La Saline Royale d’Arc-et-Senans ou la Cité des Utopies...

Source :

La Saline royale d’Arc-et-Senans ou la Cité des Utopies...

Au XVIIIe siècle, le sel, utilisé comme conservateur pour les aliments, est une denrée essentielle dont la valeur était bien plus importante qu'aujourd'hui. L'Etat, en particulier, en tirait une source de revenus très conséquente à travers un impôt : la Gabelle. 
Or à cette époque, la Franche-Comté, annexée au Royaume de France sous le règne de Louis XIV, possède un sous-sol très riche en sel. C'est pourquoi Louis XV décide d’industrialiser son exploitation. Il ordonne donc la construction de la Saline d’Arc-et-Senans en 1774.

L'édification de la saline est confiée à Claude-Nicolas Ledoux, architecte du roi bénéficiant du précieux appui de Madame du Barry, maîtresse de Louis XV. Ledoux est un homme de son siècle, bercé par les principes des Lumières. Il voit dans le chantier d’Arc-et-Senans l’occasion pour lui d'appliquer cette pensée en construisant une cité industrielle idéale avec l’assentiment royal.

Plan de la Saline d'Arc-et-Senans par Ledoux
Plan de la Saline Royale d'Arc-et-Senans

La Saline royale d’Arc-et Senans est donc édifiée selon la philosophie des Lumières : l'harmonie des lieux doit favoriser une élévation de l'âme et créer un climat propice au travail et au bonheur collectif.

Ainsi, les sauniers vivent sur place, en autarcie presque complète, notamment grâce à des potagers aménagés derrière leurs logements. Leurs activités personnelles et professionnelles sont réparties dans un plan en demi-cercle avec au centre du système la maison du maître.
Cette dernière est également appelée « oculus » à cause de l’œil de bœuf qui orne son sommet et depuis lequel l’ensemble de l’exploitation est visible, conférant au maître une capacité de quasi-omniscience.

La maison du maître ©Rolf Süssbrich
Maison du maître, appelée "Oculus"

Le bâtiment d’entrée est celui des gardes. Il est lui aussi remarquable par son décor de grotte, qui rappelle le lieu d’extraction du sel.
La maison du maître et celle des gardes sont scandées de colonnes d’ordre dorique, très sobre, jugées en adéquation avec le sérieux d’une exploitation industrielle. 

Vue aérienne de la Saline ©JF Bidoli
La Saline vue du ciel

L’ensemble est construit entre 1775 et 1779. Lorsque que la Révolution éclate dix ans plus tard, Claude-Nicolas Ledoux est jeté en prison. C’est là qu’il rédige son ouvrage L'Architecture considérée sous le rapport de l'art, des mœurs et de la législation. Dans ce livre, il décrit une cité entière utopique construite autour des Saline d’Arc-et-Senans. Il imagine de fermer le cercle de la Saline, et autour, d'élever une ville irradiant de ce centre névralgique. Cette utopie s’inscrit dans cette époque de bouillonnement des idées, dans le sillage de l’architecte Etienne Louis-Boullée et de ses dessins de monuments chimériques.

Projet de Ledoux pour la ville de Chaux
Projet de Ledoux pour la construction d'une ville utopique autour de la Saline

Suite à des innovations industrielles qui rendent le site obsolète, l’exploitation du sel est stoppée en 1895 à Arc-et-Senans. Victimes d’un incendie en 1918, les bâtiments sont finalement rachetés par le département du Doubs qui évite leur destruction. En 1982, le site est classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO  et son ultime restauration et son aménagement se terminent en 1996.

Aujourd'hui les lieux accueillent trois musées (Sur le Sel, l'archiecte Ledoux et la Saline en elle-même) ainsi qu'un Festival des Jardins qui fait honneur à Ledoux, en exaltant l’utopie dans ses présentations !

Les Jardins de la Saline © Saline Royale

La Saline organise également des manifestations culturelles tout au long de l'année. Ce weekend, en ouverture des Journées du Patrimoine, le vendredi 18 septembre, elle accueille un concert du Festival Musique Besançon Franche-Comté. Ce festival de musique classique présentent de grands orchestres qui se produisent dans des salles et lieux de patrimoine de Franche-Comté. Il est soutenu, entre autres, par le CIC-EST.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la Saline Royale et sur le site Label-Industrie.

A lire également sur la Franche-Comté :
Le Jura dans tous ses états !

Copyright ©2016 J'aime mon patrimoine
Vidéos, articles, jeux… J’aime mon patrimoine, c’est votre lieu de découverte, de partage et de détente autour du patrimoine culturel français et de ceux qui le font vivre.
Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

Restricted HTML

  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.