Cela peut vous surprendre mais à 2 jours d'un referendum décisif pour la Grèce et la zone euro, on y voit plus clair.

Morning du 3 Juillet, GRECE: ON Y VOIT PLUS CLAIR

Cela peut vous surprendre mais à 2 jours d'un referendum décisif pour la Grèce et la zone euro, on y voit plus clair.

Source :

La précipitation des évènements ces derniers jours a eu un avantage majeur:on est moins dans le déni de réalité.Et c'est le FMI qui continue à asséner les vérités sur les solutions à la crise Grecque.
On ne connaît l'issue du referendum mais on voit mieux la suite des évènements
PLUS CLAIRE LA GRECE
Est-ce qu’on commence à avoir une idée plus claire de ce qu’il se pourrait se passer lundi après le referendum?
L’enseignement qu’on peut tirer des six derniers mois, c’est qu’avec la Grèce tout peut se produire, tout et n’importe quoi. Mais c’est vrai que les langues se délient. J’avais évoqué hier les fuites sur les rapports du FMI. Et le FMI a continué à s’exprimer hier ; cette fois officiellement. Et plusieurs choses sont claires. Pour une fois. Tout d’abord et on en a peu parlé, l’impact de ces mois d’incertitude a été dévastateur pour l’économie Grecque. Depuis le début d’année l’économie est au point mort et chaque jour qui passe coûte une petite fortune au pays. Une fortune qui lui faudra encore emprunter.

LES BESOINS DE LA GRECE
Est ce qu’on a une idée des besoins de la Grèce?
Oui. Là encore cela devient plus clair. Selon le FMI, on ne parle plus d’une aide de 10 ou 20 milliards d’euros mais de 60 milliards d’euros au minimum. 60 milliards d’euros. Une somme colossale. Et enfin la solution. Si les Grecs veulent restent dans la zone euro, qu’ils votent oui ou non, ils seront contraints d’accepter des sacrifices supplémentaires mais ils seront surtout contraints de construire les fondements d’une véritable administration, fiscale notamment.

LE DEAL EN CAS DE OUI
En échange de nouvelles aides.
Mais pas seulement. Le FMI est revenu à nouveau à la charge hier sur la dette Grecque. Les Grecs ne pourront jamais la rembourser, on le sait. Il faudrait en éliminer la moitié, au moins. Mais c’est impossible car tous les autres pays d’Europe du Sud demanderaient le même traitement. Ce que propose le FMI c’est de repousser l’échéance de la dette aux calendes Grecques. La dette...
Lire la suite de cet article sur le site de Monfinancier.com
Copyright ©2015 MonFinancier (matinale)
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières

Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

Restricted HTML

  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.