Animaux sauvages et domestiques.

Par mayyan il y a 2 années 6 mois
mayyan1
Le 27/03/2017 à 09:20
Légende...
La Trappe À Souris...



La trappe à souris !
Une souris regardait un jour à travers un trou dans un mur. Elle vit un paysan et sa femme en train de déballer un paquet.

Quelle nourriture pouvait-il bien contenir ? Mais quelle ne fut pas sa surprise de découvrir qu'il s'agissait d'une trappe à souris.

Fuyant vers l'arrière de la ferme, la souris criait de tous côtés : « il y a une trappe à souris dans la maison, une trappe à souris dans la maison !

Le poulet leva la tête, se gratta et dit :« Excusez-moi, Madame Souris, je me rends bien compte que c'est une grande inquiétude pour vous, mais cela ne me regarde pas.
Que voulez-vous que j'en fasse ? ».

La souris se tourna alors vers le cochon.
« Oh, je suis désolé Madame Souris, la seule chose que je peux faire pour vous est de prier.
Soyez assurée que je vous porte dans mes prières ».

La souris se tourna enfin vers le bœuf. Celui-ci se moquait de la souris : « Oh là là, Madame Souris, mais c'est terrible, une trappe à souris ! Mais je suis gravement en danger, n'est-ce pas ? ».

Finalement, la souris se décida d'affronter la trappe à souris seule.
 


Dans la nuit, on entendit un bruit dans la maison qui ressemblait à celui d'une trappe à souris se refermant sur une souris.

La femme du paysan s'en alla voir ce qui avait été pris. Dans la nuit, elle ne vit malheureusement pas le serpent venimeux dont le bout de la queue avait été pris dans la trappe.

Le serpent mordit la femme du paysan. On dut partir à l'hôpital. La femme revint avec de la fièvre.
 


Or, comme tout le monde le sait, il est fortement conseillé de faire boire à quelqu'un qui a de la fièvre une bonne soupe au poulet.

Le paysan prit donc sa hache et coupa le cou du poulet.
 


Malheureusement, la maladie continua et beaucoup de gens vinrent pour garder la malade.

Le paysan dut tuer son cochon pour nourrir tout le monde.
 


Finalement, la femme mourut et le paysan dut abattre son bœuf pour nourrir les personnes venues pour l'enterrement.
 


Ainsi donc, la prochaine fois que vous entendrez dire qu'une de vos connaissances est aux prises avec un problème qui ne vous concerne pas, souvenez-vous de la trappe à souris.  Lorsqu'un des nôtres est menacé, nous sommes tous en danger.

Nous sommes tous impliqués dans ce voyage qu'on appelle la vie.

Ayons l'oeil ouvert sur nos proches et faisons un effort pour nous encourager mutuellement.

Auteur Inconnu(e)
 
mayyan1
Le 27/03/2017 à 09:14
UNE MINIVACHE VIT PARMI LES CHIENS....
 
Moonpie, la vache de sauvetage miniature qui vit avec 12 chiens et pense qu'elle est l'un d'entre eux. Elle a été repéré dans une maison de vente aux enchères de bétail par un amide Janice Wolf, fondateur du sanctuaire Refuge Rocky Ridge

Rencontrez Moonpie, la vache de sauvetage miniature qui vit avec 12 chiens et pense qu'elle est l'un d'entre eux.

Elle a été repéré dans une maison de vente aux enchères de bétail, a obtenu sauvé et a été emmené à Rocky Ridge Sanctuary. Refuge

Comme le temps était vraiment mauvais et elle était trop petite pour être dehors avec les autres vaches ...

Moonpie est resté dans la chambre de sa mère humaine et, finalement, se lie d'amitié ses compagnons canins.

« Elle les accepte comme ses copains ... »


« [Les chiens] sont ses mères porteuses »


« Ils nettoient son visage, la façon dont sa mère aurait. Ils aiment faire ... »

« Ils étaient tous ravis de la voir. » Cependant, Moonpie est particulièrement friande d'un taureau sourd terrier Spackle,

« Vous aimez ceux que vous êtes avec. Je pense qu'elle sait juste qu'il ya beaucoup de différents amis dans le monde »
Cynthia
Le 26/03/2017 à 12:16
Tendresse animale.... Improbable et pourtant !


Moonpie, la vache de sauvetage miniature vit avec 12 chiens et pense qu'elle est l'un d'entre eux. Elle a été repéré dans une maison de vente aux enchères de bétail, par un ami de Janice Wolf, fondateur du sanctuaire "Refuge Rocky Ridge"









mayyan1
Le 26/03/2017 à 09:14
Nos amis du Dimanche vus par National Géographic. 
























mayyan1
Le 25/03/2017 à 07:53
Portrait D'un Animal Fascinant...Renne Ou Caribou ?


On le nomme « renne » en Europe et « caribou » en Amérique du Nord. Il s’agit en fait du même animal (Rangifer tarandus) qui parcourt inlassablement les régions froides de notre planète.
Ce mammifère qui porte des bois imposants parcourait déjà durant la préhistoire les steppes arides et froides.

En effet, le renne, tel que nous le connaissons aujourd’hui, n’a subi pratiquement aucune mutation depuis le paléolithique supérieur.
Selon le continent sur lequel il s’est fixé, le renne a connu un destin différent : vie sauvage pour certains ou domestication pour d’autres.


Le renne : Un survivant de L’ére glaciaire
Le renne est apparu sous sa forme actuelle il y a plus d’un million d’années dans la zone du détroit de Béring, alors en partie asséché.
De là, les rennes se sont dispersés vers l’est et vers l’ouest pour peupler l’ensemble des zones arctiques du pôle Nord.


Renouvellement Des Bois. © dinosoria.com
Le renne a côtoyé le mammouth et le rhinocéros laineux. Contrairement à eux, le renne a survécu aux changements climatiques successifs de l’ère quaternaire.
Les scientifiques attribuent cette survie aux faibles exigences alimentaires du renne.

Rangifer Tarandus. © dinosoria.com
On connaît moins bien les ancêtres plus lointains du renne. Il est possible que ces derniers aient vécu en Amérique du Sud. Morenelaphus, qui vivait en Amérique du Sud, il y a cinq millions d’années, est peut-être l’un de ses lointains ancêtres.
Le renne était particulièrement répandu en Europe au paléolithique supérieur. Les nombreuses peintures rupestres le représentant témoignentde l’importance qu’il avait dans la vie de nos ancêtres.
Le renne a connu deux évolutions différentes. En Eurasie, le renne a été plus ou moins domestiqué. Il reste cependant quelques populations parfaitement sauvages.

Le renne était répandu en Europe au paléolithique supérieur. © dinosoria.com
En Amérique du Nord, il a pris le nom de « caribou » qui est d’origine algonquienne. Ce surnom vient du mot indien
« xalibu » qui signifie « pelleteur ». En effet, le caribou se sert de ses sabots comme d’une pelle en creusant la neige pour trouver à manger.
En Amérique du Nord, il n’a jamais été domestiqué.

Les Différentes Espèces De Rennes
On rencontre le renne dans toutes les régions qui bordent le pôle Nord : Groenland, Canada, Alaska, Sibérie, Scandinavie …Selon la zone géographique, son mode de vie peut varier. Certains rennes sontcapables de parcourir des milliers de kilomètres, tandis que d’autres sont grégaires.
Ces différences ont un impact sur les caractéristiques physiques de l’animal. C’est pourquoi, on distingue plusieurs sous-espèces dont une éteinte.
Le Caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) : Sa grande taille et son pelage plus foncé distinguent ce caribou de ses congénères.Un mâle pèse en moyenne 180 Kg.
Le caribou des bois ne se déplace pas en grands troupeaux. Ils vivent en petits groupes et sont extrêmement sauvages. Ils affectionnent les zonesde plaine plantée de sapins et parsemée de marais. Certains habitent des zones montagneuses, à plus de 2 000 m d’altitude.
Le Renne de la toundra (Rangifer tarandus groenlandicus) : C’est le plus répandu puisqu’on estime sa population à environ 1,2 million d’individus.Un Mâle Pèse En Moyenne 145 kg
Certains restent toute l’année dans la toundra, immense plaine où le sol reste toujours gelé en profondeur.
La plupart se rassemblent en immenses hardes pour migrer l’hiver dans la taïga. Ces troupeaux, très mobiles, peuvent ainsi parcourir des milliers de kilomètres chaque année.
La forme de l’Alaska, appelée « caribou de Grant » est légèrement plus grande que la forme canadienne.
De tous les cervidés, c’est le caribou de la toundra qui possède la plus grande ramure.

Caribou De La Toundra. By Giant Ginkgo
Le Caribou de Peary (Rangifer tarandus pearyi) : On ne le rencontre que dans les parties les plus septentrionales du
Canada, sur les îles de l’archipel arctique, où le climat est très rigoureux.
Il y vit pendant plus de 6 mois dans l’obscurité. Sa taille est plus modeste. Un mâle pèse au maximum 70 Kg. Le pelage est
clair, presque blanc.

Contrairement aux autres espèces, les bois sont presque verticaux.
Cette espèce dont la population n’excède pas 3 000 individus est considérée comme étant en voie d’extinction.

Le caribou de Grant (Rangifer tarandus granti)
Caribou des îles Reine-Charlotte (Rangifer tarandus dawsoni) : cette espèce est éteinte.
On trouve le renne d’Europe essentiellement en Scandinavie, en Sibérie et en Islande. Il est morphologiquement très proche du caribou de la toundra. Un mâle pèse en moyenne 100 kg.
Il subsiste environ 1 500 rennes sauvages à l’est de la Finlande. Afin d’éviter toute reproduction avec les rennes domestiques pour préserver le patrimoine génétique, une clôture de 100 km a été construite dans la forêt.
Le renne d’Europe effectue des migrations mais il est encadré par les hommes qui vivent de son élevage.
Caractéristiques Du Renne
Le renne est capable de survivre à des températures de – 40°C. Pour cela, il bénéficie d’un manteau de fourrure constitué de deux couches...De longs poils creux, appelés « jarres » qui retiennent l’air chaud,un épais duvet de laine.
A la fin de l’hiver, le renne mue et perd ses poils.
Le sabot du renne a la particularité de s’adapter à la saison. En été, la bordure de corne se rétracte et laisse place à des coussinets de chair qui facilitent la marche dans les marécages. L’hiver, le sabot prend uneforme concave. Le bord devient coupant pour adhérer aux sols glissants.
Enfin, les coussinets de chair se rétrécissent et sont recouverts par des poils.


Sabot d'un renne. © dinosoria.com
Les lichens dont le renne se nourrit participent à la protection contre le froid. Ils sont très riches en sucres qui, en fermentant dans le rumen (une poche de l’estomac), produisent de la chaleur.
La température interne est maintenue à 37°C.

Par ailleurs, le renne emmagasine beaucoup d’eau dans ses tissus ce qui lui sert d’isolant thermique.
Cri du Renne (Son MP3)
Les sabots du renne font office de raquettes. Presque aussi larges que longs, ils servent à creuser pour trouver le précieux lichen mais également à propulser l’animal dans l’eau quand il traverse une rivière.

Le renne est capable de survivre à des températures de – 40°C. By Ianqui
Pour toutes les espèces, la femelle est plus petite que le mâle. Un renne peut vivre jusqu’à 15 ans et 20 ans en captivité.
Un renne peut courir à 80 km/h en vitesse de pointe.
La ramure du renne Les bois peuvent atteindre 1,50 m d’envergure et peser jusqu’à 7 kg chez un mâle adulte. Ils sont constitués d'une tige centrale, appelée « merrain »
Plusieurs ramifications, « les andouillers »
Aucun individu ne possède la même ramure. Cette couronne est une véritable signature personnelle.

Les bois d'un renne peuvent atteindre 1,50 m d’envergure. © dinosoria.com
Les bois sont des excroissances osseuses du crâne qui se renouvellent tous les ans. Au début de la repousse, ils sont recouverts de « velours », une sorte de peau irriguée par de petits vaisseaux sanguins.
Ce sont eux qui acheminent les substances nutritives nécessaires à la croissance de la ramure.
Une fois la croissance terminée, le sang cesse de circuler, le tissu se dessèche et se détache par lambeaux, dévoilant la nouvelle ramure.
Chez le mâle, la ramure commence à pousser au mois de mars et atteint son apogée à la saison des amours.
Il la perd dès l’automne après la période de rut. La femelle conserve ses bois, d’une taille plus modeste, une grande partie de l’hiver.
La grande migration des caribous.
En Amérique du Nord, les rennes peuvent parcourir jusqu’à 6 000 km par an.
C’est la plus longue migration terrestre du monde animal.


