Yannick Fondin - 1 il y a 6 années 8 mois
05/08/2017 - 12:41
                                         
JOIE  ET  TRISTESSE

 Pour la première fois en France, une femelle panda a donné
naissance, au zoo de Beauval, à Saint-Aignan-sur-Cher (Loir-et-Cher),
vendredi 4 août. Huan Huan – prononcer « Ruan Ruan » –, l'un des deux
plantigrades prêtés par la Chine en 2012 pour dix ans, a mis bas deux
jumeaux, à 22 h 18 et 22 h 32. Le premier n'a pas survécu, tandis que le
second, un mâle de 142,4 grammes, est en « parfaite santé ».
L'événement était attendu par des milliers de visiteurs et autant de
fans sur les réseaux sociaux. Il relance dans le même temps les
questions sur la captivité des animaux et la réintroduction d'espèces
menacées dans leur milieu naturel.
Le premier bébé, de 121 grammes, était quasiment mort-né. Les soigneurs
ont tout de suite vu qu'il était trop faible pour survivre, décrit
Delphine Delord, la directrice de la communication du parc. Il était
tout transparent, comme un fantôme, et sa température était très basse.
La mère l'a rejeté dès que le second petit est né, comme elle le ferait
dans la nature.
Le deuxième est né tout rose et sans poil. Son cordon a été nettoyé et du colostrum – premier lait maternel riche en
nutriments – lui a été administré. « Huan Huan a du lait, mais pour
l'instant elle ne sait pas comment faire pour allaiter. On a mis le bébé
en couveuse durant la nuit pour lui donner à boire, avant de le rendre à
sa mère, poursuit Mme Delord. On est émus de ne pas avoir pu sauver
l'autre, mais heureux d'accueillir un bébé panda et concentrés pour
qu'il aille bien.
Deux expertes chinoises, qui travaillent au centre de reproduction et de conservation des pandas à Chengdu (Sichuan), sont
venues spécialement pour assister l'équipe de soigneurs, vétérinaires
et éthologue du zoo dans cette opération délicate. La naissance n'a pas
été filmée en direct, mais une vidéo sera retransmise sur les écrans
géants installés dans le parc, de même qu'un live depuis la couveuse et
la loge de la mère. Pour voir évoluer le bébé dans son enclos, le public
devra attendre deux ou trois mois, le temps qu'il ouvre les yeux, se
couvre de poils et prenne des forces. Son prénom lui sera donné par
Pékin à ce moment-là.
05/08/2017 - 12:30
10 espèces d’hippocampes époustouflantes
De l’Antiquité à nos jours, l’hippocampe a nourri l’imaginaire et le rêve de nombreuses civilisations. Ce sublime poisson
que l’on surnomme « cheval de mer » passionne tant par sa physionomie que ses incroyables couleurs. Il existe une
cinquantaine d’espèces d’hippocampes, toutes plus fascinantes les unes
que les autres. Le DGS vous présente 10 espèces de ces sublimes animaux
marins.

Les hippocampes appartiennent à la famille des Syngnathidae. Il peuvent vivent entre deux et quatre ans. Tous les hippocampes sont
répartis dans les eaux tempérées et tropicales du monde entier, et ce
sont toujours les mâles qui portent les oeufs. La plupart se nourrissent
de plancton animal (crustacés, œufs ou larves de poissons). Les différentes espèces se distinguent par leur couleur, leur
habitation et leur taille.
  HIPPOCAMPUS KUDA OU HIPPOCAMPE DORÉ Un hippocampe kuda via ShutterstockL’hippocampe doré est natif du bassin Indo-Pacifique. Il vit sur les côtes est de l’Afrique, dont la mer Rouge, jusqu’aux eaux de
la Polynésie, dont Hawaï, ainsi que dans les eaux des îles méridionales
du Japon à la Nouvelle-Calédonie. Il mesure entre et 17 et 30
centimètres. Il est donc assez imposant en comparaison aux autres
espèces d’hippocampe. Il peut aussi bien vivre dans les fonds de
mer (jusque 55 mètres de profondeur dans les eaux côtières, dans les
eaux abritées des estuaires, des ports ou de mangroves) que dans la
profondeur la plus proche de la surface (agrippé à des algues à 8 mètres
de la surface). La texture de sa peau est granuleuse, et sa couleur
peut être sombre, jaune, crème ou rougeâtre avec de petites taches
sombres.
 
