Le patrimoine français au secours du Louvre (suite)

Source :

La diplomatie au service de l’art

C’est ainsi que durant quatre mois, des cortèges entiers d’œuvres partiront pour l’exil, laissant le Louvre peu à peu orphelin de ses trésors.

Le 14 juin 1940 les Allemands investissent la capitale ; progressivement l’establishment allemand prend le contrôle des institutions françaises, soumettant ainsi la patrie aux dictats nazis. L’art, véritable outil de la politique d’Hitler et de l’expression de ses idéaux, ne déroge pas au processus.

Le Comte Franz Wolff Metternich, nommé par le IIIème Reich à la charge du Kunstschutz (bureau de protection des œuvres d’art), jouera avec Jacques Jaujard, devenu Directeur des Musées Nationaux, un rôle déterminant dans la protection des œuvres d’art de la France.

Franz Graf Wolff Metternich
Le Comte Franz Wolff Metternich

Metternich, issu de l’armée Allemande, détenait la liste des lieux qui abritaient les œuvres exilées et se préoccupait personnellement de leur maintien et de leur conservation. Pas question de piller ni même de rapatrier les joyaux de la République en Allemagne, même si le gouvernement de Vichy  en la personne d’Abel Bonnard, avait un temps cédé aux demandes de hauts dignitaires Allemands en envoyant la Diane de Boucher à l’ennemi.

Les œuvres du Louvre seront déménagées à plusieurs reprises, d’abord à l’Abbaye de Loc-Dieu en Aveyron, puis au Musée Ingres de Montauban et dispersées dans quelques châteaux du Lot en zone libre (voir notre album photo). Chaque mouvement nécessitait l’approbation par Metternich, qui signait les bons d’essence et l’autorisation des transports.

Pierre Jahan Le Dévoilement de la Joconde 17 juin 1945  Paris musée du Louvre © musée du Louvre / Photo Pierre Jahan
Dévoilement de la Joconde au Louvre en 1945, après son séjour au château de Montal dans le Lot

La protection des œuvres du Louvre sera ainsi l’unique point de convergence des politiques françaises et allemandes lors de l’occupation.

A l’aube de la Libération, la crainte des bombardements des alliés américains et anglais relance les manœuvres diplomatiques. Jaujard communique aux alliés les lieux de stockage des œuvres, dont la B.B.C accusa réception avec le célèbre message « La Joconde a le sourire ».

Enfin libéré de l’ennemi le 25 août 1944, le Louvre ne retrouvera l’ensemble de ses collections dispersées qu’une année après la fin de la guerre.

Pierre Jahan Ré-installation de la Victoire de Samothrace 1945. Paris musée du Louvre © musée du Louvre / Photo Pierre Jahan
Ré-installation de la Victoire de Samothrace en 1945

Si les trésors du Louvre sortirent quasiment indemnes de cet épisode, ce ne fut malheureusement pas le cas de collections d’art privé des Juifs, qui ont subi de nombreux pillages et spoliations.

Découvrez en photos ces lieux de notre patrimoine qui ont abrités les prestigieuses collections du Louvre sous la seconde guerre Mondiale. (lien vers l’album photo)

Page 1  Page 2

À voir également

Palais du Louvre, Tuileries, Paris, 135000 m2, musée du Louvre,renaissance, Charles V, Louis XIII, Louis XIV, tour eiffel, Notre Dame de paris, Philippe Auguste, France, Seine, François I, Pierre Lescot, Napoléon, Catherine de Medicis, Charles IX, Henri
Infographie : Le Louvre 800 ans d'histoire
Article : une américaine chez les impressionnistes
Article : une américaine chez les impressionnistes

 

Copyright ©2016 J'aime mon patrimoine
Vidéos, articles, jeux… J’aime mon patrimoine, c’est votre lieu de découverte, de partage et de détente autour du patrimoine culturel français et de ceux qui le font vivre.
Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.