Les marchés ont structurellement et définitivement basculé: le pourcentage d'opérations effectué par des "machines" est écrasant. Et les machines sont accusés de tous les maux. Après les dernières journées de volatilité spectaculaire, notamment sur des actions comme Glencore ou Volkswagen, leur rôle est à nouveau pointé du doigt. Comme à chaque crise sur les marchés. Fantasme ou réalité?

Morning du 1 Octobre, MAN AGAINST THE MACHINE

Les marchés ont structurellement et définitivement basculé: le pourcentage d'opérations effectué par des "machines" est écrasant. Et les machines sont accusés de tous les maux. Après les dernières journées de volatilité spectaculaire, notamment sur des actions comme Glencore ou Volkswagen, leur rôle est à nouveau pointé du doigt. Comme à chaque crise sur les marchés. Fantasme ou réalité?

Source :

USUAL SUSPECTS
Les marchés continuent à être très agités et certains fonds sont montrés du doigt.
A chaque fois que la nervosité sur les marchés est à son comble, ce qui se traduit par des variations quotidiennes violentes à la hausse comme à la baisse sur des indices boursiers mais surtout sur des actions qui peuvent gagner ou perdre 20 ou 30% dans une journée, on se tourne vers les usual suspects : ces fonds qui privilégient la machine à l’homme. Cela fait des années maintenant que dans l’industrie massive des fonds spéculatifs, les fonds dit quantitatifs ou algorithmiques prennent une importance grandissante et représentent une très large marge majorité des transactions sur les marchés d’actions.

PAS D'EMOTION
Comment opèrent ils ?
Tout est parti de l’idée qu’on ne peut pas parier pour faire de la performance sur des hommes qui ont tendance à laisser leurs émotions prendre le pas sur leur raison et qui n’ont pas la capacité d’intégrer la masse de données nécessaires à des décisions rationnelles de trading. Des fonds ont donc développé des modèles et des algorithmes qui anticipent et spéculent sur les mouvements futurs en fonction des données sur les mouvements passés. Tout est informatisé et les algorithmes sont adaptés et modifiés en permanence. Ce que reproche évidemment les acteurs traditionnels du marchés, c’est que ces modèles exagèrent les tendances. Dans un monde old school, quand une action perd 10%, certains gérants traditionnels peuvent se précipiter pour l’acheter en fonction de sa valeur fondamentale, dans le nouveau monde, quand une action perd 10%, il y a de fortes chances que les machines continuent à l’enfoncer de 10% supplémentaires.

FANTASME OU REALITE
On a déjà accusé ces fonds d’avoir amplifié la chute...
Lire la suite de cet article sur le site de Monfinancier.com
Copyright ©2015 MonFinancier (matinale)
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières

Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.