Depuis le lundi 16 janvier 2012, deux département français expérimentent un nouveau système de code-barre autocollant répertoriant les données médicales d'un individu.
Nous vous avions déjà parlé du système iHealth dans un précédent article. Aujourd'hui, nouvel épisode dans le service des nouvelles technologies en matière de santé avec ce que l'on nomme le "Code d'urgence". Un dispositif dont l'objectif est de sauver la vie d'une victime en donnant des informations clés aux médecins du Samu venus lui porter secours.

Cet autocollant qui pourrait nous sauver la vie

Depuis le lundi 16 janvier 2012, deux département français expérimentent un nouveau système de code-barre autocollant répertoriant les données médicales d'un individu. Nous vous avions déjà parlé du système iHealth dans un précédent article. Aujourd'hui, nouvel épisode dans le service des nouvelles technologies en matière de santé avec ce que l'on nomme le "Code d'urgence". Un dispositif dont l'objectif est de sauver la vie d'une victime en donnant des informations clés aux médecins du Samu venus lui porter secours.

 

 

Depuis le lundi 16 janvier 2012, deux département français expérimentent un nouveau système de code-barre autocollant répertoriant les données médicales d'un individu.

 

Nous vous avions déjà parlé du système iHealth dans un précédent article. Aujourd'hui, nouvel épisode dans le service des nouvelles technologies en matière de santé avec ce que l'on nomme le "Code d'urgence". Un dispositif dont l'objectif est de sauver la vie d'une victime en donnant des informations clés aux médecins du Samu venus lui porter secours.

 

 

Concrètement, le code d'urgence est un QR code, un code barre 2D que les secouristes pourront scanner avec un smartphone.  Personnalisé, il contient les données médicales d'un individu, telles que fournies par son médecin traitant et régulièrement actualisées. Une fois établi, il pourra être collé à un casque de moto, au dos de son téléphone portable ou de sa montre. En cas d'accident, les médecins des Samu/Smur auront donc accès facilement à toutes ces informations grâce à une application adaptée à leur smartphone, qui leur sera fournie.

 

La société privée à l'origine de ce système l'expérimente pour le moment uniquement dans la Sarthe et la Loire-Atlantique. D'ici la fin de l'année, elle espère atteindre 50 000 abonnés, avant peut être de s'adresser à l'ensemble du territoire français. Il en coutera 36 euros par an à ceux qui désireront s'y abonner. 

 

À  retrouver sur http://www.codeurgence.fr

 

 

Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.