Ainsi, en avril, les intérêts d’emprunt sur 15 et 20 ans ont ainsi reculé de 0.10 point et ceux sur 25 ans de 0.15 point.  Le taux moyen sur 15 ans  repasse sous la barre des 3% à 2,90% quand ceux sur 20 ans ressortent à 3,20% et 3,60% sur 25 ans. « Pour rappel quand on vous annonçait des taux historiques en juin, celui-ci ne dépassait pas cette limite symbolique normalement réservée aux meilleurs dossiers. » lance Empruntis. Et pour le courtier, ce mouvement n’est pas prêt de s’arrêter tout de suite d’après ses analyses.

Immobilier, les taux continuent de sombrer vers le bas

Ainsi, en avril, les intérêts d’emprunt sur 15 et 20 ans ont ainsi reculé de 0.10 point et ceux sur 25 ans de 0.15 point. Le taux moyen sur 15 ans repasse sous la barre des 3% à 2,90% quand ceux sur 20 ans ressortent à 3,20% et 3,60% sur 25 ans. « Pour rappel quand on vous annonçait des taux historiques en juin, celui-ci ne dépassait pas cette limite symbolique normalement réservée aux meilleurs dossiers. » lance Empruntis. Et pour le courtier, ce mouvement n’est pas prêt de s’arrêter tout de suite d’après ses analyses.

Source :

Pour Barbara Coumaros, directrice de la communication d’Empruntis.com, ces chiffres ne sont pas seulement une bonne nouvelle pour les candidats à la propriété, ils devraient aussi redonner le sourire au secteur « dans un contexte économique dégradé avec un marché immobilier grippé, cette nouvelle baisse peut représenter une bouffée d’oxygène pour les professionnels de l’immobilier ».

En hausse le mois dernier, le courtier craignait que les OAT ne poursuivent leur remontée, finalement ces taux auxquels empruntent les banques ont reculé à nouveau en avril. « Les OAT sont redescendus à 1,97% (contre 2,13% le mois dernier) » note Barbara Coumaros. Effet de ricochet oblige, en empruntant moins cher, les banques prêtent moins cher et la plupart ont donc déjà répercuté la baisse des OAT sur leurs taux d’intérêt.

Autre élément justifiant cette baisse avancé par le courtier : les établissements de crédit n’ont pas encore rempli leurs objectifs de vente , ils cherchent donc à attirer de nouveaux clients avec des offres alléchantes. « L’acquisition d’une résidence principale représente la meilleure occasion pour une banque de capter de nouveaux clients prêts à changer d’établissement pour bénéficier de taux favorables » souligne notre porte-parole.
Copyright ©2014 MonFinancier
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières