Le ministre des Finances Grec a présenté hier son projet de restructuration de la dette. Il a momentanément abandonné son exigence de suppression d'une partie de la dette et propose un échange de la dette actuelle contre une dette perpétuelle et une dette dont le remboursement serait lié à la croissance économique. En Espagne, l'inquiétude commence à se propager.

Morning du 3 février, LA CONTAGION GRECQUE

Le ministre des Finances Grec a présenté hier son projet de restructuration de la dette. Il a momentanément abandonné son exigence de suppression d'une partie de la dette et propose un échange de la dette actuelle contre une dette perpétuelle et une dette dont le remboursement serait lié à la croissance économique. En Espagne, l'inquiétude commence à se propager.

Source :

L'ESPAGNE SOUS PERFORME
Alors que les indices boursiers européens ont bien progressé depuis le début d’année, un pays fait du surplace : l’Espagne. Les actions espagnoles n’ont pas profité de l’annonce de la Banque Centrale Européenne. Et pourtant les indicateurs économiques sont plutôt favorables comme on l’a vu hier avec l’indice des directeurs d’achat. La raison est simple : les investisseurs craignent le risque de contagion et un effet Syriza sur le parti d’opposition Podemos.

LES TAUX RESTENT BAS
On est en dessous de 1.50% à 10 ans. Un taux inimaginable. Mais les investisseurs savent que la BCE soutiendra la dette espagnole en cas de crise politique et personne n’envisage la possibilité d’une sortie de l’ Espagne de la zone euro. Non, la crainte c’est que le gouvernement Grec obtienne des concessions sur sa dette de la part de l’Europe, que cela amplifie la progression déjà forte de Podemos aux prochaines élections et qu’on ait en Espagne une politique anti business et anti entreprises. L’Espagne est le pays qui regarde la situation Grecque avec le plus d’attention en Europe.

LE PORTUGAL N'EST PAS DANS LA TOURMENTE
C’est d’ailleurs très étonnant. Le Portugal avait été un des premiers victimes de la contagion de la crise de la dette grecque et le Portugal avait du demander l’aide de l’Europe. Or, on n’en parle pas, mais le Portugal va voter lui aussi. Cet automne. Mais pour l’instant les partis traditionnels sont en position de force. Coalition de centre droit et de gauche traditionnelle sont au coude à coude dans les sondages. Les partis extrêmistes n’ont pas profité de la crise et le Portugal continue à faire figure de bon élève au sein de la zone euro. Au moins un pays dont on n’aura pas à s’inquiéter si l’Europe cède à la Grèce.

MACRON...
Lire la suite de cet article sur le site de Monfinancier.com
Copyright ©2015 MonFinancier (matinale)
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières

Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

Restricted HTML

  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.