...

Dans la nuit, de ta mémoire

...

Ecrit par l'Ordissinaute Oderay

Dans le silence, de ta mémoire,
s'est perdue, toute notre histoire;
la maladie,  a brisé le fil
de la trame de ta vie,
 en emportant, tes souvenirs.....

Tu avais perdu ton identité,
et les visages familliers,
devenaient,pour toi, étrangers;
tu errais sans repères,
voyageur, d'une autre planète,
que vivais_tu? mystère......

Comme un disque rayé,
sans cesse tu répétais,
toujours le même phrasé...
tes traits rieurs, s'étaient figés.......

En vain, chaque jour, sur ton visage,
j'ai guétté l'ombre, d'un sourire,
sur tes lèvres,le non_dit, d'une vie...
Nous étions, sur une île,

comme deux naufragés,
sans espoir, qu'une voile
à l'horizon, se profile.....
la solitude,avait tissé sa toile.....

Vite,File, file, le temps,
ronde des jours et des tourments;
Au cadran de l'horloge,
l'heure, depuis longtemps
pour toi, s'etait  arrêtée.....

Partir, sans un adieu conscient,
c'est un peu,partir deux fois....
s'il existait,une autre vie,
m'y reconnaitrais_tu?

mais, je sais que , dans les causses
où tu es né,les bruyères
que tu aimais cueillir,
continuent, d'y fleurir.......

Oderay

(Autrefois,la maladie, d'ALhzeimer, était méconnue,
et nous les accompagnants, pas soutenus,,,)
.
 

Le 09/08/2015 à 15:57

Magnifique et émouvant poème que j'ai aussitôt conservé dans mes documents!

Il respire votre vécu et sort de vos "tripes" !

En ce moment il me parle douloureusement!..

PS: Me permettez vous de le publier sur ma page facebook ?

Le 24/06/2015 à 17:42

c'est un plaisir que de lire de si jolis textes ,emouvants et tellement vrais ...bonne soirée . 

Le 24/06/2015 à 17:42

c'est un plaisir que de lire de si jolis textes ,emouvants et tellement vrais ...bonne soirée . 

Le 23/06/2015 à 15:58

                         Même pour les causes douloureuses , votre plume est merveilleuse !

Le 22/06/2015 à 17:51

Merci, d'avoir partagé en des termes chaleureux,ce condensé d'un  long vécu(10 ans)qui me hante encore aujourdh'ui......

Oderay

Le 22/06/2015 à 16:48

Poème bouleversant et remarquablement bien écrit. Merci et félicitations à l' auteure.

 

Le 22/06/2015 à 16:15

Bonjour Marco . Doris se demandait si je me souvenais de vous  .

Je vous avais adressé un poème (acrostiche) en commentaire à

la suite de vos  souvenirs malgaches . Je suis heureux de votre

retour et Doris aussi , sûrement . Votre précédent commentaire

n'était pas aussi extra . Bonne soirée .

Le 22/06/2015 à 15:53

Oderay....ce poème retrece bienle vécu de la maladie,mes deux parents ont eu cette maladie en même temps ...ce qui leur a epargné de voir la dechéance de l autre....mais pour nous enfants éffacés de leur mémoire....ce fut très dur...maintemant ils sont ensemble au paradis....

Le 22/06/2015 à 15:37

Bonjour Oderay.

Trés beau et émouvant hommage rendu à cette proche personne.

La médecine, jour après jour fait des progrés. Beaucoup de découvertes ont améliorées les connaissances, font reculer les frontières. Malheureusement les premiers sont partis, et les beaux et bons souvenirs doivent rester en nos mémoires.

Belle journée à vous.

Gérard.

Le 22/06/2015 à 12:39

EXTRA    --

"  DANS  LE  SILENCE  DE  LA    MÉMOIRE "   ODERSAY...

 

SE  GLISSENT  D'ÉTONNANTES  MÉLODIIES.

 

J' '   AIIIMERAIS  CE    TEXTE  EN  IIMPRIIMÉ ,,,ADMIRABLE   !!!

 

 

 

 

Le 22/06/2015 à 08:36

Alzeihmer,

Oubliés  le temps et l'heure ..

  Oubliée la famille

Le nom même de ta fille

Disque dur effacé

Rien n'est resté

Ni le mauvais ni le bon

Tonton...

Mais moi, je ne t'ai pas oublié

 

Le 22/06/2015 à 07:53

Bonjour Oderay . Nous souhaitons , tous bien vieillir . Mais , le destin est

parfois cruel . Qui souffre le plus ? Le malade ou les proches ?

Bonne journée .

Le 22/06/2015 à 07:51

beaucoup d'émotion en lisant ce poeme,hélas d'actualité papa l'avait,a présent papa est bien mon papa comme je l'avais connu.

Le 22/06/2015 à 07:20

Très émouvant, merci pour ce poème qui retrace cette maladie.

Le 22/06/2015 à 07:15

bonjour  Oderay,vous avez traduit  avec délicatesse  ce sentiment d'impuissance   devant cette maladie ..si difficile à gérer  émotionellement et physiquement ...cet "autre rivage d'une ile innaccessible"où" l'être cher " s'est isolé ,puis s'est perdu ..meme avec les progres ,ça reste  si difficile ...pour les accompagnants mais aussi les soignants..

bien à vous ..

Le 22/06/2015 à 06:55

Beaucoup de douceur dans ce drame de la maladie. Très touchant ce poème. 

Bravo et merci à Oderay

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.