Poésies,contes et légendes.

Par mayyan il y a 3 années 1 mois
Le 17/11/2017 à 08:13

 
PAS ENCORE !
Ou les épreuves d’une tasse à thé.

Je me rappelle l'époque où, avant
d'être une tasse, je n'étais qu'une
boule d'argile…

Un jour, mon créateur s’empara
de moi et se mit à me frapper pour
me modeler. Cela me faisait mal
et je le suppliai d'arrêter. Mais il
se contenta de sourire en disant :
« Pas encore ! »

Puis il me plaça sur un tour de
potier, et me fit tourner, tourner...
J’avais de tels vertiges que je
croyais ma fin venue.
Heureusement, il me retira du
tour.

Au moment même où je pensais
que l’heure de ma délivrance avait
sonné, le maître m’enferma dans
un four. Je ne comprenais pas
pourquoi il voulait me faire
passer par le feu. Alors, je hurlai,
je le suppliai d’arrêter, de me faire
sortir… À travers la porte vitrée,
je distinguais encore son visage.
Je le vis sourire et hocher la tête
en disant : « Pas encore ! »

Finalement, il me délivra de la
fournaise :
« Ah, quel soulagement ! »
soupirai-je. Puis, soudain, le
maître me saisit et se mit à me
poncer et à me brosser. De son
pinceau il me badigeonna de
toutes sortes de couleurs. Les
vapeurs étaient si fortes que je
crus m’évanouir. Je l’implorai
d’arrêter, mais avec le même
sourire Il me dit à nouveau :
« Pas encore ! »

C’est alors qu’il me plaça dans
un autre four, deux fois plus
chaud que le premier. Cette fois,
j’allais suffoquer, j’en étais sure.
En larmes je le suppliai, mais, une
fois de plus, il me dit en souriant :
« Pas encore ! »

Je commençai à perdre tout
espoir. Cela ne finirait donc
jamais ! Je n’en pouvais plus.
J’étais sur le point d’abandonner…

 C’est alors que la porte s’ouvrit
et que le maître annonça :
« MAINTENANT ÇA Y EST ! »

Il me prit en mains et me déposa
sur une étagère. Puis il me tendit
un miroir en me disant de me
regarder. Je n’en croyais pas mes
yeux. Je m’écriai :
« Oh, quelle magnifique tasse ! »

Alors le maître expliqua :
Je voudrais que tu comprennes.
Quand je te frappais pour te modeler,
oui, je savais que cela te faisait mal.
Je savais que le tour te donnerait des
vertiges. Mais si je ne m’étais pas
occupé de toi, tu te serais desséchée,
et tu serais restée à tout jamais une
simple boule d’argile. Tu n’aurais
jamais pu devenir ce que je
t’appelais à être.

Je savais bien que le premier four
était très chaud, mais si je ne t’y
avais pas mise, tu te serais effritée.
Je savais que tu serais incommodée
par le ponçage et la peinture,
mais si je t’avais épargné ces
deux choses, ta vie serait restée
sans couleurs.

Et le second four, oh ! je savais
bien qu’il te serait presque
insupportable ! Mais vois-tu, si
je ne t’avais pas fait passer par là,
tu n’aurais pas pu supporter les
pressions de la vie. Tu aurais
manqué de force et tu n’aurais
pas survécu.

Donc, tu vois, alors même que
tout te semblait si difficile, moi
je prenais soin de toi.

Car dès le premier instant où je
t’ai touchée, j’entrevoyais déjà
le produit fini !

*************************
Quelle belle histoire d’amour
entre le Créateur et sa création.
Il y a beaucoup de choses qui
nous arrivent dans cette vie et
que nous ne comprenons pas
toujours, que nous considérons
néfastes et cruelles parfois.
Mais le fait est, qu’à long
terme, ces obstacles nous
aident à forger des ailes pour
nous aider à voler plus loin.
Patrick Etienne


************************



 OU EST DONC LE PICCOLO ?

Michael Costa dirigeait une répétition
d’orchestre auquel s’était joint un chœur.
Au beau milieu de la session, alors que
les trompettes beuglaient, que les
tambours roulaient et que les violons
chantaient leur riche mélodie, le joueur
de piccolo marmonna dans sa barbe :

« Et moi, à quoi est-ce que je sers ?
Ça ne ferait aucune différence si je ne
jouais pas. De toute façon, personne ne
peut m’entendre »

Alors, il garda son instrument près
de sa bouche, mais sans émettre un seul
son. Immédiatement, le chef d’orchestre
s’écria :

« Arrêtez ! Arrêtez ! Où est le piccolo ? »

Le son du piccolo manquait à l’oreille
de la personne la plus importante de
l’orchestre. Il en va de même de nos
aptitudes dans la vie. Que notre talent
soit grand ou petit, la représentation
est incomplète tant que nous n’avons
pas fait de notre mieux avec ce que
nous avons. – Richard de Haan

******************************

SI VOUS NE VENEZ PAS, EST-CE
QUE QUELQU’UN S’EN RENDRA
COMPTE?

Certains individus sont tellement
anonymes que s’ils ne sont pas là,
personne ne le remarque. Quand ils
sont là, ils sont tranquillement assis
et ne font rien, ils n’ont d’impact sur
personne, ils communiquent très peu
et n’apportent aucune valeur ajoutée
à leur environnement.

On les trouve un peu partout : au
travail, dans les équipes sportives,
dans les édifices religieux et dans
toutes les organisations.

Ils prennent simplement de la place.