Caribous en pleine migration. © dinosoria.com
À partir d’avril, quand le froid s’intensifie en Arctique, les caribous entament leur migration vers le nord. Ils profitent alors du bref été polaire.
Dès juillet, ils refont le parcours en sens inverse.
Les caribous, tous sexes confondus, peuvent alors former de gigantesques troupeaux de 120 000 têtes qui s’étirent sur une file de 300 km de long.
Une fois arrivés, ils se dispersent en petits groupes.
Quand il se déplace, le caribou fait entendre un cliquetis, audible à plus de100 m de distance. Ce bruit est dû au glissement des tendons sur les osde ses pattes.
Ce bruit de castagnettes assure la cohésion du troupeau pendant la longue migration.

En Amérique du Nord, les rennes peuvent parcourir jusqu’à 6 000 km par an. © dinosoria.com
Des chercheurs ont montré que les routes traditionnelles de migration sont enseignées par les femelles âgées qui voyagent en tête du troupeau.
Elles connaissent les bons pâturages et les aires d’hivernage. Quand ces femelles sont abattues par des chasseurs, le troupeau se désorganise et peut ne pas survivre.
Donc, outre l’instinct, la transmission d’une génération à l’autre est primordiale.
Pour mieux connaître les itinéraires des caribous et donc les protéger, un important programme de suivi par satellite a été initié par le gouvernement du Québec. Pour cela, des animaux ont été munis de colliersradio-émetteurs.
Les prédateurs du caribou et les dangers de la migration Les loups sont les principaux prédateurs des caribous. Dans certaines régions, le loup a été remplacé par le grizzli ou le lynx.
Les meutes de loups suivent toujours les caribous pendant leur migration.

Les loups chassent en meute. Ils repèrent une femelle et son petit, les encerclent, puis isolent le petit de la mère.
On estime qu’un seul loup tue entre 10 et 15 caribous par an.
Durant la longue transhumance, le caribou affronte le froid, la faim, les avalanches et les noyades.

By Mary Harrsch
L’été, le caribou doit faire face à un autre prédateur : l’oestre. C’est une mouche qui ressemble à un gros bourdon. Certaines espèces pondent sous la peau et d’autres déposent les œufs dans les cavités nasales.
Quand les larves se métamorphosent en insectes adultes, elles perforent la peau, occasionnant de grandes souffrances à l’animal.


Rennes qui migrent. © dinosoria.com
Durant tout l’été, les troupeaux sont harcelés par les mouches, les moustiquesou les varrons. Le bourdonnement incessant affole les animaux qui se mettent à courir pendant des kilomètres et cela jusqu’au bord de l’épuisement.
La constitution du harem A la fin du mois de septembre, la saison des amours commence pour les caribous. Seuls les mâles les plus vigoureux pourront s’accoupler.L’objectif d’un mâle est de constituer un harem dont il sera l’unique reproducteur.Pendant 2 à 3 semaines, les mâles s’affrontent en combats singuliers. Ce sont en quelque que sorte des tournois éliminatoires qui deviennent de plus en plus violents au fur et à mesure que les prétendants sont éliminés.
Cependant, les combats ne sont jamais mortels et les blessures sont plutôt rares.

Deux mâles qui s’affrontent . By Jimw
Le vainqueur s’approprie un groupe d’une quinzaine de femelles. Le mâle dominant reste au sein du harem le temps du rut puis repart.
Diriger et surveiller un harem n’est pas de tout repos. Le mâle doit avoir assez d’énergie pour les multiples accouplements mais aussi pour défendre ses femelles.
Dès qu’il s’accouple avec l’une d’entre elles, les autres mâles tentent leur chance avec les belles esseulées.

Faon. © NHPA
A la fin de la période des amours, le chef du harem est sur les « genoux ». D’ailleurs, ce travail est si épuisant qu’un mâle ne dirige un harem qu’une fois dans sa vie.
Cette caractéristique permet aux caribous d’éviter toute consanguinité et de plus, les faons possèdent les attributs des plus forts.
La résistance de l’espèce est ainsi assurée.

Pour séduire les femelles, le mâle possède une botte secrète : sa glande tarsienne. Située sur chaque patte arrière à l’intérieur du jarret, cette glande produit une sécrétion odorante irrésistible.
Le cycle de la vie.7 ½ mois après le rut, les femelles donnent naissance à leur petit. Ellesmettent bas chaque année au même endroit même si la harde a changé d’aire d’hivernage.
Toutes les naissances ont lieu dans un laps de temps très court : une dizaine de jours échelonnés entre fin mai et début juin.
Les changements climatiques rendent les naissances des caribous de plus en plus difficiles. Autrefois, les femelles mettaient bas qu’une fois arrivées au terme de la migration de printemps.
Aujourd’hui, la progression des troupeaux est ralentie par l’alternance de gel et dedégel. La nourriture devient donc plus difficile à trouver.
De ce fait, beaucoup de bébés naissent en route et meurent noyés dans les rivières en crue.

Caribou. © dinosoria.com
Même à la fin du printemps, il fait très froid dans le Grand Nord. Le faon est léché dès sa naissance par sa mère pour éviter que son poil gèle.Au bout de trois jours, le jeune doit être capable de suivre le troupeau.
Le lait des femelles est quatre fois plus riche que celui d’une vache. Le faon tête toutes les 18 minutes pour grandir rapidement. A sa naissance,le bébé ne pèse que 6 ou 7 kilos mais un mois plus tard, il en pèsera déjà 26.
Si la femelle conserve ses bois durant l’hiver c’est parce que cela lui donne des avantages pour élever son petit.
Elle peut creuser la neige pour trouver la nourriture, se défendre contre les prédateurs. De plus, les bois représentent une réserve de calcium.
Le fœtus puise dans cette réserve si l’alimentation de sa mère n’en contient pas assez.

Le faon reste près de sa mère pendant près d’un an. Pour le retrouver au milieu du troupeau, elle dispose du larmier.
C’est une glande, située sous l’orbite de l’œil, qui lui permet d’imprimer son odeur en frottant sa tête contre le corps du faon.
Environ ¼ des faons meurent avant d’atteindre un mois. 50 à 80% des jeunes mourront avant leur première année.

Heureusement, les femelles sont très fertiles et 90% d’entre elles ont un petit chaque année.
Classification: Animalia. Vertebrata. Mammalia. Artiodactyla . Cervidae. Rangifer

V.Battaglia (14.12.2005)














mayyan1
Le 24/03/2017 à 18:39
La première espèce de bourdons placée
sur la liste des espèces en danger.


Présent originellement dans le sud du Canada et dans le nord des États-Unis, le Bombus affinis, une espèce de bourdons, a vu sa population décliner de 95% ces dernières années. Par conséquent, la sonnette d’alarme a été tirée…

À l’initiative de l’US Fish and Wildlife Service, un organisme fédéral attaché au Département de l’Intérieur des États-Unis s’occupant de la gestion et de la préservation de la faune, le Bombus affinis a donc été placé sur la liste des espèces en danger.

Il s’agit tout simplement de la première espèce de bourdons à acquérir ce statut sur le continent américain. Aujourd’hui, ces bourdons existent regroupés en petites populations isolées, à travers 12 États américains et dans la province de l’Ontario (Canada).

Le déclin exponentiel de ce bourdon est le résultat de plusieurs facteurs humains. L’urbanisation de l’environnement et la modernisation de l’agriculture ont joué un rôle prépondérant pour accentuer ce triste phénomène. Auparavant, les petites fermes familiales produisaient une variété d’habitats potentiels, dans les champs de fleurs sauvages.
Aujourd’hui, le monopole des grosses entreprises agricoles ne produit qu’une à deux variétés différentes.

En outre, cette industrialisation de l’agriculture a fait émerger inévitablement l’utilisation de pesticides. Si les abeilles de ruche
semblent bien résister aux pesticides, c’est loin d’être le cas des bourdons.

Par ailleurs, les abeilles élevées dans un but commercial ont tendance à être infectées d’une variété de maladies qui peuvent être transmises indirectement aux bourdons sauvages. Enfin, le changement climatique est également considéré comme un autre facteur du déclin de la population des Bombus affinis.
 
Pourquoi sauver ces bourdons ? Selon Forbes, la fonction de « pollinisateur » des Bombus affinis est primordiale dans la récolte d’une grande variété de fruits, de fleurs et de légumes comme les pommes, les prunes, les oignons, les melons, les poivrons ou encore la luzerne. Des récoltes qui sont estimées, dans l’ensemble, à près de 9 milliards de dollars par an (soit plus de 8,3 milliars d'euros). Une somme qu’il est difficile d’ignorer…


 
mayyan1
Le 22/03/2017 à 07:57
Delphinariums et captivité des cétacés
star des bassins ou cobaye ?
(vidéo)



 
Souriant, joueur et rassurant, star du petit écran, nous aimerions tous l’avoir pour ami ! Le dauphin occupe une place à part dans notre imaginaire : depuis toujours cet excellent nageur nous attire et nous intrigue.
Un sentiment apparemment partagé puisqu’il n’a de cesse de se rapprocher de nous. À quoi est due cette attirance mutuelle ? La réponse tient peut-être à ses facultés psychiques exceptionnelles proches des nôtres…
Serait-il notre « double aquatique » ?
En captivité ou à l’état sauvage le dauphin est aussi « victime » de son succès. Star des bassins ou cobaye ? C’est ce que nous allons tenter de savoir !


 

mayyan1
Le 22/03/2017 à 07:52
Ours noir adulte dans la forêt nationale de Tongass, Alaska

À premiere vue, il semble que la forêt nationale de Tongass soit l’habitat idéal pour notre ami ours noir. 6,9 millions d'hectares de forêt, glaciers et rochers, la plus importante concentration de grands arbres des États-Unis, cinq espèces de saumon… Pas de doute, c’est bien le paradis des ours ! Au point que notre ami noir doit cohabiter avec son cousin brun, ainsi qu’avec un nombre plutôt impressionnant d’autres espèces. Pas de problème, il y a de la place pour tout le monde en Alaska ! Tongass compte un tiers des forêts pluviales tempérées de la planète. Un écosystème si riche – et si rare - qu’il contient plus de
biomasse que les forêts tropicales humides.


mayyan1
Le 21/03/2017 à 07:53
Sélection naturelle!
mayyan1
Le 21/03/2017 à 07:44
VALERIANO ET AZA LE CHIEN...

Dans le Nord, il achète une maison... et le vieux chien qui vivait là depuis le décès de son maître!
 

 
L'histoire, repérée par nos confrères de France Bleu Nord, se déroule à Aulnoye-les-Valenciennes. Cet hiver,
un homme y a acheté une maison.

Quand il a vu qu'elle était déjà occupée par un vieux chien, resté dans le garage, il a décidé de l'adopter. 
 
Cet hiver, Valeriano décide d'acheter une maison, laissée à l'abandon depuis le décès de la personne qui y vivait.
Mais la maison n'était pas tout à fait vide. Le chien de l'ancien propriétaire était resté dans le garage de la maison depuis un an et demi - un membre de la famille venait lui apporter à manger de temps en temps. 

Lorsque Valeriano a appris l'existence d'Aza, un braque allemand de 12 ans, il a alors fait une double proposition d'achat : la maison et le chien !
 Les membres de la famille, qui avaient promis à son maître de le confier à quelqu'un de confiance, ont bien entendu 
accepté la proposition. 


Depuis, Valeriano et Aza sont inséparables, et le vieil animal a retrouvé son entrain. 

 
mayyan1
Le 20/03/2017 à 09:57
 Cinq animaux étranges et surprenants.

Clic ici.........http://dai.ly/x2hwxgd
mayyan1
Le 20/03/2017 à 08:22
Nos amis de la semaine.....

















 Je suis prêt pour mon bain!


"Etre ou ne pas être? Telle est la question!!!!!!
mayyan1
Le 19/03/2017 à 08:22
 le piñatex, un cuir produit à partir de
la fibre d'ananas destiné à sauver
la peau de milliers d'animaux


Une entreprise philippine est devenue la première à commercialiser le cuir d’ananas, réalisé à partir des fibres du fruit et de sa plante. Une nouvelle matière qui pourrait sauver de nombreuses espèces animales.
L’idée est venue de Carmen Hijosa, une designer espagnole qui a longtemps travaillé dans l’industrie du cuir animal avant de fonder Pinatex. À travers cette entreprise, basée aux Philippines, elle se concentre dans la production de cuir d’ananas, à partir des fibres de la plante. Si c’est la première fois que la matière est commercialisée, la fibre d’ananas servait déjà à fabriquer des accessoires féminins dans l’archipel océanique au XVIème siècle.

