Vieillir, c'est laisser son esprit vagabonder entre le désir et l'utopie.

"Viellir", un beau texte de Mr. Bernard PIVOT

Vieillir, c'est laisser son esprit vagabonder entre le désir et l'utopie.

Ecrit par l'Ordissinaute doris.

Vieillir, la plus grande injustice, parce que l'on en n'est pas responsable et,
en même temps la plus grande justice car aucune Femme et aucun
Homme n'y échappent !
Texte de Bernard Pivot. (Extrait de son livre )


Vieilli, c'est "chiant. ". J'aurais pu dire : vieillir, c'est désolant, c'est
insupportable, c'est douloureux, c'est horrible, c'est déprimant,
c'est mortel.
Mais j'ai préféré « chiant » parce que c'est un adjectif vigoureux
qui ne fait pas triste.
Vieillir, c'est "chiant " parce qu'on ne sait pas quand ça a commencé, et l'on
sait encore moins quand ça finira.
Non, ce n'est pas vrai qu'on vieillit dès notre naissance.
On a été longtemps si frais, si jeune, si appétissant.
On était bien dans sa peau.
On se sentait conquérant. Invulnérable. La vie devant soi.
Même à cinquante ans, c'était encore très bien.
Même à soixante. Si, si, je vous assure, j'étais encore plein de muscles,
de projets, de désirs, de flamme.
Je le suis toujours, mais voilà, entre-temps j'ai vu dans le regard des jeunes,
des hommes et des femmes dans la force de l'âge, qu'ils ne me
considéraient plus comme un des leurs, même apparenté, même à la
marge.
J'ai lu dans leurs yeux qu'ils n'auraient plus jamais d'indulgence à mon
égard.
Qu'ils seraient polis, déférents, louangeurs, mais impitoyables.
Sans m'en rendre compte, j'étais entré dans l'apartheid de l'âge.
Le plus terrible est venu des dédicaces des écrivains, surtout des
débutants.
"Avec respect", "En hommage respectueux", "Avec mes
sentiments très respectueux".
Les salauds !
Ils croyaient probablement me faire plaisir en décapuchonnant leur stylo
plein de respect ?
Les cons !
Et du «cher Monsieur Pivot » long et solennel comme une citation à l'ordre
des Arts et Lettres qui vous fiche dix ans de plus !
Un jour, dans le métro, c'était la première fois,
une jeune fille s'est levée pour me donner sa place.
J'ai failli la gifler.
Puis la priant de se rasseoir, je lui ai demandé si je faisais vraiment
vieux, si je lui étais apparu fatigué.
-"Non, non, pas du tout, a-t-elle répondu, embarrassée. J'ai
pensé que".
- Moi aussitôt : «Vous pensiez que ?
- "Je pensais, je ne sais pas, je ne sais plus, que ça vous ferait plaisir de vous
asseoir".
- "Parce que j'ai les cheveux blancs ?"
- "Non,c'est pas ça, je vous ai vu debout et comme vous êtes plus âgé
que moi, çà été un réflexe, je me suis levée".
- "Je beaucoup beaucoup plus âgé que vous" ?
- "Non,oui, enfin un peu, mais ce n'est pas une question d'âge".
- "Une question de quoi, alors ?"
- "Je ne sais pas, une question de politesse, enfin je
crois".»
J'ai arrêté de la taquiner, je l'ai remercié de son geste généreux
et l'ai accompagnée à la station où elle descendait pour lui
offrir un verre.
Lutter contre le vieillissement c'est, dans la mesure du possible, ne
renoncer à rien.

Ni au travail, ni aux voyages, ni aux spectacles, ni aux livres, ni à
la gourmandise, ni à l'amour, ni au rêve.

Rêver, c'est se souvenir tant qu'à faire, des heures exquises.
C'est penser aux jolis rendez-vous qui nous attendent.

La musique est un puissant excitant du rêve. La musique est une drogue
douce.

J'aimerais mourir, rêveur, dans un fauteuil en écoutant soit l'adagio du
Concerto no 23 en la majeur de Mozart, soit du même, l'andante de
son Concerto no 21 en ut majeur, musiques au bout desquelles se
révéleront à mes yeux pas même étonnés les paysages sublimes de
l'au-delà.
Mais Mozart et moi ne sommes pas pressés.
Nous allons prendre notre temps.
Avec l'âge le temps passe, soit
trop vite, soit trop lentement.
Nous ignorons à combien se monte encore notre capital.
En années ? En mois ? En jours ?
Non, il ne faut pas considérer le temps qui nous reste comme un capital.
Mais comme un usufruit dont, tant que nous en sommes capables, il faut
jouir sans modération.
Après nous, le déluge ? Non, Mozart.
Voilà, ceci est bien écrit, mais cela est le lot de tous, nous vieillissons !!
...
Bien ou mal, mais le poids des ans donne de son joug au quotidien...


**************************************************************************************


Merci Mr PIVOT pour toutes vos émissions et les fameuses dictées que je ne ratais pas,
comme vous j'aime Mozart, alors oui pourquoi ne pas fermer les yeux et partir un jour accompagné de sa musique, nous vieillirons tous plus ou moins bien selon ce que nous ferons du temps qui reste (Doris ).













 

Le 03/10/2016 à 08:03

bonjour à 'ratiordissimus " j'espere que vous  nous ferez encore le plaisir  de paraitre sur le site ..

Le 28/09/2016 à 00:07

En retard" Chère Doris', si l'esprit vagabonde avec notre c'élèbre

 B. Pivot ,avec vous aussi'  Mes compliments'...........

 -L'écriture est le seul, l'unique moyen de vivre  sans douleur».....

-Au même titre que la poèsie, la musique possède des vertus....

 -Insoupçonnées, en aucun cas ,elle ne servira de guérison,......-

-Néanmoins,elle apporte sa contribution......

     "Garder intacte sa capacité d'émerveillement ,son envie de vivre

 

»Personne n'est jeune' après 40 ans' mais on peut-être "...........

                     "irrésistible à tout âge"!

Comme vous Doris ,ainsi que tous les Ordissinautes qui partagent

                        "réjouis de votre détermination

                              à nous faire "plaisir"  'grand merci!

                           Bonne nuit'  "douce et belle' et à tous'!!!.................J

                     

Le 27/09/2016 à 22:19

Quelle bonne idée d'avoir partagé ces textes Doris.

Mr Pivot est un champion de la littérature, sur la 5, son élève est aussi doué que lui. Faire partager et découvrir des auteurs, quelles belles idées.

Merci et bonne soirée Doris.

Le 27/09/2016 à 18:53

Bonjour à "Ratiordissimus " vous etiez dans nos reflexions il y a peu de temps ,,

vos poesies "pointues " ont marqué nos memoires .,,et MR Pivot vous a fait sortir de votre silence ..

Le 27/09/2016 à 18:10

Chère Doris , j'ai lu avec grand intérêt le texte de Bernard Pivot , toujours si sympathique et plein de bonne humeur.La vieillesse ,ce sont les autres qui la perçoivent à l'apparence ." Moi qui balance entre deux ages"comme disait Georges Brassens , je commence à avoir des mésaventures de l'ordre de Bernard Pivot. Ça fait un choc . Mais je garde le sourire .Je comprends mieux la réaction d'une vieille dame, il y a des années qui avait fait tomber sa canne , je me suis précipitée pour la ramasser et j'ai eu droit à une rebuffade terrible.Qui vivra verra!

Bonne Soirée!

 

Le 27/09/2016 à 17:53

Bonjour Ratiordissimus,

Avec émotion,je viens de relire, tous nos échanges anciens:vos poèmes et nos commentaires, soulignés par la sagesse de notre regretté:Marco;

Nous avons "vieillis", mais avons_nous mûris?

je vous espère en  bonne santé.

Cordialement

Oderay

Le 27/09/2016 à 17:40

merci Doris je connaissais ce texte et l'histoire de la jeune fille m'avait bien amusée!!! pour moi la vieillesse est une chance puisqu'on est encore vivant!!!! et pour moi c'est bien mieux que ma jeunesse!!!!!alors vive la vie et pronfitons en tant qu'on peut!

Le 27/09/2016 à 15:38

zut deux fautes

(Doris grand merci)

jUSTE SUR

BERNARD PIVOT ,  C'EST LA HONTE  mes excuses.

Le 27/09/2016 à 15:37

j'ai adorée merci

 

Le 27/09/2016 à 15:28

Doris bonjour et un grang merc ia vous et a ce cher BERNARD PIVOT

ô rage! ô desespoir! ô vieilleuse ennemi n'ai je donc tant vécu que pour cette infamie?

Pierre Corneille dans le cid.

Les rides de mon visage sont la carte de mon chemin de vie ,.

Alors vieillir et ne pas avoir de regrets c'est peut être ça le bonheur!!!!

Bel après-midi tout le monde

Le 27/09/2016 à 14:52

Merci , Bernard Pivot, de  vottre très beau texte, si roboratif, qui  me donne le goût de vivre encore à 86 ans passés

 

Le 27/09/2016 à 09:28

Bonjour Doris, merci pour ce partage, si j'ai bien compris, pour Bernard Pivot vieillir n'est pas une faute, juste (en extrapolant) une erreur... de jeunesse.

Bonne journée à tous.

Le 27/09/2016 à 09:08

Bernard Pivot et moi avons une passion en commun l'ASSE ..les Verts .Ici c'est à votre travail que je rends hommage Doris il en a fallu de la volonté....apès les travaux dé la casa ...chapeau bas petite soeur (là je vais avoir droit à un savon)

Bisous fraternels (un autre savon ?)

Le 27/09/2016 à 08:45

Merci Doris,on est tous (toutes)concernés par la vieillèsse donc par Bernard,car c'est la vie qui tourne.Un peu comme sur un pivot!!!!!!!Voili!bonne journée.

Le 27/09/2016 à 07:50

Merci Doris de nous avoir fait découvrir une partie de ce texte, qui est très beau.

Le 27/09/2016 à 06:23

Un joli parcours sans fautes pour monsieur bernard pivot, j'espère, que de ce beau chemin l'arrivée est encore loin.

Je pense que nous vieillissons chacuns d'entre nous, suivant notre capital santé, comme nous pouvons et non comme nous voudrions, il reste la petite part d'entretien et de moyens artificiels, qui ont au moins l'avantage de donner bonne mine.

félicitations Doris d'avoir copié ce long texte et sans fautes.

Le 27/09/2016 à 05:32

Avec vous Bernard Pivot, c'est vieillir sans  fautes.

point, à la l igne.

Merci à vous,et à Doris!

Le 27/09/2016 à 02:15

- Merci....Bernard !      ( Si j'ai bien compris! )

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.