hiver

La coupure

La perte d'un proche est toujours difficile à accepter surtout quand il s'agit de nos enfants. Josiane a souhaité témoigner son désarroi à travers ce poème qu'elle nous livre aujourd'hui...

Ecrit par l'Ordissinaute Josiane ghelfi

Loin de ton regard
Je me suis enfuie
Pleine de désespoir
Le cœur incompris
Le mystère est si grand
Sur cette terre géante
Elle prend nos enfants
Laissant une plaie béante
Dans nos cœurs meurtris
Par tant d'indifférence
Mystère oh! grand mystère
Comprendrons-nous un jour
Le cycle de cette sphère
Et l'ivresse de l'amour...

JOSIANE GHELFI...

Ecrit par l'Ordissinaute Josiane ghelfi
Le 23/02/2015 à 19:16

Chere Josiane...Texte oh combien sensible et emouvant...Les sentiments affleurent ...Me vient en mémoire cette pièce unique et magnifique dans le repertoire de BACH "la Chaconne" que je vous offre interpretee a la guitare par exemple par Jhon FEELEY...Merci     Gerla

Le 23/02/2015 à 14:08

comme je ressens votre poème au fond de mon coeur....votre ange c est envolé mais reste le bonheur de l avoir connue.....c est ce que me disait mon amie qui a perdue sa fille à 12 ans....je vous embrasse très fort

Le 23/02/2015 à 12:00

Josiane,quel beau poême qui nous fait bien ressentir votre chagrin,c'est vrai que perdre un enfant ,ça ne va pas dans le sens de la vie,et tant de questions qui restent sans réponse.

Je peux comprendre votre immense peine,car j'ai un couple d'ami qui à perdu leur fils,subitement suite à un accident,laissant une femme et deux jeunes enfants,ils étaient heureux,leur maison venait d'être terminée,et le destin à détruit ce bonheur.

On dit la vie continue,mais cette épreuve est dure à surmonter,je vous souhaite beaucoup de courage.Avec toute mon amitié.

Le 23/02/2015 à 08:07

je vous comprends josiane ,je suis passée par là,ce jour est particulier pour moi ,mafille s'en aie allez votre détresse on la ressent ,écrire soulage un peu surtout comme vous le faites si bien,la croix est lourde mais tachons de ne pas la faire trop portée aux autres mon amitié et mes pensées émues pour ce beau poeme si vrai.

Le 23/02/2015 à 01:01

Bonjour,Josiane,

le propre du mystére,est d'être voilé,

l'amour comme la mort,avec l'homme,

sont nés;ces destins,à la vie arrachée,

nous brisent,en notre fragilité

nous revêtant, de douleur éternelle.

Oderay

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.