HIPPOCAMPUS REIDO OU HIPPOCAME LONG-NEZ
Cette espèce d’hippocampe vit dans les eaux peu profondes de l’ouest de l’océan Atlantique, sur les côtés d’Amérique du Nord et du
Sud (Bahamas, Barbade, Belize, Bermudes, Brésil, Colombie, Cuba,
États-Unis, Grenade, Haïti, Honduras, Jamaïque, Panama et Venezuela). Il
vit environ à 15 mètres de profondeur depuis le rivage. Il mesure entre
10 et 15 centimètres. Sa couleur est souvent identique à son
environnement : il peut être blanc, brun, jaune, orange, rouge ou
violet.
 
HIPPOCAMPUS HYSTRIX OU HIPPOCAMPE ÉPINEUXUn hippocampe épineux via ShutterstockCette espèce est native du bassin Indo-Pacifique (exactement comme Hippocampus kuda). Il vit dans des eaux peu profondes, de 5 à 20 mètres de profondeur. Sa
taille peut atteindre entre 15 et 17 centimètres. Ses épines sont
pointues avec des extrémités sombres. Ses couleurs sont variables et
dépendent de son environnement. Il peut être gris, crème, jaune vif,
vert, brun ou encore rouge. 
 
HIPPOCAMPUS INGENS OU APPELÉ HIPPOCAME DU PACIFIQUE Un hippocampe du Pacifique via ShutterstockOn le trouve dans les récifs de corail de Colombie, du Costa Rica, de l’Équateur, de Salvador, du Guatemala, du Mexique, du
Panama, du Pérou et des États-Unis. Il peut vivre de 2 à 30 mètres de
profondeur. Il est d’une couleur qui peut aller du rouge orangé au
marron, parfois avec du jaune ou du noir, et marbré de petits traits et
de petits points blancs. Ses yeux sont entourés de traits blancs.
 
HIPPOCAMPUS HIPPOCAMUS OU HIPPOCAME À MUSEAU COURT
Il fait partie des deux seules espèces d’hippocampe vivant en France (avec son cousin l’Hippocampus gutulatus, l’hippocampe moucheté). On le trouve dans la Manche, en Atlantique et en Méditerranée, ainsi
que dans la mer Noire. On le trouve également de la mer du Nord au
Sénégal. Il vit souvent à environ 10 mètres de profondeur, jusqu’à 30 mètres maximum. C’est un hippocampe qui atteint une taille d’environ 10 cm. Sa couleur peut aller du brun au marron.
 
HIPPOCAMPUS ERECTUS OU HIPPOCAMPE MOUCHETÉHippocampus erectus via ShutterstockL’hippocampe rayé fréquente l’océan Atlantique. On le trouve dans les eaux des côtes canadiennes,
caribéennes, mexicaines et vénézuéliennes ainsi que des États-Unis. Il
peut vivre dans une profondeur qui peut aller jusqu’à 73 mètres. Il peut
atteindre une longueur de 17 centimètres, et sa couleur est très
variable. Elle peut aller du noir/gris au brun, rouge, orange ou jaune,
et est souvent orné d’un motif à lignes ou à points, avec des taches
plus ou moins claires.
 
HIPPOCAMPUS DENISE OU HIPPOCAMPE PYGMÉE GRÊLEUn hippocampe pygmée grêle via ShutterstockCette espèce est native du centre du bassin Indo-Pacifique, elle vit dans les eaux tropicales de l’Indonésie aux Philippines jusqu’en Nouvelle-Calédonie. Elle vit entre 13 et 100 mètres de profondeur. La particularité de cet
hippocampe est qu’il est minuscule : sa longueur maximale est de 2,4 cm,
ce qui en fait l’un des plus petits représentants des hippocampes. Il a
un museau très fin. Son corps est lisse et la couleur de sa peau va du
jaune (plus ou moins vif) à l’orange avec souvent des petits points
sombres, et parfois des bandes plus ou moins sombres au niveau de la
queue. 
 
HIPPOCAMPE GUTTULATUS OU HIPPOCAMPE À LONG BECUn hippocampe à long bec via ShutterstockCet hippocampe vient de l’océan Atlantique oriental et de la mer Méditerranée (dans les eaux tempérées de l’océan Atlantique oriental soit des côtes sud du Royaume-Uni aux Pays-Bas jusqu’au Maroc, dont les îles Canaries, les Açores et Madère). Il fréquente les eaux côtières peu profondes, allant jusqu’à 20 mètres
de profondeur. Si sa taille moyenne observée est d’environ 12
centimètres, sa longueur maximale est de 21,5 centimètres. Il possède
des petits filaments plus ou moins longs sur sa tête et sa crête
dorsale. Sa couleur de peau va du vert foncé au jaune en passant par
différentes variantes du brun. Il est souvent moucheté de petits points
blancs.
 
