Travail dominical.

Par landais40 il y a 1 année 4 mois
Concené par le travail dominical, avant la loi Macron, ni volontaire (comme l'ensemble de mes collègues), ni mieux payé (+25%/ heures), nous sommes PRIS EN OTAGE (si personne ne venait : les enseignes n'ouvrieraient pas.) par celles et ceux qui continuent à fréquenter les commerces les dimanches, jours fériés et soirées.
Les salariés concernés, dans la plupart des cas, ne sont pas volontaires:
*soit insuffisamment rémunérés le reste de la semaine et donc dans l'obligation de travailler le dimanche pour avoir un complèment de salaire,
*soit ils n'ont pas le choix.
Je considère que celles et ceux qui consentent ce sacrifice devraient être réellement volontaires et percevoir une compensation salariale conséquente inscrite dans la loi et ce quel que soit leur secteur d'activité.
Cela impliquerait que SEULS les points de ventes RENTABLES ces jours là seraient ouverts ET SEULEMENT CEUX LÀ. Rien que de très normal à mes yeux...
Pensez-y la prochaine fois que vous ferez vos courses un dimanche, jour férié ou en soirée...
Le 12/07/2017 à 16:01
Il y a sans doute des " mauvais coucheurs", mais en principe ils ne font pas long feu, vu le nombre de contrôles dans les établissement du bord de mer, ils vont vite rentrer dans les clous ou aller voir ailleurs.D'un autre côté  Il y a aussi des employés qui ne respectent pas le contrat de travail par lequel ils se sont engagés( on ne compte pas les ruptures sans aucun préavis, ou les tentatives de détournement de gages) C'est surtout le fait des saisonniers qui confondent le travail des saisons avec le farniente au bord de la mer, et comme ils sont jeunes et passent souvent leurs nuits dans les " boites" de la station ils ne sont pas en mesure d'assurer leurs engagements.
Le 11/07/2017 à 21:42
J'ai bien dit,que certains ,n'étaient pas au courant,aprés une discussion,amicale,ils s'arrangeaient pour rectifier le tir.Nous sommes resté en contact avec
eux.Bien souvent,ils nous rappellent pour des renseignements.Mais avec la meilleure volonté du monde.....Il y a des cas?Nul ne peut le nier....
Le 11/07/2017 à 17:41
La seule chose à faire pour ne pas avoir de problèmes c'est de rester dans la légalité.
Le 11/07/2017 à 13:20
Je ne fais pas de généralisation,dans nos rencontres sur les plages,il suffit de discuter avec des patrons,certains sont cools,dans les clous.D'autres se
mettent en régles,bien souvent  par méconnaissances de la loi ils sont en marge.Et il y a des irréductibles....Ce n'est qu'une petite partie,ce sont ceux là qui discréditent la profession.Pour les deux premières catégories,nous avons toujours été bien reçus.Nous ne venons pas pour agresser,mais pour
informer.Çà il faut le mettre en avant.
 
Le 11/07/2017 à 10:04
Non Monsieur, je ne discrédite pas tout et certainement pas les petits patrons! Pendant 40 ans j'ai eu ( dans mon petit commerce) une dizaine d'employés et avec bon nombre d'entres eux je suis restée en contact. Une seule fois une employée m'a " mis" aux prud'hommes et ....elle a perdu!
Le 10/07/2017 à 22:35
Et quand on tombe sur un patron,qui outrepasse les droits les plus élémentaires,qui va-t-on voir? Les Organisations Syndicales,Mme Ruiz.Tous les ans
nous faisons le plein avec les travailleurs saisonniers,vous savez ces "fainaiants" que vous avez tant de mal à recruter.Tous les ans nous faisons la tounée des plages dans chaque région.Chez les artisans c'est équivalent,vous avez là aussi de bons patrons,mais vous avez aussi des emplois au noir,
là aussi,quand il y a litige,où va-t-on?Si il y a des ruptures conventionnelles,qui va-t-on chercher pour discuter au mieux celle-ci et ne pas se faire léser?
Lorsque le patron ,qu'il soit commerçant ou artisan,ne veut pas d'arrangement à l'amiable,qui va-t-on chercher pour porter le dossier devant les
prud'hommes,Mme Ruiz.....Les Organisations Syndicales......Cessez de vouloir à tout prix jeter le discrédit sur tout.....
Le 10/07/2017 à 11:02
Ce n'est certainement pas une référence.Les plus gros pourvoyeurs d'emplois en France c'est l'artisanat et le commerce et là pas besoin de syndicats, quand on veut discuter on va voir le patron, qui lui, travaille à vos côtés et sait au moins de quoi il parle.
Le 08/07/2017 à 22:38
J'ai au moins la chance de m'y connaitre dans le milieu syndical,mon Père ayant pris son premier mandat en 1945,et été au comité d'entreprise dans un
grand groupe industriel.J'ai été syndiqué trés tôt,délégués pendants quelques années dans une grosse entreprise,et suis toujours responsable dans mon
organisation.
J'ai le plaisir d'avoir été sollicité pour être au Conseil d'Administration d'Associations,je connais donc les rouages,le courage et l'abnégation des bénévoles.J'ai à ce jour,si je compte la période où j'ai été secrétaire dans un club sportif,plus de 25 années de bénévolat dans des associations.
Donc Mme Ruiz,il apparait,plus que jamais que vos avez plus de connaissances que moi dans ce milieu.Et que je parle à coup sur dans le vide,étant
donné votre grande expérience sur ces sujets.
Le 08/07/2017 à 18:37
Je me permet de donner mon avis uniquement sur les sujets que je connais, ce qui ne semble pas être votre cas.
Le 08/07/2017 à 17:36
Tout comme les histoires d'associations et de bénévolats

Répondre au sujet