L’inverse est bien meilleur. Vous
pouvez être celui ou celle qui est
crucial au succès de votre équipe.
Vous pouvez être la personne sur
lequel votre leader s’appuie pour
communiquer la créativité,
l’énergie et un enthousiasme
contagieux. Vous pouvez être la
personne qui manque quand vous
n’êtes pas là.

Vous avez de la valeur.
On a besoin de votre combinaison
unique de talents, d’expérience, de
passion et de personnalité. Vous
pouvez faire des choses que
personne d’autre ne peut faire.
Il y a un dessein pour votre vie.
Vous avez de la valeur et vous êtes
apprécié. Ne laissez personne vous
dire le contraire.

Soyez celui ou celle qui fait la
différence, et dont la contribution
influence positivement tout son
entourage.

**************************


Vous êtes spécial et unique, sinon
je ne serais pas là à vous écrire…
Patrick Etienne


Le 16/11/2017 à 15:34
QUELQUES   ÊTRES  DE CONTES  ......  :



ELFE
ELFE
FÉES DES FLEURS
SIRÈNES


licornes










Le 16/11/2017 à 08:46


 

La vie

La vie est belle
Quand on la regarde
Les yeux tournés
Vers la lumière

La vie est bonne
Quand nos espoirs
S’élèvent jusqu’aux
Etoiles des Cieux

La vie est magnifique
Parce qu’il nous est
Donné de la vivre
Et de l’apprécier ici

La vie est don
C’est Dieu qui nous
L’a donné et rempli
Nos cœurs…

De son Amour !

Patrick Etienne
Le 15/11/2017 à 15:05


 

La magie des mots

La magie des mots
La magie de dire les choses
La magie des émotions
La magie d’être soi-même
La magie d’être vrai
La magie d’aimer et de créer
La magie de partager
La magie de donner le meilleur
La magie d’exister

C’est cette magie
Qui doit nous animer
Dans tout ce que nous faisons
Dans tout ce que nous donnons
Dans tout ce que nous vivons

Sans cette magie
Les mots sont morts
Perdent leur valeur
Vidés de leur sens
Inutiles et désuets

C’est cette magie
Qui anime la plume
Du poète inspiré
Qui rend ses écrits
Si beau à lire

La magie
D’être une plume…

Patrick Etienne

Le 08/11/2017 à 13:53
                                                   

Le bel automne est revenu
 
À pas menus, menus,
Le bel automne est revenu
Dans le brouillard, sans qu’on s’en doute,
Il est venu par la grand’route
Habillé d’or et de carmin.
Et tout le long de son chemin,
Le vent bondit, les pommes roulent,
Il pleut des noix, les feuilles croulent.
Ne l’avez-vous pas reconnu ?
Le bel automne est revenu.
Le 30/10/2017 à 18:43

Octobre et son odeur


 
Octobre, et son odeur de vent, de brou de noix,

D'herbage, de fumée et de froides châtaignes,

Répand comme un torrent l'alerte désarroi

Du feuillage arraché et des fleurs qui s'éteignent.

Dans l'éther frais et pur, et clair comme un couteau,

Le soleil romanesque en hésitant arrive,

Et sa paille dorée est comme un clair chapeau

Dont les bords lumineux s'inclinent sur la rive...

-Automne, quelle est donc votre séduction?

Pourquoi, plus que l'été, engagez-vous à vivre?

Bacchante aux froides mains, de quelle région

Rapportez-vous la pomme au goût d'ambre et de givre?

Dans votre air épuré, argentin, élagué,

On entend bourdonner une dernière abeille.

Le soleil, étourdi et déjà fatigué,

Ne s'assied qu'un instant à l'ombre de la treille;

Les rosiers, emmêlés aux rayons blancs du jour,

Les dahlias, voilés de gouttes d'eau pesantes,

 Sont encore encerclés de guêpes bruissantes,

Mais la rouille du temps les gagne tour à tour.

La fontaine sanglote une froide prière;

Dans le saule, un oiseau semble faire le guet,

Tant son cri est prudent , défiant, inquiet.

Mais les cieux, les doux cieux, ont des lacs de lumière!

 
Anna de Noailles

Poétesse et romancière française née le 15 novembre 1876, Anna de Noailles est décédée le 30 avril 1933 à Paris.




Le 30/10/2017 à 18:28
Légende du Monde:« IRLANDE » - La Fantastique légende de " JACK O' LANTERN " Pour Tous !

Voir le Fichier : Legende_du_Monde_IRLANDE__-_La_Fantastique_legende_de__JACK_O_LANTERN__Pour_Tous_.ppsx
Le 30/10/2017 à 18:22
Le Poème Du Lundi...
                           Premier Jour De La Semaine !

Le Secret Du Silence...
 _Le silence évite les querelles..
_Le silence rend l’adversaire stupide..
_Le silence écarte toute sorte de condamnation..
 _Le silence vous distingue..
 _Le silence vous donne l’autorité et le pouvoir..
 _Le silence vous conserve..
 _Le silence est l’ami de l’humilité..
 _Le silence ferme l’accès au diable..
 _Le silence donne raison.




Le 29/10/2017 à 17:51
Merci
Le 27/10/2017 à 12:58
Bonjour Mayyan
C' est  " la légende du colibri  " à laquelle je fais souvent référence ,
Agir selon ses moyens , faire notre part de travail , si tout le monde participe tout pourrait être différent .
Petite légende mais grande réflexion ( vous avez raison , dite par Pierre Rabhi ( you tube ) elle prend toute son ampleur )
Merci Mayyan pour toutes les jolies choses que vous nous offrez  , belle journée ,

Répondre au sujet