Alors qu’il signe (encore) un plus bas dans les sondages, François Hollande mise sur un allié fidèle, pour être réélu en 2017 : sa bonne étoile. Pas si absurde et loin d’être inimaginable quand on connait la chance qu’il a eu jusqu’à présent.

Morning du 6 Mai, Sa chance, notre cauchemar

Alors qu’il signe (encore) un plus bas dans les sondages, François Hollande mise sur un allié fidèle, pour être réélu en 2017 : sa bonne étoile. Pas si absurde et loin d’être inimaginable quand on connait la chance qu’il a eu jusqu’à présent.

Source :

FRANCOIS LA BARAKA
Selon « les échos », le taux de popularité de François Hollande est tombé à un nouveau record, à 16%. Pourtant, il se dit dans les couloirs de l’Elysée que le président croit plus que jamais à sa réélection. Avec un nouveau slogan de campagne : « Ca va mieux ». Et s’il avait encore une fois la baraka ?
QUAND LES ASTRES S’ALIGNENT
Le Parisien nous énumère les 7 occasions, depuis 2011, où Hollande a pu compter sur sa bonne étoile : Le scandale du Sofitel bien sûr, la baisse des taux d’emprunt d’état en zone euro, et en particulier en France, la baisse du pétrole et de l’euro, le contrat Rafale en Egypte, le contrat de DNCS en Australie, et la récente baisse du chômage. Il devrait jouer au loto, plutôt que de se représenter…

UN DRAME ET UNE CONSÉQUENCE
Les gigantesques feux de forêts qui ravagent la province d’Alberta, au Canada, depuis trois jours paralysent la production de pétrole et poussent les prix du pétrole à la hausse. Hier, le WTI a dépassé les 46 dollars, au plus haut de l’année.

PLEIN POUVOIR
Les divergences apparues ces dernières semaines entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et son Premier ministre Ahmet Davutoglu ont eu raison du poste de ce dernier. Jeudi, le chef du gouvernement a annoncé son départ. Erdogan va maintenant nommer un Premier Ministre mou, qui se plie à ses idées. Avant de modifier la Constitution pour instaurer un système présidentiel ?

VICTOIRE EN TRUMP L’ŒIL ?
Après la victoire écrasante de Trump dans l’Indiana et le retrait de ses deux derniers rivaux, Ted Cruz et John Kasich, le milliardaire est désormais seul candidat pour aller affronter Clinton aux présidentielles. Pourtant, Trump doit maintenant rassembler le parti derrière lui, et notamment obtenir soutien et financements. Pas évident quand on a basé sa campagne sur des attaques contre l’establishement démocrate, mais aussi...
Lire la suite de cet article sur le site de Monfinancier.com
Copyright ©2016 MonFinancier (matinale)
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières

Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.