C'est une expression quelque peu 
désuète que l'on doit aux druides gaulois
et aux Chrétiens, qui exprime la joie du
passage à la Nouvelle Année.
A cette époque,la tradition du baiser sous
le gui, était gage de prospérité et longévité......

" Au Gui l'An Neuf "

C'est une expression quelque peu désuète que l'on doit aux druides gaulois et aux Chrétiens, qui exprime la joie du passage à la Nouvelle Année. A cette époque,la tradition du baiser sous le gui, était gage de prospérité et longévité......

Ecrit par l'Ordissinaute Camélia


Des Gaulois aux Chrétiens

La formule d'origine celtique, était : " O ghel an heu " ce qui signifie,
" que le blé se lève ".
Les Druides, au solstice d'hiver *, célébraient la renaissance de la
nature, en espérant qu'elle soit bienveillante avec les hommes.
Pour conjurer le sort, les Druides coupaient le gui avec une serpe
d'or, car c'était une plante considérée comme sacrée et miraculeuse,
seul végétal connu donnant des fruits, bien que toxiques pour les hommes.
Pendant longtemps,les Druides ont cru que l'eau où l'on avait fait tremper
le gui, rendait fécond tous les animaux qui en buvaient.

Les  Chrétiens

Les Chrétiens du 4ème siècle, ont tenté de faire cesser la tradition du gui
instaurée par les Druides, qu'ils jugeaient comme une coutume païenne.
Ils ont essayé vainement de le faire remplacer par le Houx  considéré comme
étant à leurs yeux moins païen en raison des ses feuilles piquantes  qui
rappelaient la Couronne du Christ.
Finalement, la culture populaire décida de laisser le houx à Noël  et le
gui au Nouvel An. Une sage décision.

Comment pousse le gui ?

L'hiver, les arbres défeuillés laissent voir cette plante verdâtre qui orne
leurs branches.Nombre de feuillus en sont pourvus tels les peupliers,
les pommiers, alors qu'il se fait très rare sur les chênes, d'où l'importance
que lui donnaient les Druides.
Le gui prisé par les Gaulois, était celui qui poussait très rarement sur
le chêne, car il était pour eux l'Arbre du Soleil  symbole de la puissance
et de la force, alors que le gui était  Arbuste de la Lune .


L'histoire du gui commence avec un oiseau : la grive draine. Son nom
scientifique, "Turdus viscivorus ", signifie la grive mangeuse de gui.
En effet, ce passereau raffole des baies de l'arbrisseau quand elles sont
translucides en hiver.
La grive draine peut avaler jusqu'à 8 perles blanches et visqueuses à la
suite. Lors de la digestion,la graine contenue dans chaque baie, n'est pas
dégradée par les sucs de l'oiseau. Elle est expulsée intacte avec les fientes.
Si celle-ci sont déposées  sur une branche, la graine y est également.
Entourée de filaments de viscine, une substance très collante. La graine
a de forte de chance de pousser dès le printemps.Un organe de fixation
arrime solidement la plantule à la branche.Il joue le rôle de clou, perforant
l'écorce  jusqu'à atteindre la partie vivante du bois. Puis viennent les
suçoirs qui puisent, la sève, l'eau et les sels minéraux de l'arbre.

Cette plante étrange, est considérée comme hémiparasite ( à moitié
parasite ) car elle absorbe les propriétés essentieles de son hôte , mais
elle assure sa propre photosynthèse.*

* Solstice d'hiver:  jour le plus court de l'année ( le 21 décembre 2021)

* Photosynthèse : création de l'énergie provenant du soleil ( mécanisme
                                   spécifique des plantes vertes )

Source: Revue Terre Sauvage,
Le Net, lectures diverses.

               Camélia le 9/01/22


AVEC OU SANS GUI !!  JE VOUS SOUHAITE À
TOUS
: SANTÉ, BONHEUR , LONGÉVITÉ, SÉRÉNITÉ