HIPPOCAMPUS ALATUS OU HIPPOCAMPE AILÉ
On trouve cet hippocampe dans les eaux tropicales du centre du bassin Indo-Pacifique, soit sur les côtes de l’Indonésie
orientale aux Philippines ainsi que sur les côtes nord de l’Australie.
 Il peut fréquenter des eaux de 10 à 80 mètres de profondeur. Il peut
atteindre une longueur maximale de 18 centimètres. Ses joues, la partie
supérieure de son tronc ainsi que sa queue sont dotées d’épines dont la
taille se réduit avec l’âge. Au niveau de la nuque, il possède une paire
d’épines orientées vers l’extérieur et recouvertes de filaments
dermiques qui lui ont valu sont nom scientifique et commun. Sa tête est
relativement grosse, le museau est long et large. Il est souvent de
couleur blanche, presque rosâtre, avec des petits points sombres.
 
HIPPOCAMPUS BARGIBANTI OU HIPPOCAMPE PYGMÉEUn hippocampe pygmée via ShutterstockOn trouve cette espèce dans les eaux tropicales du centre du bassin Indo-Pacifique (de l’Indonésie aux Philippines jusqu’en
Nouvelle-Calédonie). Il vit entre 16 et 40 mètres de profondeur,
exclusivement sur des gorgones Muricella plectana et Muricella paraplectana. A l’instar de l’Hippocampus denise, cet hippocampe est minuscule : sa
longueur maximale est de 2,4 centimètres. Il dispose d’un court museau
et d’yeux proéminents. Son corps est recouvert d’excroissances
bulbeuses. Sa couleur varie selon son environnement : il peut être d’une
couleur blanchâtre/grise avec de fins motifs rouges, ou blanchâtres
avec des motifs jaunes.
Ces animaux majestueux sont d’une beauté incroyable ! Malheureusement, ils sont, comme beaucoup d’animaux marins, menacés par
l’activité de l’espèce humaine. Plus de 20 millions d’entre eux sont
pêchés chaque année. Plus alarmant encore, en seulement 40 ans, l’homme a éliminé 52 % des animaux vertébrés de la planète…



05/08/2017 - 12:25
05/08/2017 - 12:10
A la demande de CLAUDIA ,

je refais une tentative :


Nouvelles images du National Geographic Traveler Photo Contest 2017

 Pour rappel, le Traveler Photo Contest 2017 de National Geographic invite les photographes du monde entier à participer à travers
trois catégories : Nature, Cities et People.
les photos :

Essayer  de cliquer sur ces  5 phrases écrites en bleu,
pour voir , si vous le désirez les photos :


-  Nouvelles images du National Geographic Traveler Photo Contest
2017


20 superbes images issues du National -  Geographic Photo
Contest 2016


-  Les premières images du National Geographic Traveler Photo
Contest 2017


-  27 superbes images issues du National Geographic Traveler Photo
Contest 2015


-  Les 21 vainqueurs du National Geographic Traveler Photo Contest
2017
05/08/2017 - 11:20
Mayyan1

3  de mes amies  m'ont répondu :

- 2 amies ne voient pas les photos
-  la  3è  ne voit pas , non plus les photos , mais en cliquant en haut , à gauche sur le lien UFUNK ,  elle voit les photos .....
Alors , j'attends la réponse de Claudia :
-  pourquoi
  moi , je vois les photos   ET , pourquoi , vous Mayyan1 +  mes amies ne voyez  pas les photos.....!! ????

