Une belle histoire

Une belle histoire

LES FOULARD BLANCS

Ecrit par l'Ordissinaute Madame X


"C’est une histoire vraie : Jean, 20 ans, avait fait une saloperie immonde à
ses parents. Vous savez... la saloperie dont une famille ne se remet
pas, en général.

Alors son père lui dit:“Jean, fous le camp ! Ne remets plus jamais les pieds à la
maison !“

Jean est parti, la mort dans l’âme.

Et puis, quelques semaines plus tard, il se dit: “J’ai été
la pire des ordures ! Je vais demander pardon à mon vieux...
Oh oui ! Je vais lui dire: pardon.”

Alors, il écrit à son père : “ Papa, je te demande pardon. J’ai été
le pire des pourris et des salauds. Mais je t’en prie, papa,
peux-tu me pardonner?

“Je ne te mets pas mon adresse sur l’enveloppe, non... Mais simplement, si tu me pardonnes, je t’en prie, mets un foulard blanc sur le pommier qui est devant la maison.
Tu sais, la longue allée de pommiers qui conduit à la maison.
Sur le dernier pommier, papa, mets un foulard blanc si tu me pardonnes.”

“Alors je saurai, oui je saurai que je peux revenir à la maison.”

Comme il était mort de peur, il se dit: “Je pense que jamais papa ne mettra pas ce foulard blanc. Alors, il appelle son ami, son frère, Marc et dit
“Jet’en supplie, Marc, viens avec moi. Voilà ce qu’on vafaire :
je vais conduire jusqu’à 500 mètres de la
maison et je te passerai le volant. Je fermerai les yeux. Lentement,
tu descendras l’allée bordée de pommiers.

Tu t’arrêteras. Si tu vois le foulard blanc sur le dernier
pommier devant la maison, alors je bondirai. Sinon, je garderai les
yeux fermés et tu repartiras. Je ne reviendrai plus jamais àla maison.”

Ainsi dit, ainsi fait. À 500 mètresde la maison, Jean passe le volant à Marc et ferme les yeux.
Lentement, Marc descend l’allée des pommiers. Puis il
s’arrête. Et Jean, toujours les yeux fermés, dit:
“Marc, mon ami, mon frère, je t’en supplie, est-ce que mon
père a mis un foulard blanc dans le pommier devant la maison?“

Marc lui répond: “Non, il n’y a pas un foulard blanc sur le pommier devant la maison... mais il y en a des centaines sur tous les pommiers qui “conduisent à la maison!”

Puissiez-vous, Frères et Soeurs, vous qui avez entendu cette belle histoire du foulard blanc, emporter dans votre coeur des milliers de foulards blancs.

Ils seront autant de miracles que vous sèmerez partout, en demandant
pardon à ceux que vous avez offensés ou en vous pardonnant vous-mêmes.

Alors vous serez des «êtres de miséricorde »

Merveilleux texte de: Guy Gilbert

Le 12/08/2015 à 23:37

Bonsoir Madame X,c'est une belle histoire,l'amour d'un père pour son fils et un fils dans la repentance qui aime son pèrer.Reconnaitre ses fautes c'est un grand pas vers le pardon et ce père aimant a pardonné à son fils.Bonne nuit.

Le 11/08/2015 à 14:40

nadine      potin      faut    savoir      pardonnait     à    ses  enfants    quand    il   sont  petits  mais     s'   il    sont     grand  il  savent     ce    qu'  il     font    et    il  le    regrette  alors      il     s'  escuse      à  leurs      parent    qui  leurs  pardone    trés    jolie   histoire  madame    x  nous    quand    on  était     petites    avec    ma  soeur   on   avait    un  trou dans     la  porte    du    dehors    on   avait    arosez      les  voisin    ma    mére  nous  a  priver  de     désert     et    on  a  pas  recomencer

Le 11/08/2015 à 12:46

Bonjour M X , une belle histoire qui finit bien , comment rejeter son propre enfant ,beau résumé sur l'amour filial .

si tous les enfants sur cette terre pouvaient avoir de bons parents .

Le 11/08/2015 à 12:34

Une  vérité  et  une  histoire   t   Lecture  faite  de  cette  histoire  qui

trouble nos lecteurs ,  j' ai  cherché  dans  la  Bible  la  parabole   du

"fils  prodigue"  ( prodigue  parce que dilapidant  les  biens  reçus  de

son père   , puis  devenu  misérable ,  gardien de  pourceaux  pour

vivre ,   in fine saisi de  repentir  ) . Fils   fugueur , en  quête de pardon

L' inverse  du fils  de Guy Gilbert et  Miss X   ,  qui a  sali la moralité

 de la tribut   et  que  le  père a chassé  du  foyer .  Deux  fils , et 

deux  repentirs  différents .  Mais  pour  les  2  retours , le  père

manifeste  la même  exubérante  joie ,le même  joyeux  pardon .

Le  pardon  des  parents   est infini ,  la  moralité  pour  les fils 

 serait  de  comprendre  cette  infinie  mansuétude .  Cette

parabole, disent les auteurs , est  vérité ! Vous  connaissez 

d' ailleurs  cette  double  histoire  !!!

Merci  aux  estimés  auteurs, le  rappel  est  salutaire  !

Marco

Le 11/08/2015 à 11:40

Savoir pardonner ça enlève un poids sur son propre coeur, on se sent plus léger. Et quels serait-on si on ne pardonnait pas à ses enfants?

Le 11/08/2015 à 11:37

Très belle histoire,à en tomber dans les pommes! Merci Mme X et bonne journée.

Le 11/08/2015 à 08:27

a un enfant on pardonne souvent tout mais lui le reconnait_il?le pére guy gilbert est extraordinnaire.

Le 11/08/2015 à 07:30

le respect et l"amour des parents est notre force ,,,si nous les perdons alors nous nous perdons  ,,mais la jeunesse fait souvent des erreurs et   les reconnaitre   permet de  grandir....ce garçon là,  a douté  de l'amour de  son pere ,,,sans doute   se punissait  il

se punissait il lui-meme..?bonne journée

Le 11/08/2015 à 07:05

Bonjour Mme X . La saloperie était-elle aussi immonde ? La réaction du père devait-être

disproportionnée . Sinon , elle aurait-eu des suites judiciaires . Bonne journée .

Le 11/08/2015 à 06:24

Evidemment beaucoup de parents auraient eu la même réaction vis-à-vis de leur

enfant... C'est sacré un enfant! Oui, il faudrait toujours agir ainsi mais ce n'est pas

toujours aussi facile avec d'autres personnes, il faut du temps et être sincère...

Merci du conseil Madame X!

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.