Épique château de Duras

Source :

Épique château de Duras

Le château de Duras domine la vallée du Dropt depuis 1137, année de sa construction par Guillaume Amanieu III, vicomte de Benauge, Bezaume et de Gabardan et du mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec le roi de France.
La prospérité de la région est donc comptée et le castrum en bois de Duras bascule rapidement dans les multiples guerres franco-anglaises puis la Guerre de Cent ans.

Château de Duras aile médiévale © Geoff Livingston - CC BY-SA 2.0
Façade ouest du château

Au début du XIVe siècle, le château devient propriété de Gaillard de Goth, frère du pape Clément V, tous deux originaires de Guyenne. Grâce à cette proximité papale, le bâtiment de bois est remplacé par une forteresse de pierre, sur le modèle dit Clémentin. En effet, le pape, attaché à sa région d’origine, finance la construction ou la consolidation de plusieurs châteaux, donnant son nom à leur style.

Château de Villandraut © MONUDET - CC BY-SA 2.0
Villandraut, autre château clémentin, situé en Gironde

C’est par mariage que le château devient possession de la famille Durfort qui accole alors à son nom celui de Duras. Toujours en pleine guerre de Cent Ans, ils tirent leur épingle du jeu en revoyant leurs alliances avec la couronne de France ou celle d’Angleterre, au gré des événements et moyennant finance.
En 1377, le célèbre Duguesclin, accompagné du duc d’Anjou, a fait le siège de la forteresse sans pouvoir la prendre. Le château est finalement confisqué à Gaillard IV par le roi de France Charles VII, en 1453. Il n’est pardonné et ne redevient propriétaire de son bien que 23 ans plus tard, une fois la Guerre de Cent Ans définitivement achevée.

Fortin d’accueil du château de Duras © Michelle Bartsch - CC BY-SA 2.0
Fortin d’accueil du château de Duras

Mais la famille Durfort-Duras ne rentre pas dans le rang bien longtemps. Un siècle plus tard, convertie au protestantisme, elle défie une nouvelle fois la couronne de France lors des guerres de religion. Catherine de Médicis et Charles IX envoient Blaise de Monluc, surnommé « le boucher du roi », pour les faire plier. Il trouve le village et le château vide. Ses occupants dont Jeanne d’Albret, mère du futur Henri IV et fervente protestante, ont fui avant son arrivée.
Sentant la défaite arrivée les Durfort-Duras se convertissent à nouveau à la foi catholique pour regagner les faveurs de la couronne.

Loggia Renaissance du château de Duras © Michelle Bartsch - CC BY-SA 2.0
Péristyle à l'italienne du château

La famille monte alors les échelons de la noblesse jusqu’à voir son nom et son domaine élevé au rang de duché-pairie par Louis XIV. Cette nomination ne va pas sans avantages financiers, ce qui permet une rénovation du château.  Après avoir eu une fonction défensive pendant des siècles, il est transformé en demeure de plaisance avec joyaux ornementaux et jardins à la française.

Château de Duras aile XVIIe © Chateaudeduras47120 —CC BY-SA 4.0
Château de Duras, aile XVIIe

Partiellement détruit à la Révolution, le château entre dans un long déclin jusqu’à son abandon total au décès du dernier propriétaire.
Après plusieurs péripéties et démêlés judiciaires, il est finalement racheté par la commune en 1969. Duras met depuis tout en œuvre pour restaurer et faire revivre les heures de gloire de son monument emblématique.

Informations pratiques :

Le château est situé en Lot-et-Garonne, dans l'ancienne région de l'Agenois.
Pour en savoir plus sur le château de Duras, son histoire et ses visites cliquez ici.

À voir également :

Article : les châteaux de la Loire où on ne les attend pas
Article : les châteaux de la Loire où on ne les attend pas

Quiz des châteaux vol.3
Quiz des châteaux vol.3

 

 

Copyright ©2016 J'aime mon patrimoine
Vidéos, articles, jeux… J’aime mon patrimoine, c’est votre lieu de découverte, de partage et de détente autour du patrimoine culturel français et de ceux qui le font vivre.
Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

Restricted HTML

  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.