Le Brexit est passé ce week end d’un scénario catastrophe un peu fantaisiste à une hypothèse réaliste. Comme prévu, après le jeu de rôles à Bruxelles, la Grande Bretagne a obtenu son accord. On a maintenant une date. Et surtout on a le Maire de Londres, la ville qui en théorie aurait le plus à perdre en cas de Brexit qui va faire campagne pour le OUT.

Morning du 22 février, GOD SAVE EUROPE

Le Brexit est passé ce week end d’un scénario catastrophe un peu fantaisiste à une hypothèse réaliste. Comme prévu, après le jeu de rôles à Bruxelles, la Grande Bretagne a obtenu son accord. On a maintenant une date. Et surtout on a le Maire de Londres, la ville qui en théorie aurait le plus à perdre en cas de Brexit qui va faire campagne pour le OUT.

Source :

OUT?
Peu importe que Boris Johnson soit pro européen et n’ait pris sa décision que pour des raisons politiciennes et pour satisfaire son ambition de remplacer Cameron, le mal est fait. Et pendant 4 mois, on va avoir droit à un jeu quotidien de pronostics et surtout à l’analyse de toutes les conséquence possibles du Brexit.
Je vous avoue que le Brexit m'inquiète.
Même si en cas de victoire du OUT, l’Europe aura deux ans pour s’organiser, la sortie des Britanniques entraînera la sortie d’autres pays de l’Europe ou au mieux des chantages de certains membres pour obtenir des concessions. Je ne suis pas inquiet d’un point de vue économique. Ni pour la Grande Bretagne qui perdra peut être un peu de son business européen mais deviendra définitivement le hub totalement indépendant du business et de la finance internationale et la plaque tournante incontournable pour tous les pays émergents, ni pour l’Europe si la zone euro en profite pour renforcer les liens entre ses membres.

UN SEISME POLITIQUE ET FINANCIER
Mais c’est d’un point de vue politique que ce serait un tremblement de terre. Pour la Grande Bretagne d’abord qui verra sûrement l’Ecosse, farouchement européenne, prendre son indépendance, et pour l’Europe où tous les mouvements populistes prôneront la voie anglaise.
Il n' y a pas eu de panique ce matin sur les marchés.Je suis un peu surpris. Je m’attendais à une chute de la monnaie anglaise. Elle a un peu glissé mais il faut dire qu’avait déjà beaucoup chuté depuis un an. Et les indices boursiers pour l’instant réagissent peu. Le 23 Juin c’est peut être encore loin pour les investisseurs. Mais le Brexit va venir s’ajouter à tous les autres facteurs potentiels d’incertitude et une chose est sûre : nous sommes partis pour 4 mois de forte volatilité après un début d’année...
Lire la suite de cet article sur le site de Monfinancier.com
Copyright ©2016 MonFinancier (matinale)
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières

Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.