Les impôts et les Français, une relation tumultueuse qui s’est dégradée ces dernières années… Le «haut-le-cœur fiscal», des Français a été intense au cours de ces deux années, les pouvoirs publics n'ont cessé d'en appeler à l'effort collectif pour redresser la situation économique du pays. Mais promis juré, le gouvernement a promis qu’il n’augmentera pas les impôts d’ici à 2017.

Fiscalité, les ménages modestes seront les gagnants de 2015

Les impôts et les Français, une relation tumultueuse qui s’est dégradée ces dernières années… Le «haut-le-cœur fiscal», des Français a été intense au cours de ces deux années, les pouvoirs publics n'ont cessé d'en appeler à l'effort collectif pour redresser la situation économique du pays. Mais promis juré, le gouvernement a promis qu’il n’augmentera pas les impôts d’ici à 2017.

Source :

Suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu

Le « ras-le-bol » fiscal des contribuables les plus modestes a fait écho dans les rangs du gouvernement. La pause fiscale sera actée pour ces ménages avec la suppression de la 1ère tranche de l’impôt sur le revenu.

Cette mesure phare du gouvernement repose sur une refonte du millefeuille fiscal dont le coût est évalué à 3,187 milliards d’euros. En plus de la réduction d’impôt accordée en septembre en faveur des ménages modestes, le gouvernement propose de renforcer cette mesure avec la suppression de la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu. Cette mesure permettra à 3 millions de ménages de «?sortir?» de l’impôt et de réduire la note fiscale pour 6,1 millions d’autres foyers fiscaux.

S’ajoute à ces mesures, une majoration de la décote, une correction de l'impôt en cas de faibles ressources. La majoration de la décote permet de ne pas pénaliser les ménages entrant dans le champ de l’impôt sur le revenu.

Le taux de CSG pour les chômeurs et les retraités dépendra du revenu

La modification du mode de calcul de la CSG pour les retraités et chômeurs fera certes 700.000 gagnants, notamment issus catégories moyennes inférieures mais 460.000 autres contribuables appartenant aux catégories moyennes supérieures et aisées, seront pénalisés. Pour assurer une « équité » entre contribuables, le nouveau dispositif présenté par le Gouvernement comme « plus équitable et cohérent avec la logique de progressivité » retiendra à compter de l’an prochain un critère de revenu et non plus le montant d’impôt acquitté par le contribuable.

Ce seuil sera fixé à un niveau légèrement supérieur à celui correspondant à l’imposabilité à l’impôt sur le revenu en 2014, soit 13 900 euros pour une personne seule sans demi-part supplémentaire. Ainsi, ce sont 460 000 contribuables dont le revenu est supérieur à ce seuil et qui bénéficiaient avant du taux réduit « grâce aux réductions d’impôt », qui seront soumis au taux normal. Dans le même temps, les 700.000 personnes concernées par la réduction d'impôt de 2014, bénéficieront d'une baisse de leur taux de CSG l’an prochain.

Redevance télé

Regarder son émission favorite coûtera un peu plus cher en 2015. Après une hausse sans précédent de 6 euros en 2013 et de 2 euros cette année, le gouvernement prévoit en 2015, de porter à 136 euros la contribution à l'audiovisuel public en métropole et à 86 euros dans les départements d’outre-mer.
Copyright ©2014 MonFinancier
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières
Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.