Mais , je vais effacer le POST ,et , si , je peux noter le lien pour voir les photos
Essayer  de cliquer sur ces  5 phrases écrites en bleu pour voir , si vous le désirez les photos :

-  Nouvelles images du National Geographic Traveler Photo Contest 2017
20 superbes images issues du National -  Geographic Photo Contest 2016

-  Les premières images du National Geographic Traveler Photo Contest 2017
-  27 superbes images issues du National Geographic Traveler Photo Contest 2015
-  Les 21 vainqueurs du National Geographic Traveler Photo Contest 2017

Merci de m'avoir signalé ce problème

Bonne journée

p.s. : une de mes amies m'a demandé si vous étiez un monsieur ou une dame ; moi , je pense que vous êtes un monsieur  , j'espère ne pas me tromper en lui répondant ceci
05/08/2017 - 10:28
Bonjour ,
MAYYAN 1 , peut-être que votre ordinateur , ne ' déconne' pas ! ,et, qu'il n'y a que moi , qui voit les photos ?
Je vais demander à mes amies , si, elles le voit , comme ça , nous saurons bien , ce qu'il en ait......
05/08/2017 - 10:20
Merci Victoria pour votre info...c'est donc mon ordi qui "déconne"!????
05/08/2017 - 10:17
Bonjour ,
pardon , MAYYAN 1 , mais , je n'ai pas compris votre message ;
les photos , je les vois ......sur mon écran......
Vous , vous , ne les voyez pas ! ?
05/08/2017 - 09:44
Origine De L'univers...Et Si Le Big Bang Avait Créé Non Pas Un... Mais Deux Univers... Dont Les Temps S'écoulent De Façon Opposée ?

Le HuffPost   /  Par Marine Le Breton



SCIENCE - En ce moment même, des êtres vivants sont en train de reculer dans le temps, dans un univers parallèle. Aussi saugrenu que cela puisse paraître, cette théorie est le résultat d'une étude scientifique publiée dans la revue Physical Review Letters, et elle pourrait bien bouleverser notre compréhension de l'univers, son origine, son avenir, le temps qui passe.

Julian Barbour, l'auteur principal de cette théorie, et ses collègues physiciens, suggèrent en fait que lorsque le Big Bang a eu lieu, ce n'est pas un univers qui a été créé, mais deux. L'un avançant dans le temps, et l'autre allant à reculons.

Flèche Du Temps Symétrique.
Cette idée défie complètement notre conception de la "flèche du temps", notion introduite par Arthur Eddington dans les années 1920 pour décrire le temps qui passe. Selon cette théorie, le temps s'écoule dans une seule direction. Le bois prend feu, mais jamais la fumée ne redevient du bois. Nous vieillissons, et ne serons jamais comme Benjamin Button.

Le hic: les lois de la physique s'appliquent peu importe le sens dans lequel le temps passe. Rien ne peut démonter a priori l'idée d'un univers parallèle allant dans un sens différent du notre.
"Le temps est un mystère,explique Barbour au DailyMail.
En gros, toutes les lois physiques connues sont exactement pareilles peu importe dans quel sens le temps passe, et dans le monde dans lequel nousvivons tout va dans une direction."

Les physiciens ont utilisé un modèle informatique de simulation de notre univers, composé de 1000 particules. Ils ont analysé leur comportement et interactions lorsqu'elles étaient soumises à l'influence de la gravité...Notre futur est leur passé...

Peu importe leur taille, la distance entre elles, ces particules finissaient par se retrouver les unes à côté des autres, dans un état proche de celui du Big Bang. Mais ensuite, et c'est là tout le mystère de cette étude, les particules se sont étendues dans deux directions différentes, les deux directions temporelles du modèle. C'est comme si le modèle général avait un passé, mais deux futurs.
Ainsi, deux flèches du temps, symétriques, opposées, se sont créées. Le long de ces deux structures temporelles, les lois de la physique classique ont ensuite fait leur travail, les particules se regroupant dans des structures complexes, comme ce fut le cas pour les galaxies, étoiles et planètes après le Big Bang.

Si un tel système théorique a réellement pris forme dans notre lointain passé, comment vivent les êtres vivants de cet univers opposé? "Ils définiraient leur flèche comme s'éloignant de l'état central. Ils penseraient que nous vivons dans leur plus lointain passé". Et inversement, nous penserions qu'ils vivent dans notre passé, un passé "négatif".
Quant à localiser cet autre univers, dans la pratique, c'est encore un autre problème. "Nos résultats sont une démonstration de faisabilité", indique Barbour.
05/08/2017 - 09:37

                                       ÇA   S'EST  PASSÉ  UN  5  AOUT         



Charles VI le Bien Aimé devient le Fou, c'était en 1392.

