poème l'enfant bléssé

L'enfant bléssé

Beau poème écrit par notre ordissinaute vivi !

Ecrit par l'Ordissinaute Vivi

Dépité !!! m'avoir dit que j'étais un idiot
Quand j'allais à l'école en petite section ,
D’où vient-il lui qui croit tout savoir des petiots ,
Détruire tous leurs rêves par des humiliations.

Depuis ce jour maudit je n'ai plus de repères ,
Répondu au mépris par des provocations ,
Et si ,  au quotidien je gère mes colères ,
Le regard toujours droit pour oublier l'affront .

Ma mémoire me ramène au grenier poussiéreux ,
Ou enfant ,  en cachette j'allais me réfugier ,
Refaire tous ces gestes qui me rendaient heureux ,
Caressant le portrait d'un grand- père immigré .

Son regard doux et clair était très apaisant ,
Cherchant comme un soutien j'y repense souvent ,
Animé de bon sens , j'ai cru qu'il me disait ,
De croire que l'être humain n'est pas toujours mauvais .

Et puis un beau matin , c'est la révélation ,
Une idée des plus claires , une illumination ,
Ne plus subir d'attaques , prendre en main mon destin ,
Décider , m'engager et voir beaucoup plus loin .

J'aimerai vivre libre , j'aimerai m'envoler
Et déployer mes ailes pour prendre un bon chemin ,
Oublier ce vieux clown qui les avait brisées ,
Usant de son pouvoir sur un pauvre gamin .

Dans l'univers des pauvres , te fais pas d'illusions ,
Même avec du talent le chemin sera long ,
Te fier à ton instinct , oser et t'acharner ,
Alors tes vieux démons deviendront tes alliés . 



poème écrit par Vivi

Le 11/07/2015 à 09:13

merci Vivi de ce texte qui me rappel un professeur qui aimait me fait pleurer et après devant la classe disait : et voila les fontaines de Versailles(ou j'habitais à l époque) et j en ai fait une dépression et quitter l'es cours sans jamais y retourner....la faute à ce professeur....qui rigolait de moi....souvenirs douloureux.....mais j'ai quand même reussié ma vie!!!!! bisous à tous bonne journée

Le 10/07/2015 à 16:14

Comment qu'un instit de petite maternelle peut il dire cela???

Il ne se rends pas compte qu'il blesse un enfant? Maudit soit il!

Avec du caractère, de la sagesse de la détermination l'on peut s'en sortir!

Le 10/07/2015 à 13:29

ViVi,Bonjour

" la tendresse" guérit cet état d'être

                «  intérieur souffrant»

cet enfant a pris conscience'

              l'état de la victime

                         appartenait au "passé"

et n'avait plus d'emprise sur le"présent"

c'est une pleine et entière affirmation de soit.....              

j'ai lu votre pésie' comme un roman'!

            avec plaisir, merci......J

Le 10/07/2015 à 12:30

 ODERAY,  qui  flaire  de  loin  l' apparition  des  poètes ,  solide

poète  elle  -même , consolide  notre  impression   de  ci  -  dessus

marco

Le 10/07/2015 à 12:22

VIVI  ,  texte  courageux , et   sa  fin  tonique  .voilà  nos  vrais

problémes .  Qui  n ' a  pas  connu  ces  déceptions  , et  même

certaines  détresses ?.

"j' aimerai  vivre  libre , j'  aimerai  m'  envoler  

déployer   mes  ailes  pour  prendre  un  bon  chemin  ... "

Dans  ces   vers  ,  votre  mélodie  de  poète   !

bravo  VIVI  .  à  vos   prochains  succès   ,  tous  mes

encouragements   .

DORIS  M'   a  déja  dit  son  plaisir  à vous  lire ,  et  nous

notre  plaisir  à   vous   découvrir.

cordialement   MARCO

 

 

Le 10/07/2015 à 11:33

j'aime bien votre poème, Vivi, il est très...Vivant!

Bonne journée à tous!

Le 10/07/2015 à 06:45

Bonjour . J'aime ce modèle de poème . Bonne journée .

Le 10/07/2015 à 05:14

Bonjour,

trés beau texte.....

Le 10/07/2015 à 03:40

Bonjour Vivi,

Il est bien vrai,qu'enfant,

l'on devient ressemblant,

au portrait  sur nous tracé,

par d'autres, peu qualifiés....

Mais depuis, vos vers luisants,

ont pris , un chemin séduisant!.....

Oderay

 

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.