 
Un artisanat dont s’est forcément inspiré Carmen Hijosa pour créer le piñatex, un cuir végétal à base de fibres d’ananas, comme le relaye nos confrères de 20 Minutes. C’est notamment avec cette matière que l’on crée le Barong Tagalog, un vêtement porté par les hommes philippins lorsde cérémonies.
 

 
Cette matière représente une véritable alternative au cuir animal et pourrait donc sauver la peau de nombreux animaux : « Nous sommes une alternative au cuir et aux produits textiles à base de pétrole, nous sommes éco-durables, et nous avons une solide base sociologique et écologique. Comme c’est un sous-produit de la culture del’ananas, le piñatex n’a pas besoin de terres supplémentaires » affirme-t-elle auprès de The Guardian.
 

 
Sa dernière phrase indique donc qu’il n’y a pas de risque de déforestation pour sa production. Pour faire un mètre carré de textile, il faut 480 feuilles, soit environ 16 ananas. À travers Ananas Anam, une autre entreprise possédée par Carmen Hijosa, 1000 mètres carrés de Piñatex devraient être vendus chaque année d’ici 2018.
 

 
La créatrice s’est déjà associée avec quelques marques de vêtements et d’accessoires (Puma, Camper) et avait présenté quelques objets en fibre de feuilles d’ananas (chaussures, sacs et chapeaux) au Royal College of Art de Londres en décembre 2014. Il ne reste plus que le marché s’adapteà ses matériaux durables pour implanter le cuir d’ananas comme la nouvelle norme textile sur le plan mondial afin de progressivement arrêter la production du cuir animal… et sauver de nombreux animaux.


 
mayyan1
Le 18/03/2017 à 08:40
L'ASTUCIEUX CANICHE D'UN DECROTTEUR PARISIEN
 
D'après « Histoire des animaux célèbres industrieux, intelligents ou extraordinaires, etc. », paru en 1859
 
Si l’on en croit une anecdote rapportée à l’Institut, un jeune décrotteur parisien stationnait au coin de la rue de Tournon ; il avait pour compagnon un barbet très intelligent qui ne le quittait jamais.
Le petit commerce du jeune décrotteur allait souvent assez mal, surtout l’été ; dans ces moments de chômage, le chien voyait par instants son maître triste et chagrin ; puis, dès qu’un pied crotté venait à se mettre sur la sellette, le décrotteur reprenait sa sérénité. 
Le barbet sans doute avait fait ces observations.
Alors il s’ingénia un moyen pour procurer à son maître une satisfaction continuelle, et le moyen qu’il avait trouvé était fort simple : il s’en allait au beau milieu du ruisseau, trempait ses pattes dans la boue la plus noire, et s’empressait de les essuyer sans bruit et comme par hasard sur les bottes luisantes des passants.
Le décrotteur alors faisait retentir l’air de ses sollicitations : « Décrottez ! faites décrotter vos bottes ! » disait-il de sa voix la plus sonore.
 

 
Les dandys s’apercevaient de la malpropreté de leurs chaussures, pestaient d’abord contre le chien, mais préféraient dépenser dix centimes pour être irréprochables.
Tant qu’il y avait des pratiques, le chien restait assis tranquillement sur son derrière à une certaine distance, mais il recommençait de plus belledès qu’il n’y avait plus de chalands.
Le décrotteur, heureux de voir abonder la pratique, ne grondait pas son chien, comme on le pense bien, et le jeune homme et la bête s’en allaient le soir goûter les douceurs d’une aisance due en partie à l’astuce du caniche.
 
Un Anglais qui avait admiré l’étonnante intelligence de l’animal, vint trouver un jour le décrotteur, et lui proposa quinze louis s’il voulait le lui céder.
Le maître, ingrat et sans cœur, livra pour cette somme l’ami de sa jeunesse, le généreux associé de ses travaux.
Le chien fut emmené à Londres, installé dans une riche demeure, fêté, couché sur de moelleux coussins.
Eh bien ! le pauvre animal était triste et semblait regretter sa vie passée, si pleine de misère et d’émotions. 
Le jeune décrotteur, de son côté, commençait à se repentir de sa misérable avarice, de sa mauvaise action: les pratiques étaient rares et le commerce n’allait plus; il regrettait enfin son industrieux associé, lorsqu’un jour il le vit arriver vers lui bondissant de joie, et ayant fui les douceurs et les prévenances dont il était entouré sur les bords de la Tamise.
 
Il recommença ses exercices, retrempa ses pattes dans le ruisseau, et rendit de nouveau fructueuse la journée du petit décrotteur, qui ne s’en sépara plus.

 
mayyan1
Le 18/03/2017 à 08:31
Des biches sur un chemin de fer.
Des biches sur un chemin de fer en Hongrie, une rencontre qui a failli faire des tas de victimes puisque les animaux étaient un grand troupeau qui traversait tranquillement le chemin de fer.
La séquence peut heurter la sensibilité des personnes fragiles, mais sachez qu’aucune biche n’a été blessée.



 
mayyan1
Le 18/03/2017 à 08:04
Deux labradors jouent avec un bâton, puis l’un sauve l’autre de la noyade.

 
Deux labradors jouent et profitent de leur promenade avec leur maître.
Lorsque celui-ci lance un bâton, l’un d’eux se précipite et le rattrape,mais une cascade l’emporte et son ami le sauve en tenant le bâton qu’il a dans sa gueule.
C’est vraiment incroyable comme scène!



mayyan1
Le 17/03/2017 à 08:20
Afrique du Sud : Un projet lancé pour sauver les rhinocéros (vidéo)


 
Comment faire face au braconnage de rhinocéros et sauver l’espèce aujourd’hui en voie de disparition ? Des questions auxquelles vont tenter de répondre cinq organisations mondiales de protection de la nature.
Réunies en Afrique du Sud en association avec Google, elles ont fondé la ‘‘Now or Never African Wildlife Trust’‘, maintenant ou jamais, il faut sauver la faune africaine. Une organisation dont l’objectif est de sauver et réinsérer des pachydermes orphelins exposés au braconnage.
Si vous regardez combien il reste de rhinocéros dans le monde, blancs et noirs, je crois qu’il est absolument crucial d’essayer de sauver, traiter, et guérir chaque rhinocéros que nous croisons. Déclare Johan Marais, vétérinaire.
Selon les associations de protection de la faune, l’espèce pourrait disparaître dans moins de dix ans. Actuellement, en Afrique du Sud, un rhinocéros meurt toutes les 10 heures 30 à cause du braconnage, soit 2 bêtes par jour.
La ‘‘Now or Never African Wildlife Trust’‘ veut sauver chacune des vies animalières possibles, selon Chris de Bruno Austin, fondateur du sanctuaire Care for Wild Rhino.
Nous avons passé un point critique. Nous devons sauver tous les orphelins, chacun d’entre eux est important désormais. Les blancs et les noirs d’autant plus. Les rhinocéros noirs sont vraiment, vraiment menacés.
Les derniers chiffres publiés par les organisations Save The Rhino et Lowveld Rhino Trust révèlent qu’il ne reste que 29 000 rhinocéros dans le monde, contre 70 000 il y a cinquante ans.



 
mayyan1
Le 17/03/2017 à 08:15
Enfin, bientôt la fin de l'élevage de lapins en cage ?

Le Parlement Européen souhaiterait aller dans ce sens
Dans l’ombre de son clapier, le lapin est l’animal le plus détenu en cage en Europe, sans qu’il existe de réelles normes sur leur élevage au niveau continental. Ainsi, le Parlement européen a décidé de prendre position.
Ce mardi 14 mars, les députés européens ont en effet voté un rapport d’initiative demandant l’élaboration de « normes minimales » pour améliorer le bien-être des lapins. Surtout, ils visent la suppression progressive des cages. Ils ont également demandé à la Commission européenne à adopter une législation spécifique sur cet élevage encore assez méconnu, et pourtant très répandu.
En effet, les chiffres sont plutôt alarmants. Chaque année, ce sont 320 millions de lapins élevés pour leur viande en Europe, et 99% sont enfermés dans des cages… Bref, le temps est certainement venu de prendre soin de ces petites bêtes comme l’affirme Stefan Eck, député européen allemand : « Il existe des normes réglementaires pour protéger les porcs, les veaux, les poules pondeuses ou les poulets de chair. Mais pasune seule ne concerne la protection des lapins ».


Dans les faits, il est clair que l’élevage de lapins en cage ressemble à un vrai cauchemar. Privés de grands espaces, ils grandissent et vivent dansdes petites cages hors-sol sans avoir le privilège de gambader, les rendant incapables de développer naturellement leur organisme. En outre,les lapins sont les animaux les plus exposés aux antibiotiques, d’aprèsun rapport livré par l’Agence nationale de sécurité sanitaire.
Quelle serait donc la meilleure solution pour améliorer les conditions d’élevage des lapins?Si l’idée est de supprimer progres-sivement les cages, il sera possible alors de s’orienter vers d’autres méthodes d’élevage comme les systèmes de parcs. Un système qui offrirait plus d’espace aux lapins.
Pour Léopoldine Charbonneaux, directrice de l’ONG « CIWF France », c’est un grand pas que le problème soit mis sur la table, avec des solutions de recours : « C’est une victoire formidable, un changement de paradigme. Ce combat était difficile car les lapins sont souvent associés aux clapiers. Mais les cages sont bien pires. Nous nous réjouissons que le texte parle de leur fin progressive et non de leur aménagement ». Elle avait d’ailleurs remis aux ministres européens de l’agriculture une pétition de 600 000
signatures qui allait dans le sens de ce combat.


Cependant, la bataille est très loin d’être gagnée. Pour Vera Jourova, commissaire chargée des consommateurs, les lapins sont déjà protégés par une directive datant de 1998 qui concernait tous les animaux d’élevage.
Puis, « la Commission est d’avis que les États membres concernés sont les mieux placés pour gérer les problèmes relevant de la
production »
.
Seulement voilà, en Europe, seules l’Autriche et la Belgique ont interdit les cages en batterie en faveur des parcs. Également, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont déjà adapté leur législation pour l’amélioration des conditions d’élevage des lapins. Sinon, le reste des États membres ne disposent pas de législation spécifique.
Dernier obstacle et pas des moindres : l’aspect financier. Second producteur mondial de viande de lapin, derrière la Chine, l’Union Européenne se repose surtout sur l’Espagne, la France et l’Italie qui cumulent 80% de la production européenne. Le souci c’est que, en France notamment, la consommation de lapin est en chute libre, surtout chez les jeunes.


Face à cela, les éleveurs restent donc assez frileux de se séparer de leurs cages, qui leur permettent d’élever leurs lapins à moindre coût. Passer au système de parcs entraînerait un surcoût de 30% pour l’éleveur, qui se répercutera sur le prix de la viande. Déjà que le lapin n’est pas la viande la moins chère du marché, l’augmentation de son prix pourrait encore plus refroidir les consommateurs. »
Un constat qui signifie que, une nouvelle fois, le changement devra d’abord venir de la part des consommateurs pour engendrer un cercle vertueux pour le bien-être de l’animal. Si le Parlement Européen va au bout de son idée, ce serait forcément une première bonne nouvelle !


mayyan1
Le 16/03/2017 à 07:58
Dans ce zoo, les orangs-outan femelles
choisissent leurs mâles grâce à un album
photos pour singes.


Vous aussi, vous cherchez désespérément l'amour (ou une opportunité quelconque de copuler) sur Album photos ? Rassurez-vous, vous n'êtes pas les seuls : dans un zoo néerlandais, les orangs-outans aussi cherchent à «correspondre» avec leur congénères... en swipant sur des tablettes tactiles spécialement adaptées !

Cela pourrait avoir l'air d'une blague, mais non, c'est très sérieux, confirment nos confrères du quotidien britannique The Guardian : dans le parc d'Apeldoorn, situé aux Pays-Bas, les scientifiques ont conçu un «Album photos pour singes» spécialement conçu pour faciliter les rencontres entre les orangs-outans mâles et femelles.

Et ce, dans le cadre d'un programme de reproduction de l'espèce.
 

Car les premières rencontres ne se passent pas toujours comme prévu ; les Orangs-outans ne se contentent pas de n'importe quel partenaire amoureux pour se reproduire : au contraire, ils sont très sélectifs, et il faut vraiment que le courant passe entre eux avant qu'ils fassent le premier pas... un peu comme les humains, avec lesquels ils partagent 96.4% de leur patrimoine génétique !

Facilliter les rencontres entre orangs-outans qui s'apprécient mutuellement.
Aussi, les responsables du parc en collaboration avec des chercheurs de l'Université de Leiden ont constaté que, durant les programmes de reproduction, les rencontres entre mâles et femelles se passent souvent mal et n'aboutissent pas à un acte de procréation, qui permettrait ensuite de péréniser cette espèce en danger d'extinction.

C'est donc pour préserver cette espèce et pour faciliter les reproduction des Orangs-outans en captivité qu'ils ont eu l'idée de créer un «Album photos pour orangs-outans»  ! Une initiative qu'ils ne sont pas les seuls à expérimenter, par ailleurs : dans un zoo allemand, un programme similaire est en cours
Les chercheurs espèrent ainsi pouvoir éviter de faire se rencontrer deux orangs-outans non «compatibles» : en effet, les animaux peuvent être transportés d'un zoo à un autre, parfois sur de très longues distances, dans le cadre des programmes de procréation. Ces déplacement sont non seulement coûteux, mais ils sont aussi gênants pour ces animaux sylvestres, qui préfèrent de loin jouer dans les branches des arbres, plutôt que de parcourir des kilomètres — même pour les doux yeux d'une belle orang-outan femelle !
Alors, mieux vaut être sûr qu'ils ne fassent pas le voyage pour rien...

Les orangs-outans voient défiler les orangs-outans sur la tablette, et on observe leurs réactions. On leur fait ensuite rencontrer ceux vis à vis desquels ils ont le mieux réagi.

« Pour l'instant, cela ne reste que de l'ordre du visuel , explique Thomas Bionda, comportementaliste animal du zoo à NOS, une chaîne de télévision néerlandaise. Dans le règne animal, l'odeur peut également jouer un rôle très important dans les rapports entre individus. Mais chez les orangs-outans, le visuel et les expressions faciales sont quelque chose de très important.»

source : pureactu.fr

Comme on peut l'imaginer, ce genre de programme est une occasion rêvée pour ce scientifique, qui peut profiter de cette opportunité pour étudier les comportements amoureux des primates, et vérifier le véritable impact de l'apparence visuelle chez les orangs-outans.

Pour l'heure, cependant le programme a été momentanément interrompu : Samboja, une femelle au caractère apparemment bien trempé, a carrément explosé la tablette après avoir vu l'un des potentiels prétendants qui lui était proposé sur l'écran !

Ceci étant, les premiers résultats avec les autres spécimens de grands singes avaient été plutôt encourageants :les scientifiques planchent désormais sur un modèle renforcé avec une armature métallique et un écran plus solide, pour éviter toute déconvenue future !


mayyan1
Le 15/03/2017 à 08:57
Les couleurs changeantes des calmars (vidéo)
Regardez cette courte vidéo de la BBC de la série d’histoire naturelle « The Blue Planet » pour voir les habitudes d’accouplement et les étonnantes couleurs changeantes des calmars et les mouvements bizarres du poisson à main  le bien nommée.



 
mayyan1
Le 14/03/2017 à 14:56
mayyan1
Le 14/03/2017 à 07:49
Portrait Fascinant Du Singe Capucin.
Excepté en France, où l’appellation de Sapajou est couramment utilisée, Cebus capucinus est communément appelé singe capucin ou capucin moine. Par extension, ce terme de singe capucin désigne aujourd’hui toute une famille de petits primates du Nouveau Monde : les Cébidés.
Comme tous les singes capucins, le sapajou capucin est lié à la forêt sud-américaine.
Parmi les autres sapajous, le sapajou brun (Cebus apella) est, dans certains pays, dressé pour aider les personnes handicapées.
En effet, les sapajous, et notamment le capucin moine, sont considérés comme les singes les plus intelligents du Nouveau Monde.
Du Sapajou au Capucin
C’est à la fin du XVIe siècle qu’un explorateur français, Jean de Léry, rapporta la description d’une sorte de petite guenon noire, découverte lors d’une exploration au Brésil.
Baptisé sapajou, francisation du terme indien désignant ce petit primate, l’animal allait recevoir deux siècles plus tard une autre dénomination, attribuée par Carl von Linné.

Capucin moine. By Island Monkey . (CC BY-NC-ND 3.0)

Le naturaliste suédois nota que la disposition des poils formait comme une calotte de moine. Linné décida donc d’appeler ce singe « capucin », allusion peu flatteuse à l’ordre religieux du même nom.
Avec 34 espèces répertoriées, les Cébidés forment une famille richement diversifiée. Ces primates présentent des spécialisations anatomiques ou comportementales parfois uniques chez les singes.

Sapajou brun (Cebus apella). By Codiferous . (CC BY-NC-ND 3.0)
Ainsi, c’est chez les Cébidés, que l’on trouve les seuls singes au monde dotés d’une queue préhensile.
Cette queue est une véritable cinquième main qui facilite les déplacements aériens parmi les arbres.
Portrait du capucin moine.
La queue (appendice caudal) mesure 40 à 50 cm alors que le corps ne dépasse pas 46 cm. Le poids varie de 2 à 4 kg.
Une calotte de poils noirs se distingue sur l’occiput, le reste du visage étant blanc. Chez les spécimens âgés, les poils du visage peuvent formerde grosses touffes.
La fourrure en haut des membres et sur le plastron varie du marron clair au blanc cassé. La partie inférieure du corps, le dos et la queue sont de couleur plus sombre, brun foncé au noir.

By Maciek StL . (CC BY-NC-ND 3.0)
Il existe un léger dimorphisme sexuel, le mâle étant un peu plus gros que la femelle.
Les capucins ont des mains agiles. Leur pouce est assez long ce qui facilite une très bonne prise aux branches.
Contrairement au pouce de la main, le gros orteil est opposable aux autres doigts et leur permet de bien s’agripper.

Gros plan sur les mains de ce Sapajou brun. By Sarah and Lain . (CC BY-NC-ND 3.0)
Par contre, le pouce de la main est peu opposable aux autres doigts. Ce caractère primitif rend malaisée la manipulation d’objets.
Les mains portent de véritables ongles et non des griffes, contrairement aux ouistitis.
Les capucins possèdent de larges yeux et voient en couleur. Cela leur permet d’évaluer avec précision les distances et le degré de maturité d’un fruit.
Le singe capucin possède un très gros cerveau par rapport à sa taille.
Même si sa structure reste simple, il en résulte une très vive intelligence.


By Diver 227 . (CC BY-NC-ND 3.0)
Comme le montre sa morphologie, c’est un singe arboricole qui reste le moins longtemps possible au sol.
Le sapajou capucin évolue dans les forêts d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. Il existe quatre sous-espèces de capucins moines qui occupent des zones géographiques différentes :
Cebus capucinus limitaneus : Belize, Honduras et NicaraguaC. c. imitator :  Costa Rica et  PanamaC. c. capucinus :  ColombieC. c. curtus : île de Gorgone et au Nord de la Colombie.
Alimentation des capucins.

Les capucins se nourrissent surtout de fruits mûrs et d’insectes adroitement saisis au vol.  Mais, ils peuvent tout aussi bien consommer des fruits verts, des feuillages, des graines ou des racines. Ils s’alimentent également de crabes ou d’huîtres et de petits vertébrés ainsi que d'oisillons.

By Maciek StL . (CC BY-NC-ND 3.0)
Ce sont des animaux qui prennent leur repas à table dans le sens propre du terme. Ils ont en effet l’habitude  de constituer une petite tablette avec leurs deux avant-bras serrés l’un contre l’autre à hauteur de la poitrine.
Prenant en bouche les graines disposées sur cette tablette improvisée, ils les mâchent et en recrachent les parties non comestibles sur cette même tablette.
Ils sont capables de casser des coques de noix dures en les frappant des deux mains contre un tronc d’arbre.
Mode de vie du sapajou capucin.
Comme tous les singes capucins, le sapajou vit essentiellement dans la cime des forêts, à l’abri des prédateurs.
Il évolue principalement dans la partie moyenne de la canopée.
La recherche de nourriture au sein du territoire se fait en groupe. Ils selèvent avant l’aube et se dirigent vers les lieux de récolte.
Au sein des colonies, les individus âgés qui ont de l’expérience savent localiser et reconnaître les fruits comestibles.
Des éclaireurs sont postés en avant-garde, parfois à plus de 400 mètres.

By g_na . (CC BY-NC-ND 3.0)
De saison en saison, la mémoire et l’intelligence de ces animaux sont mise à contribution. Ils planifient donc chaque excursion en fonction des besoins alimentaires.
Accrochés au dos de leur mères, les jeunes peuvent mémoriser les directions et les aliments sélectionnés en fonction des saisons.
Vagabondant d’arbre en arbre, les sapajous capucins prennent un premier « brunch » en matinée, puis opèrent une pause qui permet aux mères d’allaiter leurs nourrissons.
Les adultes en profitent pour prendre un bain de soleil et les juvéniles jouent entre eux.
Après cette longue pause digestive, l’après-midi est consacrée au ramassage de nourriture avant que la nuit tombe.

By Maciek StL . (CC BY-NC-ND 3.0)
Bien sûr, comme chez tous les primates, l’épouillage est un moment de détente qui renforce le lien social entre individus.
Un groupe reste sur un territoire tant que la nourriture est abondante. Ils continuent ensuite leur chemin.
Organisation sociale.
La polygamie est de règle. Cependant, elle s’organise autour d’un pouvoir hiérarchique détenu par un couple dominant.
Les troupes  rassemblent une vingtaine d’individus en moyenne.
Le chef de clan est prioritaire pour s’alimenter ainsi que pour s’accoupler. Le cœur du groupe social abrite les favorites du mâle dominant, accompagnées de leurs enfants en bas âge.

By Maciek StL . (CC BY-NC-ND 3.0)
La hiérarchie sociale des capucins moines est assez complexe car ce n’est pas forcément un mâle qui domine. Parfois, il s’agit d’une femelle.
De plus, il y a plusieurs mâles reproducteurs au sein du groupe.
Si les mâles changent volontiers de groupes au cours de leur existence, les femelles assurent toujours la pérennité du clan.
Cri du singe capuccin.
Les juvéniles qui sont les jeunes âgés de moins de 2 ans  forment un groupe distinct. En marge du clan, vivent les mâles adultes, dominants déchus ou jeunes en passent de prendre le commandement.

Capucin moine. © dinosoria.com
Ces mâles assurent la sécurité du clan. Ce sont les premiers qui donnent l’alerte en cas de danger.
Les Cébidés sont équipés de cordes vocales très développées qui leur permettent une grande gamme de cris.
Ils crient, hurlent ou chuintent selon les circonstances.
L’union fait la force et en cas d’attaque, les sapajous capucins n’hésitent pas à empoigner des bâtons pour faire face à l’assaillant.
Les clans sont régulièrement attaqués par les rapaces, les serpents dont le boa constricteur, les pumas ou les jaguars.
La reproduction.
C’est à la femelle que revient l’initiative de l’accouplement. Cette dernière aborde un groupe de mâle, haussant les sourcils et esquissant une moue des lèvres bien particulière.
Le mâle qui est intéressé lui offre alors un accouplement rapide pour la quitter aussitôt.
Le pic des naissances se situe au moment de la saison des pluies, période la plus faste en ressources alimentaires.
Après une gestation d’environ 5 mois, la femelle met au monde un seul petit.
Les jumeaux sont rares.  Elle met son petit au monde dans les arbres. 

Pesant 200 à 300 grammes, le nouveau-né s’agrippe immédiatement à la fourrure de sa mère. Il ne la quittera pas pendant un mois.

By Maciek StL . (CC BY-NC-ND 3.0)
A  2 mois, le bébé sapajou utilise sa technique d’accrochage sur d’autres  dos que celui de sa mère. C’est un début d’émancipation.
Les femelles qui ne sont pas encore en âge de procréer ont officiellement en charge le rôle d’assistance maternelle.

By Maciek StL . (CC BY-NC-ND 3.0)
Très vite, l’enfant se met à grimper et à explorer le monde. Il établit des liens avec les autres membres et se fait des amis parmi les autres     juvéniles.
Tous ces contacts sont primordiaux pour sa future vie sociale et peut-être qu’un jour le jeune obtiendra le rôle de dominant.
Mais pour cela, il doit s’affirmer socialement.
En captivité, le record de longévité est de 46 ans.
Les singes capucins au cinéma.
Il est fréquent de voir dans les productions hollywoodiennes, retraçant la vie de Cléopâtre, de la reine de Saba ou de l’empereur  Néron, ces mignons petits singes domestiqués.
Les Cébidés séduisent les metteurs en scène par leur intelligence et leur apparence joviale.
Mais ce recours à des singes du Nouveau Monde est irréaliste car ceux-ci n’ont été découverts qu’avec les premiers explorateurs de l’Amérique, soit environ 10 siècles après les évènements présentés dans ces films.
Les singes capucins et l’homme.
Le véritable danger pour l’avenir des capucins est lié à la déforestation.  A côté des dommages de cette activité humaine, la chasse est très secondaire.
Le déboisement est si intensif que plusieurs espèces de Cébidés sont en danger d’extinction.

