Un Boeing de la Malaysia Arlines avec 298 passagers à son bord a été abattu hier, à Donestk dans l’Est de l’Ukraine, contrôlé par les séparatistes. Un crash qui replace sous les feux des projecteurs, un conflit que beaucoup croyaient en passe d’être résolu. Une chose est sure, l’avion de ligne a été abattu par un tir de missile. Seule l’origine du tir est encore incertaine, l’Ukraine et les séparatistes pro-Russes se rejetant la responsabilité, au risque de provoquer une nouvelle crise internationale.

Morning du 18 Juillet, Mayday

Un Boeing de la Malaysia Arlines avec 298 passagers à son bord a été abattu hier, à Donestk dans l’Est de l’Ukraine, contrôlé par les séparatistes. Un crash qui replace sous les feux des projecteurs, un conflit que beaucoup croyaient en passe d’être résolu. Une chose est sure, l’avion de ligne a été abattu par un tir de missile. Seule l’origine du tir est encore incertaine, l’Ukraine et les séparatistes pro-Russes se rejetant la responsabilité, au risque de provoquer une nouvelle crise internationale.

Source :

A QUI LA FAUTE ?
Pour l’heure impossible de savoir avec certitude si le missile a été tiré par les séparatistes prorusses, ou ukrainiennes. Chacun des camps se renvoie la balle et accuse l’autre de la responsabilité de l’attentat. Les séparatistes prorusses eux sont sur la sellette puisque cette région de Donetsk à l'Est de l'Ukraine, est une zone de conflit entre séparatistes prorusses et l'armée ukrainienne. Alexandre Borodaï, chef du gouvernement de la « République populaire » autoproclamée de Donetsk, a déclaré que «?l’avion de ligne avait été abattu par l’armée ukrainienne?». Moscou a enfoncé le clou. Pour le président russe, l'Ukraine «porte la responsabilité de cette terrible tragédie». Kiev de son coté, accuse la Russie et les séparatistes.

RISQUE D’EMBRASEMENT
Il restait très difficile de savoir s’il s’agissait d’une erreur de tir ou d’une intention délibérée d’abattre un appareil civil, mais une chose est sûre, un tir délibéré dans le seul but de nuire serait considéré comme un acte de guerre par la communauté internationale, susceptible de provoquer une onde de choc mondiale. Les dirigeants occidentaux réclament à l'unisson une enquête internationale sous l’égide de l’ONU.

REGAIN DE NERVOSITÉ SUR LES PLACES MONDIALES
Signe de la nervosité des investisseurs, Wall Street et les places européennes ont dégringolé. Le VIX, l'indice de la volatilité a bondi de 32% à 14,54 points, sa plus forte hausse depuis avril 2013, tandis que l'once d'or bondissait de 1,5% profitant ainsi de son statut de valeur refuge. Sur le marché pétrolier, le brut léger américain a fini en hausse de près de...
Lire la suite de cet article sur le site de Monfinancier.com
Copyright ©2014 MonFinancier (matinale)
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières