Magnifique poème, de Louis Aragon(1897-1982) ,
sur la fragilité et la précarité de la Vie....
Prendre le temps de le lire...

"j'arrive où je suis étranger...."

Magnifique poème, de Louis Aragon(1897-1982) , sur la fragilité et la précarité de la Vie.... Prendre le temps de le lire...

Ecrit par l'Ordissinaute Dyane



J'ARRIVE OÙ JE SUIS ÉTRANGER

Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger
Un jour tu passes la frontière
D'où viens-tu mais où vas-tu donc
Demain qu'importe et qu'importe hier
Le coeur change avec le chardon
Tout est sans rime ni pardon
Passe ton doigt là sur ta tempe
Touche l'enfance de tes yeux
Mieux vaut laisser basses les lampes
La nuit plus longtemps nous va mieux
C'est le grand jour qui se fait vieux
Les arbres sont beaux en automne
Mais l'enfant qu'est-il devenu
Je me regarde et je m'étonne
De ce voyageur inconnu
De son visage et ses pieds nus
Peu a peu tu te fais silence
Mais pas assez vite pourtant
Pour ne sentir ta dissemblance
Et sur le toi-même d'antan
Tomber la poussière du temps
C'est long vieillir au bout du compte
Le sable en fuit entre nos doigts
C'est comme une eau froide qui monte
C'est comme une honte qui croît
Un cuir à crier qu'on corroie
C'est long d'être un homme une chose
C'est long de renoncer à tout
Et sens-tu les métamorphoses
Qui se font au-dedans de nous
Lentement plier nos genoux
O mer amère ô mer profonde
Quelle est l'heure de tes marées
Combien faut-il d'années-secondes
A l'homme pour l'homme abjurer
Pourquoi pourquoi ces simagrées
Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger
 
Louis Aragon
Ecrit par l'Ordissinaute Dyane
Gerard du 24
Le 02/03/2016 à 23:17

Merci pour ce beau partge Diane.

Bonne soirée.

Gérard.

jeanneton
Le 02/03/2016 à 21:02

 nous devenons" desert sans 'poésie' sorties de siècles  ou d'années passées'dans le cœur de leur"Aragon" et c'est bon,J. Ferrat le dit en chanson; et vous Dyane , en rappel'

    «Que la vie en vaut la peine!!! c'est toujours Aragon»'

prenons en soin afin de les retenir' ce poème exprime bien la fragilité du temps qui passe.... tout simplement Dyane, ce  poème est sublime....  plaisir à tous les ordissinautes  seuls qui suivent nos lectures     J            Bon  jeudi  ... merci..

Andrée
Le 01/03/2016 à 21:22

En revenant  ce soir lire ce poème , je complète mon commentaire en disant  que des  textes mis en musique peuvent être connus et mieux retenus d ' un plus large public . Ce qui est mon cas pour ce poète qu ' a interprété Léo Ferré et  Ferrat  . C ' est dommage de passer à coté de si belles choses .

De nouveau merci Dyane , passez une belle soirée .

Poupette
Le 01/03/2016 à 13:10

merci de n'avoir fait connaitre ce texte....que j'ai bien aimé...bonne journée à tous

Andrée
Le 01/03/2016 à 12:00

Beau poème d ' Aragon , un parmi tant d ' autres .

Mis en musique et chanté par Jean Ferrat , c ' est magnifique .

Merci Dyane  de nous l ' offrir , passez une bonne journée .

 

Doris
Le 01/03/2016 à 09:41

et bien nous voila deja  3 à aimer Aragon  et ce texte etudié il y a longtemps (??) est tres beau ..merci Dyane de l'avoir choisi ..j'espere que tout va bien ..bises . je profite d'un moment de connection ...avant la panne seche !!

Oderay
Le 01/03/2016 à 07:49

Qui mieux qu'Aragon,

nous dirait la chanson

du temps qui passe

comme un rêve s'efface,

dans nos vies si brèves?

Merci Dyane de l'avoir fait paraître

J'adore Aragon.  

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.