Souvenez-vous de ce poème lorsque vous croiserez une personne âgée que vous aurez envie d'ignorer,
sans faire l'effort de chercher l'âme d'enfant qui vit en son sein. Car un jour,
nous aurons tous cet âge avancé !
PARTAGEZ CE POÈME, S'IL VOUS PLAIT. C'est un texte original de Phyllis McCormack, traduit par Bridoz.com.
Les choses les plus belles et désirables de ce monde ne sont ni visibles, ni tangibles. Elles doivent
être ressenties avec le cœur.

LE VIEIL HOMME GRINCHEUX (Texte australien)

Souvenez-vous de ce poème lorsque vous croiserez une personne âgée que vous aurez envie d'ignorer, sans faire l'effort de chercher l'âme d'enfant qui vit en son sein. Car un jour, nous aurons tous cet âge avancé ! PARTAGEZ CE POÈME, S'IL VOUS PLAIT. C'est un texte original de Phyllis McCormack, traduit par Bridoz.com. Les choses les plus belles et désirables de ce monde ne sont ni visibles, ni tangibles. Elles doivent être ressenties avec le cœur.

Ecrit par l'Ordissinaute doris.



Que voyez-vous, infirmières ? Que voyez-vous ?
À quoi pensez-vous... lorsque vous me regardez ?
À un vieil homme grincheux, pas très sage,
aux habitudes hésitantes et au regard perdu dans le lointain

Qui bave en mangeant et ne répond jamais aux questions.
Qui, lorsque vous criez "J'aimerais que vous fassiez un effort !"
Semble ne pas réagir du tout... à toutes ces choses que vous faites.
Un homme qui perd... toujours une chaussette ou une chaussure ?
Qui, en résistant parfois... vous laisse faire ce que vous voulez,
pour le nourrir et le baigner... et pour remplir ces longues journées ?
Est-ce que c'est à cela que vous pensez ? Est-ce que c'est ce que vous voyez ?
Alors, ouvrez les yeux, infirmières. Car vous ne me voyez pas.
Je vais vous dire qui je suis... Alors que je suis assis ici,
alors que je vous obéis... alors que je mange ce que vous me donnez.
Je suis un enfant de dix ans... J'ai un père, une mère,
des frères et des sœurs... qui tous s'aiment beaucoup.
Je suis un garçon de 16 ans... vif et motivé,
qui n'a qu'un espoir : rencontrer... au plus vite celle qu'il aimera.
Je suis un futur marié de vingt ans... au cœur palpitant.
Je peine à me souvenir des vœux... que j'ai promis d'honorer.
Maintenant âgé de 25 ans... J'ai désormais des enfants.
Qui ont besoin de mes conseils... et d'un foyer heureux et sûr.
À 30 ans,  mes enfants grandissent vite,
unis comme les doigts d'une main. . ... par des liens qui devraient être durables.
À 40 ans, mes jeunes fils... sont devenus grands et sont partis,
mais ma femme est toujours à mes côtés... pour voir que je ne leur en veux pas.
À 50 ans, à nouveau,.. des bébés jouent autour de moi.
À nouveau, il y a des enfants à la maison . . . Ma bien-aimée et moi.
Le pire n'est plus à venir, il est déjà là . . . Ma femme n'est plus.
Je me tourne vers le futur... Je tremble de peur.
Car tous mes enfants ont désormais leurs.. . propres petits.
Et je pense au temps qui passe.. . et à tout l'amour que j'ai reçu.
Je suis désormais un vieillard... et la nature est particulièrement cruelle.
La vieillesse est une mauvaise blague... qui nous fait paraître stupides.
Le corps s'écroule .. . La grâce et la vigueur disparaissent.
Il ne reste plus qu'une pierre.. . là où autrefois j'avais un cœur.
Mais au fond de cette vieille carcasse, il reste un jeune homme, tapi dans l'ombre,
et de temps en temps . . . Mon cœur épuisé s'emballe.
Lorsque je me souviens de tous les moments joyeux... Je me souviens aussi des moments douloureux.
Et j'aime et je vis de nouveau ma vie.
Je repense à toutes ces années, bien trop peu nombreuses.. . bien trop vite parties.
Et j'accepte ce triste état de fait... Rien ne dure éternellement.
Ouvrez donc les yeux... Ouvrez les yeux, et regardez bien.
Je ne suis pas un vieil homme grincheux.

Regardez de plus près ... et admirez... MOI !!!

Bridoz.com (Australie)
Lorsque ce vieil homme est décédé dans l'aile gériatrique d'une maison de retraite d'une petite ville
australienne, tout le monde a cru qu'il ne laissait rien de valeur derrière
lui.
Mais lorsque les infirmières ont fait la liste de ses maigres possessions, elles ont découvert ce poème. Sa nature et sa qualité étaient
telles que le personnel de la maison de retraite en a fait des photocopies et
qu'il a été distribué à tous les employés de l'hospice.
Une infirmière a même emmené une copie du poème à Melbourne. Depuis, l'unique titre de gloire du vieil
homme a été publié dans les éditions de Noël de nombreux magazines australiens,
ainsi que dans des magazines traitant de la santé mentale. Ce poème simple mais
éloquent a même été transformé en diaporama.
Et ce vieil homme, qui n'avait rien de plus à offrir au monde, est désormais l'auteur de ce poème.