Le 5 août 1392, Charles VI (24 ans) traverse la forêt du Mans à la tête de
ses troupes. Le roi, que ses sujets surnomment le Bien Aimé pour les
avoir délivrés des exactions de ses puissants oncles, entreprend une
expédition contre le duc de Bretagne Jean IV, allié aux Anglais.
Un illuminé surgit soudain, saisit la bride de son cheval et lui crie :
«Arrête, noble roi, tu es trahi ! » Peu après, la lance d'un soldat
heurte un bouclier. Au bruit, le roi qui s'était assoupi sous l'effet de
la chaleur, tire son épée et frappe ses compagnons. Six chevaliers sont
tués avant qu'on ait pu le maîtriser!
Un vieux médecin de grande réputation est requis par le conseiller Enguerrand de Coucy pour le
soigner. Il s'agit de Guillaume de Harcigny, né à Laon neuf décennies
plus tôt. Il voit immédiatement dans la folie du roi une maladie
congénitale héritée de sa mère Jeanne de Bourbon : «cette maladie est
venue au roi de coulpe ; il tient trop de la moiteur de sa mère»,
dit-il. Nommé premier médecin du roi, il obtient une rémission de la
maladie en six semaines mais, lui-même trop usé, il abandonne sa charge
et meurt peu après.

Désormais les crises de folie ne vont plus quitter le jeune souverain mais seul
son entourage immédiat est dans la confidence et ses retours
intermittents à la raison empêchent la constitution d'une régence en
bonne et due forme.

Les puissants oncles du roi, les ducs de Bourgogne, de Berry, d'Anjou et de Bourbon, en profitent pour revenir en
force au pouvoir avec la complicité de la reine Isabeau de Bavière

Naissance de Neil Armstrong, c'est en 1930.

5 août 1930 à Wapakoneta, Ohio (États-Unis) – 25 août 2012(États-Unis)

Neil Armstrong est le premier homme à avoir posé le pied sur la Lune, dans
la nuit du 20 au 21 juillet 1969, à 3h56 (heure française).

À l'adresse d'un milliard de téléspectateurs terriens, il lance la phrase
ci-après, préalablement mûrie par des spécialistes de la communication :
«Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanité». Il est
rejoint un quart d'heure plus tard par Edwin «Buzz» Aldrin.

Avec une formation d'ingénieur en aéronautique, Neil Armstrong a participé
d'abord à la guerre de Corée comme aviateur dans l'United States Navy.
De retour dans le civil, il est ensuite devenu pilote d'essai à la base
Edwards (Californie) avant d'être recruté par la NASA en 1962.

Il effectue son premier vol spatial en 1966 aux commandes de Gemini 8,
assure l'arrimage avec un vaisseau inhabité et témoigne dès ce moment-là
d'un sang-froid à toute épreuve qui lui vaut d'être surnommé «Ice
Commander» («commandant de glace»).

Après la mission Apollo XI, d'un naturel discret et modeste, il a poursuivi à
la NASA une paisible carrière de professeur de technologie


Henri Grouès est né à Lyon (IVe) dans une famille bourgeoise aisée et pieuse
de négociants en soie lyonnais, originaire, du côté paternel, du hameau
de Fouillouse à Saint-Paul-sur-Ubaye, et de Tarare dans le Rhône du côté
maternel. Il est le cinquième de huit enfants. Il a été baptisé à
l'église Saint-Eucher, dans le 4e arrondissement de Lyon. Il passe son
enfance à Irigny, une commune au Sud-Ouest de Lyon. À 12 ans, il
accompagne son père à la confrérie séculaire des Hospitaliers veilleurs,
où les bourgeois se font coiffeurs barbiers pour les pauvres.
Élève à l'internat Saint-Joseph (actuel lycée Saint-Marc), il fit partie des
scouts de France, dans lesquels il fut totémisé « Castor Méditatif ». En
1928 à 16 ans, après un « coup de foudre avec Dieu » selon ses propres
mots, il veut entrer dans les ordres franciscains, cependant il devra
attendre d'avoir 17 ans et demi.
En 1931, il fait profession chez les capucins où il prononce ses vœux. Il renonce cette année-là à sa part
du patrimoine familial, et donne tout ce qu'il possède à des œuvres
caritatives. En religion, Henri Grouès devient frère Philippe. En 1932,
il entre au cloître, au couvent de Crest où il passe sept années
d'austérité religieuse
Le samedi 18 décembre 1937, il est ordonné diacre par monseigneur Camille
Pic, évêque de Valence (Drôme) dans la chapelle du Grand Séminaire, 75
rue Montplaisir, qui abrite aujourd'hui le lycée privé catholique
Montplaisir.
Il est ordonné prêtre le 24 août 1938 en la chapelle du lycée Saint-Marc. En avril 1939, il est nommé vicaire à la basilique
Saint-Joseph de Grenoble.

