Les turpitudes du secteur bancaire portugais ou encore les craintes sur la solidité de la reprise économique ont rapidement laissé place aux publications financières et opérations financières en tout genre, qui se bousculent à Wall Street. Quant à la fin de la distribution gratuite de dope monétaire, la grande question qui rythme les marchés, pas d’inquiétude, ce n’est pas pour tout de suite.

Morning du 16 Juillet, Business as usual

Les turpitudes du secteur bancaire portugais ou encore les craintes sur la solidité de la reprise économique ont rapidement laissé place aux publications financières et opérations financières en tout genre, qui se bousculent à Wall Street. Quant à la fin de la distribution gratuite de dope monétaire, la grande question qui rythme les marchés, pas d’inquiétude, ce n’est pas pour tout de suite.

Source :

LA FEMME QUI MURMURAIT A L’OREILLE DU MARCHE
La présidente de la Réserve fédérale américaine, (Fed), Janet Yellen, est restée très évasive sur la date à laquelle la banque centrale américaine pourrait commencer à relever ses taux. Alors qu’elle liait le relèvement des taux directeurs à la baisse du chômage, elle estime désormais qu’"Il n'existe aucune formule mécanique", pour décider du calendrier.

CARTON PLEIN
Goldman Sachs a explosé le consensus au deuxième trimestre en dégageant un bénéfice net de 2,04 milliards de dollars, contre 1,93 milliard de dollars à la même période de l'exercice précédent. Un peu moins bien du coté de J.P. Morgan Chase (JPM) qui a accusé une baisse de 7,9% de son bénéfice net au deuxième trimestre, toujours pénalisé par les faibles revenus de l'activité de trading. Sur le seul deuxième trimestre, le bénéfice net atteint la modique somme de 6 milliards de dollars.

LA BULLE DES TECHNOS ?
Des mois que l’on vous répète que les valorisations de certaines technos dépassent l’entendement. La Fed vient de nous emboiter le pas, et pas n’importe qui puisque c’est la patronne en personne, Janet Yellen qui a jeté un pavé dans la mare en déclarant devant le Sénat que « La valeur boursière de certaines sociétés internet était très "exagérée". " Une mise en garde qui intervient alors que de grands noms de la Silicon Valley ont levé de vastes sommes d'argent en dépit de doutes sur la viabilité de leur modèle économique, suscitant des craintes d'une nouvelle bulle internet.

EN PARLANT DE BULLE…
Le très populaire réseau social japonais Line, qui revendique quelque 470 millions d'abonnés, et une croissance insolente de 233%, a déposé un dossier pour entrer à la Bourse de Tokyo cet automne, avec une...
Lire la suite de cet article sur le site de Monfinancier.com
Copyright ©2014 MonFinancier (matinale)
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières