Soit 125,82 euros par par m2 assuré, c'est-à-dire en tenant compte des parties communes. Ce montant s’établit à 2.093 euros dans les Hauts-de-Seine, 2.078 euros dans le Val-de-Marne et 2.016 euros en Seine-Saint-Denis, soit 9 à 12% de moins que dans la capitale.

Immobilier, vivre en copropriété à Paris coûte cher…

Soit 125,82 euros par par m2 assuré, c'est-à-dire en tenant compte des parties communes. Ce montant s’établit à 2.093 euros dans les Hauts-de-Seine, 2.078 euros dans le Val-de-Marne et 2.016 euros en Seine-Saint-Denis, soit 9 à 12% de moins que dans la capitale.

Source :

Ainsi, la moyenne des charges, hors dépenses et charges exceptionnelles s’établit à 2 089 euros par lot et par an dans le Grand Paris, soit 174 euros par mois. Pourquoi une telle disparité entre les copropriétés parisiennes et franciliennes ? Le chauffage collectif reste le premier poste de dépense pour une copropriété. Un copropriétaire a dû débourser en moyenne 489,43 euros en 2013 pour se chauffer, contre 453,80 euros pour l'ensemble de l'Ile-de-France. L’Essonne est en-dessous de la moyenne à 372 euros par lot. L’ancienneté des immeubles est à l’origine de ce grand écart : 60% des immeubles parisiens ont été construits avant 1918, contre 3 % dans l’Essonne. A contrario, les immeubles construits après 1960 sont plus faiblement représentés à Paris (18 %) et plus fortement représentés dans l’Essonne (81 %).

L’entretien de l’immeuble, c’est-à-dire les salaires et charges, arrive en deuxième position avec une moyenne qui s’élève à 307 euros par lot. Mais derrière cette moyenne, tous les copropriétaires d’Ile-de-France ne sont pas logés à la même enseigne. Paris affiche la moyenne la plus élevée à 383 euros par lot tandis que le Val de Marne la plus basse à 262 euros par lot.

«Le premier constat qui s’impose à l’analyse est que le niveau des charges est dépendant de l’implantation géographique de l’immeuble. Le niveau des charges est le plus élevé à Paris sur les postes assurances, salaires et honoraires. Nous constatons une diminution globale des charges au fur et à mesure que l’on s’éloigne de Paris», explique Gilles Ricour de Bourgies, Président de la FNAIM du Grand Paris.
Copyright ©2014 MonFinancier
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières