Egyptair : une compagnie aérienne dans la tourmente depuis la révolution

Fondée en 1932, la compagnie aérienne nationale égyptienne Egyptair doit faire face à une crise qui dure depuis sa révolution. Et avec le crash dans la nuit mercredi 18 mai dernier de son Airbus A320 à bord duquel se trouvaient 56 passagers et 10 membres d'équipage, on peut dire que la société vieille de plus de 84 ans n'est pas encore de l'ornière.


Depuis la révolution, Egyptair est dans une tourmente dont elle n'a jamais pour sortir malgré les différentes mesures prises par ses dirigeants. Pour preuve, la compagnie aérienne nationale égyptienne qui dessert environ 70 villes dans une cinquantaine de pays à travers le monde a enregistré de lourdes pertes ces dernières années. Les pertes cumulées depuis 2011 s'élèvent à près de 11 milliards de livres égyptiennes soit l'équivalent d'un milliard d'euros.

La baisse du trafic pourrait expliquer en partie cette situation financière peu reluisante. Avec sa soixantaine d'appareils dont l'âge moyen se situe autour de 12 ans, l'entreprise a transporté plus de 7,2 millions de passagers sur la période 2013-2014. Ce qui fait environ 400 000 clients de moins que sur la période 2012-2013.

Pour tenter de redresser la situation, la compagnie avait annoncé des tarifs promotionnels à la fois sur ses vols domestiques et internationaux. Mais l'accident du jeudi dernier dans lequel 66 personnes ont péri dont 15 Français pourrait réduire à néant ses efforts de la direction d'Egyptair. La baisse de la fréquentation touristique déjà dure à supporter devrait se poursuivre avec ce dernier crash.

Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.