Sapajou brun. By Codiferous . (CC BY-NC-ND 3.0)
Plusieurs pays d’Amérique du Sud ont mis en place des mesures pour interdire la vente des singes capucins qui sont destinés aux zoos, aux laboratoires ou comme animaux de compagnie.
La science n’a parfois aucune conscience. Entre 1968 et 1972, 170 000 singes-écureuils ont été vendus aux instituts de recherche biomédicale américains.

Tristesse et desespoir se lisent dans le regard de ce capucin moine. By Alumroot . (CC BY-NC-ND 3.0)
La grande majorité des singes capturés ne survit même pas au transport vers l’Amérique du Nord ou l’Europe.
De plus, pour capturer les jeunes, les trafiquants tuent les adultes et les mères en particulier.

Surnommés "singes araignées", les atèles sont parmi les plus grands singes du
Nouveau Monde. Ci-dessus singe araignée aux mains noires (Ateles
geoffroyi). (CC BY-SA 3.0)

Le WWF déploie de gros efforts pour s’assurer du respect des règlements de protection.
Mais si nul ne prend conscience qu’il faut stopper net le déboisement des grandes forêts, l’avenir des singes du Nouveau Monde se résumera à être confiné dans quelques réserves.
mayyan1
Le 13/03/2017 à 07:53
Nos amis du Lundi.




















 
mayyan1
Le 13/03/2017 à 07:43
Quand nos amies les bêtes ne sont
pas (du tout) contentes.


Non, les animaux n’expriment pas que le bonheur avec leurs drôles de mimiques. Parfois, ils nous montrent qu’ils ne sont pas très contents… Même pas du tout !


 

 














































mayyan1
Le 12/03/2017 à 08:46
Animaux hybrides : mignons, mais à quel prix ?


Qu’est-ce qu’un zébrule ? Un croisement entre un zèbre et une jument. Un zébrâne ? Un équidé mi-zèbre, mi-âne. Et un zoney ? Un savant mélange entre un zèbre et un poney. 

Mais saviez-vous que, malgré leur appartenance au même genre (Equus), les zèbres, chevaux et ânes ne possèdent pas le même nombre de chromosomes ?
Résultat, les individus nés d’un croisement entre ces animaux présentent souvent des anomalies.

Les zébroïdes – équidés hybrides dont l’un des géniteurs est un zèbre –,  sont bien souvent stériles, et parfois atteints de nanisme.
Côté félins, le tigre fait sensation. Né du croisement entre une tigresse et un lion, il est le plus gros félidé au monde. Un mastodonte, donc.

Source : Le ligre ou ligron est un félin hybride né de l'union d'une tigresse et d'un lion mâle.
Le ligre, ainsi que tous les hybrides connus entre différentes espèces félines, est le résultat d'un croisement.

Mais qui ne se rencontre pas à l’état sauvage, car lions et tigres ont des habitats bien distincts. Non, pour voir naître un ligre, une intervention humaine est nécessaire.
Pourtant, la création de cet hybride ne semble pas être des plus judicieuses : trop massif pour chasser correctement, l’animal est incapable de survivre seul dans la nature.
En outre, les ligres souffrent généralement de problèmes cardiaques. « Leurs organes ne peuvent littéralement pas supporter un tel poids », s’indigne Susan Bass, responsable des relations publiques du sanctuaire animalier Big Cat Rescue.

Selon elle, la création d’espèces hybrides chez les grands félins est un acte irresponsable, justifié par l’avidité plus que par une quelconque volonté de sauvegarder les espèces.
Malgré tout, la liste des félins hybrides est longue. On y trouve le tigron, issu d’une lionne et d’un tigre. Le léopon, né d’une lionne et d’un léopard. Le jagulep, mi-léopard, mi-jaguar. Le Savannah, créé à partir d’un serval et d’un chat domestique.

Sans oublier les hybrides engendrés par d’autres hybrides : le liligre, né d’une ligresse et d’un lion ; le tiligre, croisement entre une ligresse et un tigre.

Ou encore le litigron, issu d’un tigron femelle et d’un lion, et le titigron, mi-trigron, mi-tigre…
Et voici ma liste à moi de chiens hybrides et très dangereux...
 Races de chiens visées par le nouveau règlement au Québec :« Bull Terrier, Staffordshire Bull Terrier, American Bull Terrier ou American Staffordshire Terrier, hybride issue d'un chien de la race Bull Terrier,Staffordshire Bull Terrier, American Bull Terrier ou American .
Staffordshire Terrier et d'un chien d'une autre race, de race croisée qui possède des caractéristiques physiques substantielles d'un chien de la race Bull Terrier, Staffordshire Bull Terrier, American Bull Terrier ou American Staffordshire Terrier »










mayyan1
Le 11/03/2017 à 10:31
Des paléontologues viennent de
découvrir un fossile unique au monde
au cœur de la Colombie. 

 
Des paléontologues travaillant sur des fouilles en Colombie ont fait une étonnante découverte à proximité de la Cordillère des Andes. Ils ont misau jour le fossile d’un grand reptile marin unique au monde. Une première qui réjouit déjà les chercheurs, et ce, alors même que l’animaln’a pas encore été extrait du sol. 

QUEL REPTILE A ÉTÉ RETROUVÉ ? Vieux de 127 millions d’années, le fossile découvert est celui d’un animal déjà connu des amateurs de paléontologie vivant au Crétacé Inférieur(-145,5 millions d’années à -65,5 millions d’années) : le plésiosaure. C’est une équipe de paléontologues travaillant près de la Cordillère des Andesqui a rapporté cette découverte au musée José Royo le 8 mars dernier.
Pour rappel, le plésiosaure était un animal marin qui pouvait mesurer jusqu’au 15 mètres de long, mais celui retrouvé en Colombie mesurerait entre 6 et 8 mètres selon les spécialistes. Carnivore, il est reconnaissable à son long cou, sa queue courte et ses
4 nageoires lui permettant de se déplacer dans les fonds marins.

  OÙ LE FOSSILE A-T-IL ÉTÉ DÉCOUVERT ? Les restes ont été découverts à proximité de Villa de Leyva, une ville touristique située à 3 heures de la capitale du pays, Bogotá. Trouver le fossile d’un reptile marin en plein cœur d’une chaîne de montagne n’est
pas très étonnant pour les paléontologue. A l’époque, la zone était presque entièrement recouverte par la mer, et celle-ci abritait de
nombreuses espèces dont le plésiosaure.

  EN QUOI LE FOSSILE EST-IL UNIQUE ? Si des fossiles de plésiosaures ont déjà été retrouvés par le passé, celui de la Cordillère des Andes est « unique au monde » selon les chercheurs. « Ce type de découverte est de grande importance scientifique puisqu’elle est unique dans le monde au regard de l’âge géologique auquel elle appartient », a précisé
le musée José Royo. Le plésiosaure n’a donc pas fini de livrer ses secrets et de fasciner les paléontologues du monde entier.
Pour l’heure, le fossile est encore dans le sol et son extraction définitive est prévue d’ici au 13 mars.



mayyan1
Le 09/03/2017 à 16:57
La Cataire...L'herbe Qui Fait Planer Minou...



Stéphanie Vallet
La Presse

Parmi les centaines de milliers de vidéos de chat publiées sur l'internet, celles mettant en vedette un félin sous l'emprise de la cataire sont sans doute les plus bluffantes...

Au contact olfactif de cette mystérieuse plante, minou entre en transe, miaule, ronronne et se roule par terre! Coup d'oeil sur «l'herbe aux chats», une drogue récréative inoffensive qui fait tourner la tête de nos compagnons à quatre pattes.

Ne vous y méprenez pas: la cataire, plus communément appelée «herbe aux chats», n'a rien à voir avec «l'herbe à chat», ces pousses d'orge, d'avoine ou de blé offertes à l'épicerie qui permettent aux chats de se purger.


L'herbe aux chats est une plante vivace aromatique de la famille de la menthe originaire de l'Afrique du Nord et de la Méditerranée.
Mais il est possible d'en cultiver un peu partout dans le monde.
Pas de panique si vous n'avez pas le pouce vert, elle est aussi offerte séchée en animalerie.

Appelée «Nepetalactone», l'huile aromatique qu'elle produit est responsable des effets euphorisants sur le chat.
Ce composant actif de la cataire ressemblerait aux phéromones des félins, substances chimiques comparables aux hormones qu'ils associent à l'accouplement.
Les effets sont d'une courte durée, soit une quinzaine de minutes maximum, et il faut attendre quelques heures avant que le chat puisse de nouveau tomber sous le charme de l'herbe aux chats.
Sachez cependant que 30 % des chats ne sont pas réceptifs à la cataire et qu'avant leur puberté, soit vers l'âge de 6 mois, elle risque de n'avoiraucun effet.



«La cataire a vraiment un effet euphorisant sur mes chats. Ils se roulent dessus, ronronnent et c'est très impressionnant.
L'eucalyptus a le même effet, mais c'est une plante nocive pour les chats!
Le jus d'olive également, mais attention, car les olives sont un poison pour les félins», explique Daniel Filion, spécialiste en comportement félin.

Si le degré d'euphorie varie d'un chat à l'autre, certains peuvent avoir du mal à gérer le flot d'émotions que va provoquer chez eux l'herbe aux chats.
«Ça peut faire déborder l'émotion et mener à de l'agressivité chez certains chats. Le plus souvent, l'animal va faire de la protection de ressources...
Il va avoir son jouet d'herbe aux chats et, à l'arrivée d'un autre animal, il va mal réagir. D'autres peuvent aussi chercher quelque chose pour sedéfouler et rediriger leur émotion.
Avec ce type de chat, il faut faire attention et le laisser tranquille dans une pièce?», précise l'Éduchateur.
Pourquoi en donner à son chat ?
Tout simplement pour lui faire plaisir. Au même titre qu'une gâterie, la cataire fera le bonheur de votre félin. Mais aussi pour l'amener à aimercertains endroits, comme l'arbre à chat où il fera ses griffes.
«On ne peut pas vraiment utiliser l'herbe aux chats comme renforcement positif pour lui apprendre quelque chose. Je l'utilise parfois pour l'amener à aimer une nouvelle pièce ou un griffoir pour qu'il fasse une association positive», précise Daniel Filion.
Il existe de nombreux produits dérivés de l'herbe aux chats: en poudre, elle peut être saupoudrée sur un jouet ou sur le sol. Certains jouets en sont imbibés. Vous pouvez aussi l'acheter en vaporisateur d'huile pour parfumer un objet appartenant à votre chat.
Pour plus d'information sur l'Éduchateur...
http://educhateur.com/

mayyan1
Le 09/03/2017 à 08:22
On Joue À Cache-Crabe ?


©  Bamb Flouvat
Un crabe caché dans un bloc de corail. Ile de la réunion.

Poissons-Soldats

©  Michel Welters
Source :
Les poissons-soldats forment un genre de poissons téléostéens de la famille des Holocentridae qui vit dans les eaux marines libres.
Wikipédia  Nom scientifique : Myripristis
Ces poissons n'ont pas l'air aimbales ! Djibouti.

Lièvre De Mer

©  Guylaine Laval
Aussi appelé "aplisie" ou "pisse vinaigre", cette espèce de limace des mers a été photographiée au large du rocher du Diamant, un des plus beaux spots de plongée de Martinique.   

Vers Spiralés

©  Nicolas
Petit spiralé incrusté dans le corail, pris dans le lagon de la Nouvelle-Calédonie.

Araignée À Corne

©  G. A
Araignée à corne se cachant dans un coquillage. Bayahibe...
  Mer des Caraïbes (République Dominicaine). 

Un Requin Qui A Faim

©  Bernard Mattar
Heureusement, le photographe n'était pas la proie de ce dévoreur des mers !
  Bora-Bora, Polynésie française.   

 
Un Nudibranche

Source : Les nudibranches forment un ordre de mollusques gastéropodes.
Ces animaux marins sont caractérisés par leur absence de coquille - d'où leur appellation fréquente de « limaces de mer » - et leurs branchies nues.
Nom scientifique : NudibranchiaClassification supérieure : Gastéropodes
Sipadan, Malaisie. Août 2007.  

Anémones Marguerites

 ©  Claude Callado

Ces anémones se fixent souvent sur les épaves de bateau.
Cliché sur une épave de l'Ile de Ré (France) par 20 m de fond...
avec beaucoup de courant.  

 
mayyan1
Le 08/03/2017 à 09:37
Thaïlande: la tortue avait avalé 915 pièces de monnaie (vidéo)


 
Elle avait avalé 915 pièces, il a fallu 7 heures d’opération pour la sauverendant des années, Tirelire, une tortue thaïlandaise, a avalé la monnaie lancée dans sa mare par les visiteurs du parc et a failli en mourir.
Agée de 25 ans, elle a été envoyée, avec la carapace fracturée, il y a quelques jours dans une clinique de Bangkok quand les médecins ont découvert cinq kilos de pièces coincés dans son ventre.
« Il y avait 915 pièces dans son ventre, nous les avons enlevées une par une », a expliqué à l’AFP Nantrika Chansue, la vétérinaire responsable du centre de recherche aquatique de l’hôpital Chulalongkorn.
« Tirelire va bien maintenant, mais elle devra rester au centre pendant deux semaines », a-t-elle ajouté, précisant que c’était la première fois que le centre avait à réaliser ce genre d’opération.
Tirelire vit depuis plus de 20 ans dans un petit parc de la province de Chonburi, à deux heures au sud de Bangkok, et elle était l’une des mascottes de ce parc où les visiteurs venaient nombreux pour jeter des pièces.
« Une tortue peut vivre jusqu’à 80 ans et les gens disent que la personne qui jette une pièce de monnaie dans l’étang de la tortue pourra vivre plus longtemps », explique Rungroj Thanawongnuvej, doyen de la Faculté des sciences vétérinaires de Chulalongkorn dans un communiqué.
Mais pour lui, c’est au contraire synonyme de mauvais karma « puisque cela nuit à des animaux ».

Clic ici..........http://dai.ly/x5e6r3h
 

mayyan1
Le 07/03/2017 à 18:48
Des poissons d’élevages, bientôt nourris sans poisson ?


 
Depuis une trentaine d’années, la demande de poisson ne cesse d’augmenter, et l’aquaculture ne cesse de croître pour répondre à la demande. Un poissonsur deux consommé dans le monde provient de l‘élevage.
En Europe, on élève essentiellement des espèces carnivores. Pour les nourrir, des farines et des huiles issues de petits poissons pêchés en mer (des poissons pélagiques) sont notamment utilisées mais leur proportion ne cesse de diminuer. En effet, dans le même temps, sur toute l’Europe, les captures de pêche sauvage sont en baisse constante.
Préserver les stocks de poissons sauvages
La recherche scientifique continue donc d’explorer de nouvelles sources de protéines végétales. Frédéric Terrier, technicien à la ferme piscicole expérimentale de l’INRA à Donzacq (Landes) participe aux tests de menus plus ou moins “végétariens”. “L’objectifest d’essayer de trouver des protéines végétales de substitution aux protéines halieutiques”, explique t-il, “il y a 10 ans, on mettait encore entre 30 et 40% de farines de poissons dans les aliments, aujourd’hui on a réussi à baisser ce chiffre entre 15 et 20% et on continue à travailler pour le réduire davantage”.
Un vaste projet européen, Arraina Project, s’est penché sur ce changement d’alimentation pour les cinq principalesespèces élevées en Europe : truite arc-en-ciel, saumon de l’Atlantique,carpe, daurade et bar. Croissance, santé, capacité de reproduction, qualités nutritionnelles, tout a été scruté tout au long du cycle de viedes poissons.
L’avenir est aux protéines végétales
“On a démontré qu’on pouvait réduire considérablement le niveau de farines et d’huiles de poissons dans l’alimentation de ces poissons d‘élevage”, explique le coordinateur du projet Sadasivam Kaushik, “il a été prouvé très clairement que toutes les espèces étaient capables de prospérer sans aucun effet nocif à quelques niveaux que ce soit, excepté si le niveau (de farine et d’huile de poissons) est nul, alors là, il peut y avoir quelques effets”.
En cas d’alimentation 100% végétale, les chercheurs de l’INRA ont trouvé des résultats mitigés. Les poissons survivent mais
grandissent moins vite et se reproduisent plus difficilement. Les qualités nutritionnelles de la chair sont également moindres. Mais des solutions existent selon les scientifiques.
Geneviève Corraze, nutritioniste INRA:
“Avec des aliments végétaux, il y a moins d’acide gras oméga 3 dans la chair.On connait déjà des stratégies pour contrecarrer cet effet. Avant l’abattage on peut pendant quelques semaines ou un mois, donner un aliment à base d’ingrédients marins et ça va “re-switcher” la composition en acide gras. La deuxième posssibilité c’est la sélection génétique, c’est à dire qu’il y a des animaux qui ont plus de capacités àsynthétiser et à retenir ces acides gras oméga 3”.
Vers une aquaculture plus durable
Un des grands producteurs mondiaux d’aliments piscicoles, Biomar, a participé au projet. L’entreprise est convaincue que l’avenir est aux protéines végétales. Aujourd’hui blé, colza, maïs et autres vitamines et minéraux se mêlent aux huiles et farines de poissons pour composer les granulés. Si les solutions existent déjà pour diminuer la quantité de protéines issues de la pêche, l‘évolution des mentalités est aussi un facteur à prendre en compte.
Michel Autin, responsable des produits marins:
“On sait faire des aliments avec 2 à 5% de farines de poissons, et 2 à 5% d’huiles pour faire une truite tout à fait comestible, saine et
goûteuse. Il y a certaines réticences, certaines habitudes… Les éleveurs réclament un certain niveau d’huile et de farines parce qu’ils se sentent plus sûrs. C’est tout à fait naturel et légitime mais le sens de l’histoire, c’est de moins en moins”.

De nouvelles formes de protéines issues des insectes ou des algues pourraient donc prochainement se retrouver au menu des poissons d‘élevage

Cynthia
Le 07/03/2017 à 14:05

 
Python royal
 
Le Python royal (Python regius) est une espèce de serpents de la famille des Pythonidae.
C'est le plus petit des pythons africains. C'est un serpent constricteur, on lui donne le nom vernaculaire de Python royal ou encore Python boule.
Les Pythons royaux adultes mesurent 120 cm en moyenne, les femelles étant dans la majorité des cas légèrement plus grosses que les mâles. Ils ont un corps trapu et une tête relativement petite.
 
On trouve le Python royal en Afrique, sur une bande horizontale de territoire allant du Sénégal jusqu'à l'ouest de l'Ouganda et au nord de la République démocratique du Congo. C'est un serpent constricteur qui vit dans les prairies, les savanes et les régions peu boisées et est une espèce terrestre.

Alimentation
Dans la nature, son régime alimentaire se compose principalement de petits mammifères comme des rats, des musaraignes ou des souris. Les serpents plus jeunes sont aussi connus pour se nourrir d'oiseaux. Les pythons royaux sont capables de ne pas manger pendant plusieurs mois, plus particulièrement durant l'hiver.

Reproduction
Python regius est ovipare. La femelle pond entre 3 et 11 œufs. Elle les dépose sur le sol, à l'abri des intempéries, s'enroule autour et les couve jusqu'à leur éclosion. Les œufs éclosent après 55 à 60 jours. Les soins parentaux s'arrêtent après l'éclosion et les petits doivent se débrouiller seuls après la naissance.
 

mayyan1
Le 07/03/2017 à 08:27
Moutons nez noir du Valais dans le canton du Valais, Suisse.


Bien que l’industrie et le tourisme se sont considérablement développés au siècle dernier, l’agriculture et le pastoralisme occupent toujours une place à part dans ce canton de Suisse. Les moutons que vous voyez sur cette photo sont en pleine transhumance. Nos amis sont des nez noirs du Valais. Cette race locale particulièrement adaptée à la montagne a bien failli disparaître. À un moment, il a été question de la remplacer pour le roux du Bagnes. Heureusement une poignée de durs à cuire se sont battus pour que le nez noir du Valais perdure. Pour notre plus grand plaisir ! Ces moutons sont en effet absolument adorables avec leur toison blanche et leur tête noire !


mayyan1
Le 06/03/2017 à 08:01
Les passants observent ce chien qui surveille
la bicyclette de son maître dans la rue.

Regardez ce qui se passe lorsque ce dernier revient.


Voici une belle histoire qui va certainement faire plaisir à tous les amoureux des chiens. Elle s’est déroulée il y a quelques années en Chine. Dans une ruelle, un homme avait laissé son vélo sur le trottoir afin de faire rapidement une course, mais en partant ce dernier n’était pas inquiet car il savait sa bicyclette sous bonne garde.
En effet, assis les pattes sur le vélo, on pouvait voir un Golden Retriever monter la garde en attendant le retour de son maître, une scène surprenante qui a amusé les passants. Cependant, ceux-ci n’étaient pas au bout de leur surprise car lorsque le maître revient quelques minutes plus tard, une chose d’extraordinaire va se passer, nous n’en dirons pas plus à ce sujet… regardez la vidéo ci-dessous.



mayyan1
Le 06/03/2017 à 07:57
Springboks mâles, région du Kalahari, Afrique du Sud.


Ne vous fiez pas à leur allure effilée, ces gazelles sont le symbole de l’équipe d’Afrique du Sud de rugby ! Le springbok est en effet un incroyable athlète. Il peut faire des bonds de 4 m de haut pour 15 m de long, ainsi que des pointes de vitesse de presque 90 km/h. De telles performances en font une gazelle très difficile à chasser pour les prédateurs, y compris le lion. Seul le guépard arrive à rivaliser avec lui. Les springboks vivent en troupeau dans les régions sèches du sud de l’Afrique. Les mâles forment des groupes de célibataires comme ceux-ci,jusqu’à ce qu’ils réussissent à former leur propre harem de femelles.

mayyan1
Le 06/03/2017 à 07:54
La naissance de velour.
Marie Jeanne
Le 05/03/2017 à 11:40

Ce petit bébé ours polaire est en train de devenir la
coqueluche du Web, et pour cause : c'est probablement l'ourson polaire
le plus swagg de l'univers ! Dans ces adorables photos, prises dans le zoo de Hellabrunn, à Munich, l'ourson âgé de 14 semaines a fait une petite sortie avec sa maman, Giovanna.

Pas vraiment timide, l'ourson s'est mis à explorer l'enclos, sautant
adroitement de rocher en rocher, jouant à cache-cache… avant de faire un
clin d'œil coquin à l'une des personnes qui le photographiait !

Regardez-moi ce filou :

AFP

Pendant ce temps, la maman gardait un œil bien ouvert sur son petit qui faisait ainsi ses premiers pas, épiant ses gestes en quête
du moindre danger potentiel.

Le bébé n'a pas encore de nom, mais c'est le troisième ourson de Giovanna, cette belle
femelle ours polaire âgée de 10 ans. Elle a déjà mis bas à deux jumeaux,
Nela et Nobby, il y a trois ans.

Regardez les photos, il est tellement mignon !





mayyan1
Le 05/03/2017 à 08:36
Le Patou des Pyrénées.



























Le chien de montagne des Pyrénées ou Patou des Pyrénées est une race ancienne de chien de berger, utilisé dans les Pyrénées pour la protection des troupeaux contre les attaques des prédateurs. Chien de grande taille, fortement charpenté, à poils longs et robe blanche, il est mentionné dans des écrits dès le xive siècle et le standard de race est fixé au début du xxe siècle.
Élevé et socialisé en famille, c'est aussi un chien de garde ou un chien de compagnie.
Au sein d'un troupeau, c'est un gardien remarquable. Son rôle n'est pas de rassembler les moutons mais de les protéger. Pour ce faire, on l'habitue très tôt à vivre avec eux,de sorte qu'il les considère ensuite comme sa famille. Si le chien détecte un intrus, il aboie et s'interpose entre le troupeau et ce qu'ilconsidère comme une menace.
Il faut pourtant faire très attention en montagne, car étant très protecteur pour le troupeau, il n'hésite pas à mordre les promeneurs qui passent à proximité. De fait, plusieurs attaques violentes de promeneurs ou de randonneurs par des « patous » ont été recensées, au point que le sujet a même fait l'objet en mai 2015 d'une question écrite au Sénat. 
Au sein d'une famille, c'est un animal qui est naturellement un bon gardien, du fait de son caractère trés protecteur. Il possède un grand sens de la familleet sait très bien reconnaître des amis qu'il n'a pas vus depuis longtemps. Très doux avec les enfants et plutôt placide, il est cependant peu adapté à la vie citadine. C'est en effet un chien qui a besoin d'espace et dont l'aboiement puissant peut se révéler une source de gêne pour les voisins. 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Chien_de_montagne_des_Pyr%C3%A9n%C3%A9es
 
C 'est un chien, qui à l'origine, doit protéger son troupeau, non pas le garder, quitte à faire fuir ou attaquer les prédateurs.  Il est capable d'attaquer un ours ou un loup.  L'erreur commise dans les Alpes, fut d'élever des Patous et de les confier ensuite à des bergers auxquels ils n'obéissaient pas. Le Patou doit être élevé dés son plus jeune age avec son berger. Et le berger devrait être avec son troupeau, et non pas le laisser seulement sous la garde de ses différents chiens. Pratiquement toutes les attaques ont eu lieu par des chiens laissés seuls avec le troupeau dont ils avaient la garde, ou par des chiens qui n'avaient pas été éduqués. C'est un chien qui a du caractère, et comme tout chien de ce type, il ne doit pas être "dressé", mais "éduqué", ce qui est différent. Il en est de même pour une famille. Le chien doit arriver petit dans la famille et doit impérativement être éduqué, exactement comme on le fait avec un Berger Allemand ou n'importe quel chien de garde. Aurait-on l'idée de laisser un Berger Allemand tout seul dans la
montagne à garder un troupeau? Ce sont des chiens trés fidèles à leur maitre et leur famille, qu'elle soit animale ou humaine, mais comme toutchien de cette taille, il nécessite une éducation. 

mayyan1
Le 03/03/2017 à 08:34
 7 ANIMAUX AUX COMPORTEMENTS
QUI VONT VOUS SURPRENDRE.

 
Que ce soit un mécanisme de défense, de survie, pour se reproduire ou tout simplement pour s’amuser, les animaux ont développé des comportements qui peuvent nous sembler bien étranges pour nous humains. Du bizarre au dérangeant, tour d’horizon des comportements animaux les plus étranges !

  LA BELETTE ET SA DANSE HYPNOTIQUE

La belette, ce petit animal tout mignon possède une technique de chasse insolite!Lorsqu’il se prépare à chasser son repas préféré, c’est-à-dire le lapin, ce mammifère carnivore a développé une technique redoutable pour réussir à immobilier sa proie particulièrement rapide.
Lorsqu’elle a une cible dans son viseur, la belette commence à se tortiller dans tous les sens : saut, roulade, sprint effréné… Tout est bon pour capter l’attention et se rapprocher malicieusement de sa proie qui est comme figée, captée par la danse totalement absurde du petit prédateur jusqu’au moment où l’heure du repas arrive, sans que le pauvre lapin n’ait rien vu venir…

  LE LÉZARD À CORNES ET SES LARMES DE SANG                
Le lézard à cornes est un reptile vivant dans les déserts du Mexique et pour se défendre dans les zones impitoyablement arides et violentes du pays, l’animal a une technique imparable et particulièrement bizarre. Lorsque celui-ci est pourchassé par son prédateur naturel, le coyote, ilréussit à accélérer la pression sanguine de son corps, notamment au niveau de la tête jusqu’au point où un jet de sang sort brutalement de ses yeux. Ce liquide est un répulsif efficace contre toute créature qui lui voudrait du mal. En plus, le lézard arrive à relativement viser pourque son attaque atteigne sa cible.

  LES CHÈVRES QUI S’ÉVANOUISSENT
             
 Les chèvres sont des animaux domestiqués depuis bien longtemps, mais elle ressent malgré tout le besoin de se défendre en cas d’attaque. Cependant, les chèvres de bétail, contrairement à leurs cousines encore sauvages, ont mis au point une méthode plutôt étonnante. En cas de stress intense, la chèvre semble s’évanouir et devient alors toute raide, se retrouvant presque inévitablement sur le dos.

  LE VERS PLAT ET SA BATAILLE DE PÉNIS
                  
En matière de reproduction, la nature trouve souvent des moyens insolites pour permettre à une espèce de continuer à exister. L’une des plus bizarres est très certainement la reproduction du vers plat. On sait encore peu de choses sur ces créatures sous-marines, et cette grande famille du règne animal promet de grandes découvertes dans le domaine médical, notamment grâce à sa capacité à régénérer toutes les parties de son corps.
Mais c’est bien son système de reproduction qui nous intéresse aujourd’hui : ces espèces hermaphrodites sont dotées de deux pénis qui se présentent sous la forme de cornes. Lorsqu’il doit se reproduire, le vers plat se lance dans un duel avec l’un de ses
congénères, fuyant avec violence le rôle de mère. À l’issue du combat, l’un des deux vers réussit à percer la peau de l’autre avec l’un de ses pénis. Le sperme est alors absorbé par le « perdant » qui est alors fécondé.

  LE PANDA CONTRARIÉ
                   
Tout le monde connaît le panda, cet animal qui a tout d’une peluche et fait régulièrement le buzz avec des vidéos où l’on découvre émerveillé sa mignonnerie sans limite. Cependant, si l’on connaît l’image du panda se nourrissant de bambous, de récentes études génétiques ont révélé que cette espèce était en réalité carnivore. Même si l’on n’explique pas encore l’origine de son régime végétarien, tout laisserait croire que son poids important et sa mobilité assez limitée fait de cette espèce un piètre prédateur qui se contenterait à l’état sauvage de se nourrir de charognes lorsque l’occasion se présente.

  LE DAUPHIN ET SON USAGE DE DROGUE                
Oui, les dauphins sont drôles, sociaux et particulièrement intelligents. Ces traits que ce mammifère partage avec nous le pousserait à réaliser des actes ressemblant à ce que l’humain peut commettre de plus ignoble.
Outre sa passion pour le viol collectif, les récents dérèglements de l’espèce causés par l’homme, du fait de capture puis de sa libération totalementaléatoire, le pousserait dans de rares cas à l’infanticide. Mais sur une note plus joyeuse, des chercheurs ont découvert récemment que certains dauphins mâles adolescents avaient pour habitude de se droguer entre copains.En effet, il arrive que des dauphins mettent la nageoire sur un poisson-globe, qui a la particularité de lâcher un produit toxique lorsqu’il est attaqué. Cette toxine peut être mortelle à forte dose, mais les dauphins connaissent l’astuce et se le font passerentre eux de façon à n’en absorber qu’une petite quantité, ce qui leur permet tout simplement de planer.

  LES BICHES CARNIVORES                  
Ces découvertes, pour la plupart récentes sur les comportements animaux, nous font une fois de plus comprendre que l’on sait peu de chose de ces créatures. Dans cette nature violente, impitoyable mais aussi parfois plus tendre et clémente, les animaux ont dû s’adapter et trouver des subterfuges pour survivre et s’épanouir, et nous sommes encore loin d’avoir fait le tour de ces habitudes bizarres ! Le cerf et par conséquent la biche, sont des herbivores.
Tout porte à le croire, leur alimentation, leur biologie et même leur patrimoine génétique.
Pourtant, cette vidéo montre tout le contraire ! Les observations d’herbivores consommant de la viande sont très courantes. Dans le cas de l’hippopotame par exemple, les choses vont encore plus loin puisque cet herbivore a été observé à de nombreuses reprises en train de manger de la viande mais aussi en train de se nourrir de ses congénères hippopotames morts. Pour l’instant, les scientifiques n’ont pas encore pu réellement expliquer ce phénomène, même si la théorie la plus courante explique tout simplement que l’animal en question souffre de carences en fer, ou tout simplement que son alimentation « naturelle » se fait plus rare et qu’il se replie donc sur de la viande par peur de mourir de faim.
Les animaux ont encore bien des choses à nous apprendre… Et la nature peut s’avérer très inventive…

Cynthia
Le 02/03/2017 à 15:11
Des troupeaux de moutons qui vont vous donner envie de batifoler dans les prairies !


Honneur aux moutons aujourd’hui avec cette série de splendides clichés.

Des photographes des quatre coins du monde ont décidé de leur rendre hommage en les immortalisant dans des photographies de toute beauté.
Laissez-vous transporter par ces paysages envoûtants habités de moutons tous aussi mignons les uns que les autres !
 


























Ces moutons sont vraiment adorables ! Ces clichés les mettent considérablement en valeur. Merci aux photographes pour ces sublimes portraits qui nous font voir ces animaux sous un nouveau jour. A la rédac’, cela nous donne presque envie de devenir berger ! Ces images vous ont-elles donné envie de batifoler dans les pairies aux côtés de ces braves moutons ?
Marie Jeanne
Le 02/03/2017 à 14:35

                                                           L’ÉNIGME DES TOILES D'ARAIGNEES

Les toiles d’araignées possèdent un pouvoir d’attraction secret pour attraper leurs proies.
 
Les araignées n’ont pas fini de nous étonner et dévoilent leurs mystères au compte goutte !
Ces petites bêtes sont dotées de capacités incroyables, notamment une qui
concerne leur toile et qui vient seulement d’être révélée…Il existe plus
de 42 000 espèces d’araignées connues dans le monde.

Et elles ont toutes un point commun : leur toile d’araignée, qui cache un secret étonnant.
Une capacité qui leur permet de mieux chasser leurs proies. La toile d’une
araignée est faite de soie, produite par les glandes séricigènes de
l’araignée au niveau de la face ventrale. La soie, liquide dans les
glandes, se solidifie au contact de l’air pour devenir ce fil qui sert à
créer un piège extrêmement puissant. La soie des toiles d’araignées est
5 fois plus résistante que l’acier, et possède une mémoire de forme
plus élevée que le latex. Dans ce piège, la toile d’araignée est gluante
sur certains fils pour attraper les insectes. Les vibrations émises par
l’insecte qui tombe dans la toile sont transmises à l’araignée si bien
qu’elle est capable de déterminer où la victime se trouve.


 
Il a déjà été découvert que les insectes peuvent se charger d’électricité
statique à cause des frottements liés à leur environnement : frottement
avec des feuilles, des arbres, le frottement de leurs ailes lorsqu’ils
volent, etc. Or un jour en jouant avec sa fille, Victor Ortega-Jimenez,
un biologiste de l’université de Caroline du Nord, s’est demandé si les
toiles d’araignées étaient attirées par l’électricité statique des
insectes. Après un test réussi, il a voulu pousser la recherche un peu
plus loin en utilisant des insectes chargés électriquement. Aidé de son
collègue Robert Dudley, ils ont ramassé plusieurs insectes morts,
certains ont été chargés électriquement et d’autres non,  afin de
valider leur hypothèse.


 
Les insectes chargés en électricité statique attirent la toile, les
insectes non chargés ne l’attirent pas en temps normal. Une chance
supplémentaire de capture pour l’araignée ! Le biologiste souhaite
poursuivre l’expérience sur le terrain car les spores de pollen sont
chargées électriquement et ils pourraient donc augmenter le pouvoir de
la toile. Toutefois cela pourrait également dégrader celle-ci comme les
gouttes d’eau…On ne pensait pas possible que les toiles d’araignées
puissent se servir de l’électricité statique de cette façon.

 


 
Quand on nous parle de ça, on a plutôt tendance à imaginer un pull en laine
et les cheveux et poils qui se hérissent. Pas à voir des insectes
attirés dans les pattes des araignées de cette façon !

 
C’est fascinant ! 




Marie Jeanne
Le 01/03/2017 à 15:53


Découvrez le Munchkin, la seule race de chat qui reste bébé toute sa vie


Connaissez-vous le chat Munchkin ? Avec leurs têtes
rondes et leurs yeux énormes, les représentants de cette race de chats
originaire des États-Unis sont probablement les êtres les plus mignons
que l'on puisse trouver à l'heure actuelle sur la planète terre.

Non, sérieusement, même les plus belles espèces de renards, ni même le lapin le plus mignon du monde ne peuvent rivaliser avec le chat Munchkin, à cette échelle ! En plus,
cette espèce de chats est dotée de membres très courts, un peu comme
l'équivalent du basset chez les chiens. Cela lui donne une démarche et
une apparence très particulière, un peu comme s'il s'agissait d'un chat
miniature !

On vous laisse avec ces quelques photos de Munchkins mignonnissimes qui adouciront même les
personnes les plus insensibles. Même si vous avez un cœur de pierre,
vous serez incapable de résister, on vous prévient !


1. Le Munchkin est un chat originaire des États-Unis
2. Il possède la particularité étonnante d'avoir des pattes très courtes proportionnellement à son corps
3. Bien sûr, il existe plein de variétés différentes, avec des poils plus ou moins courts…
4. Pour être considéré comme un "vrai" Munchkin selon les critères établis par les éleveurs, toutes les
couleurs de robe sont possibles, sauf la couleur ambre…
5. Joueurs et affectueux, les Munchkins sont débordants de qualités
6. Mieux : le Munchkin est réputé pour conserver son caractère de chaton, même parvenu à l'âge adulte !
7. Ces chats peuvent avoir le visage un peu écrasé, le visage très rond et des yeux énormes 
8. Si vous connaissez un être vivant sur cette terre qui est plus mignon que ça, appellez-moi
 

11. Malgré la petite taille de ses pattes, ces dernières ne l'empêchent pas de courir et d'être très actif… Au contraire ! Pinterest/ kitty diamond
12. Ceci dit, ça ne les empêche pas d'adorer les câlins 
 
14. Ça y est… Je suis devenu complètement gaga 15. Je le veux !!!
Marie Jeanne
Le 01/03/2017 à 13:16

                                                                 LE CHAT NOIR

Tour à tour considéré comme maléfique ou porte-bonheur, le chat noir a connu
bien des mésaventures. Jadis victime des croyances populaires, il est
aujourd’hui encore marqué par d’anciennes superstitions venues du Moyen
Age.

Découvrons les légendes et superstitions associées aux chats noirs depuis des siècles.

 
Le noir, une couleur maléfique
 
Des légendes et des superstitions entourent la couleur noire depuis la nuit des temps.
 
Si les chats ont été divinisés par les Egyptiens, le chat noir était déjà
mal vu en Egypte ancienne. La couleur noire était associée au deuil, aux
envahisseurs éthiopiens qui avaient la peau foncée et à Seth, la
divinité du mal. C’est pourquoi les chats noirs étaient déjà l'objet
d'une grande aversion

 
Lorsque le Christianisme s’est imposé comme religion d’Etat dans l’empire
romain, le chat est devenu une créature satanique, en particulier s’il
était noir.

 

 
Chat noir – Robert Sijka
 
 
Chat noir, diable et sorcières
 
Au Moyen Age, le chat noir était considéré comme une incarnation du diable. Cet animal était alors présenté comme l'ami des sorcières et une croyance voulait que
les sorcières soient capables de se transformer en chat.

 

 
 
Si l’on rencontrait un chat noir à minuit, on pensait que c'était Satan en
personne qui venait acheter votre âme ! Croiser un chat noir lors de
funérailles était encore plus néfaste : cela présageait la mort
imminente d'une personne du cortège. Pour déjouer la malédiction, le
cortège changeait d'itinéraire pour se rendre au cimetière.

 

 
 
A cause de ces superstitions, des milliers de chats ont été brûlés ou crucifiés.
 

 
 
Au XIIIe siècle, toute personne accueillant un chat noir sous son toit
pouvait être accusée de sorcellerie et risquait le bûcher… à moins que
le chat "noir" ait au jabot une petite touffe de poils blancs appelée
"marque de l'ange" ou "doigt de Dieu".

 

 
Des superstitions tenaces
 
Voir un chat noir est aujourd’hui encore considéré comme un mauvais présage,
au même titre que passer sous une échelle ou renverser du sel à table.

 
Bien que cet animal ait été réhabilité et ait fait son entrée dans les foyers à partir du XIXe siècle, il est toujours associé à Halloween et aux sorcières des livres de contes.
 
 

 
 
mayyan1
Le 01/03/2017 à 08:15
De superbes créatures marines en verre
et leurs secrets de fabrication
.



 
L’exposition Fragile Legacy a dévoilé certains des plus beaux travaux de Leopold Blaschka et son fils Rudolf Blaschka. Ces artistes étaient spécialisés dans la reproduction ultra détaillée de créatures marines en verre soufflé, à destination des musées principalement.
Certaines des créatures représentées sont devenues rares ou sont soupçonnées d’être éteintes : le nom « héritage fragile » prend un double sens quand on songe que c’est peut être notre seule façon de connaître un jour cesespèces.
Les restes d’éléments composites comme les ventouses de poulpes qui étaient fabriqués à part puis collés ont donné de bons indices sur les processus de fabrication employés par les Blaschka. Toutefois le musée Corning a été plus loin en demandant à des verriers de reconstituer les techniques qui étaient mises en œuvre par ces artistes.













 










 
mayyan1
Le 01/03/2017 à 07:54
Un homme se fait surprendre par un quokka
et réalise le selfie le plus cool d'internet !


Pendant une promenade à vélo à Rottnest Island, un île au large de l’Australie,Campbell Jones a été surpris par un animal adorable et très joyeux : le quokka.
La scène s’est déroulée le mois dernier, à Rottnest Island en Australie.
Campbell Jones et sa petite amie se consacraient une mise au vert à travers une balade à vélo quand soudain… Un quokka surgit sur le long de la route.

 

Naturellement, Campbell s’arrête et prend sa GoPro pour prendre le petit marsupial en photo. Cependant, le quokka, réputé pour sa sociabilité et sa curiosité,ne voulait pas en rester là : « Quand je retournais vers mon vélo, le quokka m’a poursuivi. J’ai posé la GoPro et il m’a sauté dessus comme s’il voulait me dire : « Reviens ! » .

 

Sur le visage du quokka, un sourire se dessine naturellement. Une apparence qui rend le marsupial tellement sympathique et cool qu’il est considérécomme l’animal le plus heureux de la planète. D’ailleurs, il y a deux à trois ans de cela, le « quokka selfie » était devenu un vrai phénomène sur les réseaux sociaux.

 
En revanche, le quokka est enregistré comme une espèce vulnérable par l’Union Internationale pour la conservation de la nature. Il est notamment menacé par la dégradation de leur habitat naturel ainsi que l’introduction de prédateurs non naturels (qui ne sont pas originaires de leur lieu d’habitat) comme les renards et les chats sauvages.

mayyan1
Le 28/02/2017 à 09:20
Plus Beaux Oiseaux Dans Le Monde?.
mayyan1
Le 28/02/2017 à 08:41
Des chenilles qui envoient des alertes alimentaires et météo.


 
Les Abeilles buzz, les cigales chantent, mais les chenilles sont les vrais maestros musicales du monde des insectes. Il se trouve qu’ils utilisent différentes parties de leur corps pour attirer l’attention des autres chenilles.
La minuscule chenille du bouleau fait des vibrations inaudibles pour l’oreille humaine, en utilisant leur bouche, le corps et les parties anales. Ceux-ci semblent envoyer des informations à propos de la nourriture et un abri à d’autres chenilles à proximité.
En quelques heures, un petit groupe se forme autour du batteur, un comportement qui peut assurer la sécurité contre les prédateurs ou de mauvais temps.
« Ces minuscules chenilles produisent une diversité complexe de signaux – ils secouent leur corps, tambour et raclent leurs pièces buccales, et la traînée spécialisée anale ‘avirons’ contre la surface des feuilles pour créer des signaux bizarres», explique le biologiste évolutionniste Jayne Yack à l’Université Carleton à Ottawa, Canada, qui a dirigé la nouvelle étude.
« J’étudie les sons d’insectes depuis plus de 30 ans, et je ne l’ai jamais vu une espèce d’insectes produisent une telle diversité de types de signaux. »
L’étude est la première à fournir des preuves de l’utilisation de signaux vibratoires pour la communication acoustique complexe dans les chenilles, dit Yack.
Mais pourquoi cette petite chenille besoin d’un tel répertoire complexe de signaux? Ceci est toujours pas clair, dit Yack. « Mais il est probable qu’ils utilisent des signaux différents pour mesurer la distance ou la qualité différente de la nourriture, ou d’aider les autres localiser la source», ajoute-t-elle.
En effet, les vibrations continuent, même après que le groupe est formé.
« Ils ne cessent de communiquer les uns avec les autres, Peut-être qu’ils disent des choses comme« hé, nous avons besoin de résoudre ce grand trou dans l’abri »ou« Hé les gars, je suis ici! J’ai trouvé un endroit vraiment bon en alimentation! ou peut-être « C’est ma place! »
Résolution de conflit
Jusqu’à récemment, les chenilles ont été pensés pour compter principalement sur des signaux chimiques tels que les phéromones pour communiquer – à la différence des insectes tels que les guêpes, les abeilles et les fourmis, qui utilisent à la fois des signaux vibratoires et chimiques pour communiquer des informations sur l’alimentation ou la sécurité.
Dans une étude antérieure, l’équipe de Yack a découvert que les signaux vibratoires dans les derniers stades de ces chenilles. Ils ont constaté que les signaux ont été utilisés pour résoudre les conflits territoriaux– le raclage anal, par exemple, a été pensé pour avoir évolué comme un moyen d’éviter à un affrontement.
L’analyse des sons ont montré qu’ils produisent quatre types de signaux vibratoires associés à l’alimentation et la fabrication de la soie, qui est utilisé pour la construction d’abris différents. Ils ont utilisé leurs mandibules et pièces anales pour gratter la surface de la feuille,secouaient leur corps pour faire un bruit de ronflement, et tambourinait avec leurs mandibules.
La grande différence entre les signaux vibratoires envoyés par ces jeunes chenilles par rapport à leurs homologues plus âgés réside dans les intentions, dit Yack. Ces chenilles jeunes utilisent uniquement leurs vibrations à raconter d’autres chenilles sur la nourriture ou un abri, plutôt que de se battre pour un morceau de feuille.
La découverte pourrait avoir des implications pour la lutte antiparasitaire, comme beaucoup de ravageurs ont passé une partie importante de leur vie en chenilles, et ils ont probablement types de communication similaires.
Donc, la fissuration du code de communication pourrait aider les chercheurs à développer de nouvelles alternatives aux pesticides. « Peut-être en brouillant leurs signaux ou en surveillant l’abondance des espèces nuisibles sur les plantes».
Cependant, pas tout le monde convient que les chenilles utilisent les vibrations pour communiquer. Tomer Czaczkes, de l’Université de Regensburg en Allemagne, dit qu’il pourrait y avoir une autre explication.
«Pour moi, le pistolet fumant est manquant: sans reproduire les vibrations pour les chenilles, et de les voir approcher des vibrations, nous ne savons pas réellement si se sont les vibrations qui sont importantes. Peut-être que les chenilles libèrent des produits chimiques tout en faisant ce comportement de grattage? « Dit-il.

 
 
Marie Jeanne
Le 27/02/2017 à 21:42


                                               
Cynthia
Le 27/02/2017 à 19:09
Grèbe à cou noir .

Le plus étonnant chez le grèbe à cou noir,c'est la différence de plumage qui peut exister selon la période de l'année.
Les photos du grèbe à cou noir que je partage avec vous aujourd'hui ont été prises sur la côte (44) la semaine dernière et ce bel individu avait déjà sa tenue nuptiale, la saison de reproduction n'étant plus très loin.

 
La particularité du grèbe à cou noir, ce sont ses yeux rouges, son bec noir pointu et retroussé et ses pattes vertes en arrière du corps.

 
Il se nourrit d'insectes, de crustacés et de poissons qu'il attrape en plongeant sous l'eau
et qu'il mange également sous l'eau.

Son chant ---> ici

 
En France, le grèbe à cou noir est présent toute l'année il y en a environ 1200 couples.
La Sologne abrite la plus importante population en France

 
Il peut peser jusqu'à 400g

 
L'espèce Grèbe à cou noir est protégée et sécurisée en Europe par contre elle est déclarée menacée en SUEDE et
vulnérable en ALLEMAGNE, LETTONIE, LITHUANIE,
elle est en déclin en ROUMANIE et dans les PAYS BALTES

 
les pollutions à l'hydrocarbure causent des dégâts irréparables.
Lundi prochain, le grèbe à cou noir en tenue intermédiaire , vous verrez la différence.
Marie Jeanne
Le 27/02/2017 à 11:48

                                                   
J 'AI RECU CETTE PETITE BEAUTE D'UNE COPINAUTE ET JE VOUS LA METS EN PARTAGE, ELLE EST TROP MIMI..  ON POURRAIT L'APPELER "L'AMITIE"
 
 

 
 
 
 

 

 

 
 
ET QUELQUES MOIS PLUS TARD... ILS ONT GRANDI ET TOUJOURS  ENSEMBLE
 

 
 

 
 

 

 
 
Cynthia
Le 26/02/2017 à 10:13
Les animaux s'amusent ,c'est dimanche.

 

Répondre au sujet