Il est mobilisé comme sous-officier dans le régiment du train des équipages, en décembre 1939, au début de
la Seconde Guerre mondiale
Selon sa biographie officielle issue des archives officielles du ministère de la Défense nationale, « vicaire à
la cathédrale Notre-Dame de Grenoble, il recueille des enfants juifs
dont les familles ont été arrêtées lors des rafles des Juifs étrangers
en zone Sud, en août 1942 »
En novembre 1943 il fait passer en Suisse le plus jeune frère du général de Gaulle, Jacques, ainsi que son épouse
qu'il confie au réseau de l'abbé Marius Jolivet, curé de
Collonges-sous-Salève. Il participe à la création de maquis dont il est
un des leaders dans le massif du Vercors et le massif de la Chartreuse.
C'est à cette époque qu'il rencontre Lucie Coutaz, qui le cache sous un
faux nom, et restera sa secrétaire particulière jusqu'à sa mort en 1983.
Elle est considérée comme la cofondatrice du Mouvement Emmaüs.

Il aide les réfractaires au service du travail obligatoire (STO). Il prend
le nom d'abbé Pierre dans la clandestinité. En 1944, il est arrêté par
l'armée allemande à Cambo-les-Bains, dans les Pyrénées-Atlantiques, mais
est relâché et passe en Espagne puis rejoint via Gibraltar le général
de Gaulle à Alger en Algérie[6]. Il devient aumônier de la Marine sur le
Jean Bart à Casablanca (Maroc).

Ses actions dans la résistance lui valent la Croix de guerre avec palme à la Libération. De son
expérience passée et des drames dont il a été témoin, il doit, comme
bien d'autres résistants de tout bord qui l'ont côtoyé, son engagement
politique pour restaurer une société digne fondée sur les droits humains
fondamentaux, mais aussi sa profonde détermination à agir pour des
causes qu'il croit justes, y compris parfois dans l'illégalité, et à
mobiliser autour de lui pour faire changer les lois établies et les
regards indifférents.


Après la guerre, sur les conseils de l'entourage du général de Gaulle, et l'approbation de l'archevêque de
Paris, il est élu député de Meurthe-et-Moselle aux deux assemblées
nationales constituantes (1945-1946), comme indépendant apparenté au
Mouvement républicain populaire (MRP) de résistants
démocrates-chrétiens, puis à l'Assemblée nationale de 1946 à 1951, où il
siège d'abord au sein du groupe MRP. Sa profession de foi affiche un
programme proche du populisme (ni capitaliste, ni collectiviste

En 1947, il est vice-président de la Confédération mondiale, mouvement
fédéraliste universel de promotion de la mondialisation démocratique.
Avec Albert Camus et André Gide, il fonde le comité de soutien à Garry
Davis, fondateur du mouvement des citoyens du monde, qui s'oppose à la
remontée rapide des égoïsmes nationaux et déchire son passeport devant
l'ambassade américaine.

Il se désolidarise du parti politique après « l'incident sanglant » de Brest d'avril 1950, ayant provoqué la
mort de l'ouvrier Édouard Mazé. Dans sa lettre de démission du 28 avril
1950, Pourquoi je quitte le MRP, il dénonce les positions politiques et
sociales du Mouvement. Il rejoint ensuite la Ligue de la jeune
République, mouvement chrétien socialiste. Mais, il ne se représentera
plus à l'Assemblée à la fin de son mandat : sa courte carrière politique
se termine en 1951 et l'abbé Pierre retourne à sa vocation première de
prêtre-aumônier et s'investit, avec sa petite rente d'ex-député, dans
ses actions caritatives.
Il fonde en 1949 le Mouvement Emmaüs (en référence à Emmaüs, village de Palestine apparaissant dans un épisode du
dernier chapitre de l'Évangile selon Luc). Ce mouvement est une
organisation laïque de lutte contre l'exclusion, présente aujourd'hui
dans 36 pays du Monde. Il commence ainsi dès l'été 1949 par fonder la
communauté Emmaüs de Neuilly-Plaisance, au 38 avenue Paul Doumer, au
départ auberge de jeunesse

La rencontre avec George, désespéré qui a perdu toute raison de vivre, et à qui l'abbé Pierre demande «
Viens m'aider à aider » marque cependant le véritable acte fondateur du
Mouvement Emmaüs.

Les communautés Emmaüs se financent par la vente de matériels et d'objets de récupération et construisent des logements:

« Emmaüs, c'est un peu la brouette, les pelles et les pioches avant les
bannières. Une espèce de carburant social à base de récupération
d'hommes broyés»
En 1952, il participe au jeu « Quitte ou double » sur Radio Monte Carlo pour alimenter financièrement son combat, où il
gagnera 256 000 francs de l'époque.

En 1963, il est victime d'un naufrage dans le Río de la Plata (Argentine).
Annoncé mort pendant quelques jours, l'abbé Pierre prend alors
conscience que sa mort signifierait la disparition du seul lien entre
les groupes Emmaüs du monde, ce qui aurait pu mener à la disparition du
mouvement. C'est donc à la suite de cet événement que l'abbé Pierre
décide de préparer la fondation d'Emmaüs International, qui verra le
jour en 1971.

Ainsi, d'abord très désorganisé et très spontané, le mouvement Emmaüs se structure progressivement jusqu'à acquérir sa
forme actuelle. En 1985 est créée l'association Emmaüs France, qui
regroupe alors tous les groupes Emmaüs français, alors que l'association
Emmaüs se focalise sur Paris et ne joue plus son rôle initial de
fédération.

Plus tard, en 1988, l'abbé Pierre crée avec son ami Raymond Étienne la Fondation Abbé Pierre pour le logement des
défavorisés, reconnue d'utilité publique en 1992.Cette fondation a pour
objet la lutte contre le mal-logement.
L'abbé Pierre est, avec sa secrétaire Lucie Coutaz, à l'origine d'Emmaüs. Cependant, il n'en a
jamais été un dirigeant opérationnel. D'un caractère spontané, il est
peu porté vers l'organisation. Ainsi, il préférera toujours créer de
nouvelles structures, initier de nouveaux projets, que de gérer celles
qui existent

Par exemple, il marquera à plusieurs reprises son opposition à la création de l'Union centrale de communautés Emmaüs, qui
en 1958 se donne pour objet de professionnaliser la gestion des
communautés Emmaüs, et qui selon l'abbé Pierre voulait donner une "trop
rigide définition de tout".

Cependant, l'abbé Pierre a bien conscience de la nécessité d'une telle structuration, même si elle ne
correspond pas à son penchant naturel. Il encouragera ainsi la fondation
d'Emmaüs International en 1971

L'abbé Pierre meurt le lundi 22 janvier 2007, tôt le matin (5 h 25 heure locale), à l'hôpital du
Val-de-Grâce à Paris, des suites d'une infection du poumon droit
consécutive à une bronchite. Il était âgé de 94 ans[15],

Il affirmait : « J'ai passé ma vie à prier Dieu pour mourir jeune », et
ajoutait : « Vous voyez, c'est raté ! ». L'abbé Pierre faisait également
régulièrement allusion à sa mort en évoquant son départ en "grandes
vacances".
À la suite de la demande de la famille, les drapeaux français n'ont pas été mis en berne lors de l'hommage national. Les
obsèques se sont déroulées le vendredi 26 janvier à 11 heures, dans la
cathédrale Notre-Dame de Paris. Diverses personnalités de tout bords se
sont jointes à la cérémonie, placées derrière Jacques Chirac, de
nombreux membres du mouvement Emmaüs et la famille : Valéry Giscard
d'Estaing, Dominique de Villepin, de nombreux ministres français, des
artistes... ainsi qu'une immense foule anonyme. Fait rare en France, le
cortège funéraire a été applaudi par le public, ainsi que dans la
cathédrale.

Durant la cérémonie, les représentants officiels de différentes religions étaient présents et lui ont remis symboliquement
des cadeaux placés sur son cercueil, posé à même le sol.

Son cercueil a ensuite été transféré vers le village d'Esteville en
Seine-Maritime, où l'abbé Pierre a résidé pendant plusieurs années, et
où se trouve un centre d'accueil toujours en activité aujourd'hui et
géré par l'Association Emmaüs de Paris: la Halte d'Emmaüs. Son
enterrement s'est déroulé dans la plus stricte intimité.

Plusieurs personnalités politiques se prononcent déjà pour le transfert de sa tombe au Panthéon