 

Le 20/11/2016 à 11:16

Très beau texte, émouvant. A faire lire à pas mal de jeunes.....

Je me reconnais dans le texte de ce monsieur.....

Le 03/10/2015 à 11:30

Bonjour Doris, merci de nous faire connaître ce très beau texte émouvant.

Nous deviendrons un jour ces personnes âgées , ces vieux, que les jeunes ne comprennent pas. Mais un jour eux aussi deviendrons des personnes âgées et…

Bonne journée à tous.

 

Le 03/10/2015 à 00:52

c'est un "texte,Doris

mais ,vous les infirmières"

   Âmes charitables " pour le corps  et l'esprit

c'était bien la réalité ' vous leur avez tendu la main

a ces personnes dans la détresse'!!

oui Dorise exact     ayant visité quelques connaissances

en maison de retraite,afin de les soutenir  dans leurs moments'

difficiles, douloureux aussi bien moraux que phisyque!!!je comprends    ce qu'endurel les infirmières,ayant moi aussi caressé leurs mains et leur envoyer

un sourire en passant                             ,donnons leur,car nul n'a autant besoin

d'un sourire que celui qui ne peut en donneraux autres,soyons gènèreux"texte sérieux"émouvant' merci ,Doris,,,,bon w-e à bientôt,,,,

 

 

Le 02/10/2015 à 14:42

très touchée par la realité de ce texte....moi qui adore mes petites amies de plus de 87 ans qui m'ont apportéés beaucoup de tendresse que je leur rendais par ma présence...certaines sont au paradis il en reste 2 ,qui hèlas ne vont pas tardé à partir....j'étais heureuse de partager leurs souvenirs et profiter de bons moments passés ensemble...

Le 02/10/2015 à 10:12

un jour je serai vieille .....fasse le ciel que  je ne soie pas une 'tatie daniele !!!!(lol)

Le 02/10/2015 à 09:07

Bonjour,

texte trés émouvant.....

et tout à fait d'accord avec tous les commentaires

Le 02/10/2015 à 09:07

Bonjour Doris,

Merci de nous faire découvrir ce texte que je ne connaissais pas et qui reflète le quotidien des maisons de retraite.

Personnellement j'ai travaillé en gériatrie,par choix,car j'aime les personnes âgées et  elles  m'ont  beaucoup apportées.

Je  garde le souvenir  de leurs mains qui retiennent  la mienne et la caresse, leur regard débordant de reconnaissance  faisant oublier les "pas faciles"ou ceux "qui sont ailleurs"

Après 23 ans de nuits à l'hopital,(on avait le temps d'écouter en ce temps là)les plus grincheux devenaient souvent les plus aimables.

Bonne journée Doris,bonne journée à tous.

 

 

 

 

Le 02/10/2015 à 08:22

je suis sure quevous etes un homme de coeur "Escut "..merci.

Le 02/10/2015 à 08:13

Bonjour Doris . Ce viel homme a fait un exellent  résumé . On le trouvait

grincheux . J'ai eu L'occasion de me trouver dans une clinique , comme

patient . A ma sortie , un infirmier m'a dit : si lui , aussi , devait se retrouver

dans cette situation , il aimerait avoir un voisin de lit comme moi . J'avais

aidé des malades . Une mère m'avait demandé de surveiller son fils , entre

autres aides . Bonne journée .

Le 02/10/2015 à 08:04

un texte bien réel et trés touchant,que beaucoup vivent,n'étant plus autonome,leur fierté est en eux.aussi grand respect a nos anciens ,qui ont tous 20 ans dans leur coeur,ils ont tous étez jeunes ,beaux, costauds, pensons y car un jour , nous serons a leur place. beau testament de cet homme. merci doris.

Le 02/10/2015 à 07:47

Ce poème est touchant.

Bonne journée.

Le 02/10/2015 à 07:22

.ce texte m'a emue, comme beaucoup d'autres dans le genre ,,certains le connaissent deja sans doute ,d'autres  non . . "Tu es toi,et je t'aime comme tu es."

à notre tour  peut être  serons nous moins patients,plus exigeants,moins faciles ,sans doute conscients que notre voyage  va se terminer et qu'il faudra se resoudre à descendre au terminus ,,,ainsi va la vie ;.n'oublions pas nos anciens qui s'ennuient de leur passé ,dans les maisons de retraite  ,,,ils ont tellement de choses à raconter et à nous apprendre ..,..ne croyons pas que l'âge nous rend incapables de raisonner ...sauf bien sur lorsque la memoire (flanche ) s'envole ou s'eparpille . et fait place à  l'incompréhension et l'angoisse ..

Le 02/10/2015 à 06:26

Texte émouvant et remarquable de réalisme,

tant il est vrai, que dans l'aujourdh'ui, nous sommes chacun, notre passé, tout entier"

Oderay

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.