Le Crédit Agricole ne change pas ses prévisions. Comme annoncé en janvier, la banque verte anticipe toujours une légère contraction des prix des logements en France. Elle prévoit des prix en baisse de 3% en 2014, ce qui porte à 7% le repli cumulé entre fin 2011 et fin 2014.

Immobilier, Crédit Agricole anticipe (toujours) une légère contraction des prix des logements en 2014

Le Crédit Agricole ne change pas ses prévisions. Comme annoncé en janvier, la banque verte anticipe toujours une légère contraction des prix des logements en France. Elle prévoit des prix en baisse de 3% en 2014, ce qui porte à 7% le repli cumulé entre fin 2011 et fin 2014.

Source :

Du côté des volumes de transactions, l’étude annonce une stabilisation pour cette année. Pourquoi cette bonne tenue relative du marché immobilier français ? Selon le Crédit Agricole, si les facteurs conjoncturels ont été globalement négatifs, ils ne se sont pas accentués pour autant. « D'autre part, les ‘fondamentaux’ et les taux de crédit habitat ont joué positivement. » ajoute Olivier Eluère, économiste au Crédit Agricole. Les taux devraient continuer « à progresser modérément en 2014 » indique la banque. « 2,40% en décembre 2013 après un plus bas à 1,8% en avril-mai. Après un nouveau repli en février mars, à 2,2%, ils remonteraient vers 2,85% fin 2014. L’appréciation des taux longs américains et l’apaisement des inquiétudes sur les marchés des dettes souveraines en zone euro favorisent la hausse des taux longs allemands et français » explique la banque. « Mais ce rebond restera lent et modéré du fait des inquiétudes géopolitiques, de la modération de la reprise européenne, de la faiblesse de l’inflation et des anticipations prudentes en matière de taux court. » poursuit Olivier Eluère. « L’évolution des taux de crédit habitat sera déterminante pour le marché immobilier en 2014. Le plus probable est qu’elle soit lente et graduelle. Toutefois, si les taux obligataires remontaient fortement et si ce mouvement était répercuté sur les taux de crédit, la correction du marché pourrait devenir significative » avait averti l’économiste en janvier dernier. Ces craintes sont toujours d’actualité puisque la banque verte n’exclut pas ce scénario de remontée « brutale » des taux français même s’il lui parait « peu probable »
Copyright ©2014 MonFinancier
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières