Les marchés financiers sont à un tournant majeur. Car après six années de stimuli monétaire, marquée par des dizaines de milliards d’injection de liquidités, la banque centrale devrait, sauf coup de théâtre, cesser cette semaine d’acheter des actifs financiers. Mais le sevrage monétaire pourrait être compliquée à digérer par les marchés, l’atterrissage a intérêt de se faire tout en douceur.

Morning du 29 Octobre, Les marchés au pied du mur

Les marchés financiers sont à un tournant majeur. Car après six années de stimuli monétaire, marquée par des dizaines de milliards d’injection de liquidités, la banque centrale devrait, sauf coup de théâtre, cesser cette semaine d’acheter des actifs financiers. Mais le sevrage monétaire pourrait être compliquée à digérer par les marchés, l’atterrissage a intérêt de se faire tout en douceur.

Source :

LE GRAND SAUT
Dans l’inconnu. Encouragée par une croissance américaine de l’ordre de 3%, la Fed considère que la reprise est suffisamment solide pour se passer de son soutien. Mais l'arrêt des injections de liquidités soulève de nombreuses questions: La Bourse est-elle menacée? Risque-t on un krach obligataire? Le dollar est-il à l’aube d’un nouveau règne? Comment la Fed va-t-elle réduire son bilan? Et quel sera l’impact sur la zone euro. Les Echos nous livre quelques pistes de réflexion pour lever le voile sur ses incertitudes.

LA FRANCE ÉVITE LE COUPERET
En sortant de son chapeau 3,6 milliards d'euros dans son budget 2015, la France évite in extremis d'être recalée par la commission européenne de Bruxelles. Mais si la commission a estimé que les derniers efforts étaient acceptables, elle maintient la pression sur la nécessité de réformes profondes pour que l'objectif d'un déficit de 3% du PIB soit respecté...un jour.

PAS DE FRONDE SUR LE BUDGET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE...
L'Assemblée Nationale a adopté le projet de loi de financement pour la Sécurité sociale. Un projet sensible puisqu'il prévoit notamment l'allégement des cotisations patronales prévu dans le pacte de responsabilité, critiqué depuis plusieurs mois par les frondeurs qui ont pris leur courage à deux mains et...se sont abstenus.

MAIS UN PATRONAT FURIEUX
Un amendement au budget de la Sécurité sociale prévoit de soumettre les dividendes versés par les SA et les SAS au paiement des cotisations sociales. Jusqu'alors, ces dividendes étaient soumis aux prélèvements sociaux sur les revenus du capital, soit un taux de 15,5 %, bien inférieur à celui appliqué aux rémunérations salariales. Une décision qui a été prise pour éviter les abus car certains dirigeants créent des...
Lire la suite de cet article sur le site de Monfinancier.com
Copyright ©2014 MonFinancier (matinale)
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières

Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.