Les premiers effets secondaires de la loi Alur pour l'accès au logement et un urbanisme rénové pointent le bout de leur nez…   L’Association des responsables de copropriété (ARC) tire la sonnette d’alarme dans ‘Le Parisien’ en évoquant une prochaine envolée des tarifs des syndics.

Immobilier, vers une hausse prochaine de 20% des tarifs des syndics ?

Les premiers effets secondaires de la loi Alur pour l'accès au logement et un urbanisme rénové pointent le bout de leur nez… L’Association des responsables de copropriété (ARC) tire la sonnette d’alarme dans ‘Le Parisien’ en évoquant une prochaine envolée des tarifs des syndics.

Source :

Lors du débat précédant le vote de la loi Alur, les syndics avaient déjà indiqué qu’ils allaient procéder une revalorisation de leurs honoraires. Ils vont donc mettre leur menace à exécution, selon ‘Le Parisien’. L’ARC met en garde les huit millions de propriétaires qui seront touchés par cette hausse des tarifs pouvant atteindre 20%. « Les syndics ont commencé à réunir les présidents de conseils syndicaux pour leur annoncer une future hausse des tarifs de 20% », alerte mercredi Bruno Dhont, le directeur général de l'ARC. La Fnaim d’Orléans tout comme Nexity devaient procéder à une hausse des prix de cette envergure. Les syndics justifient cette envolée des prix par « le manque à gagner qu’entrainera la future obligation légale de ne plus pouvoir un seul compte, qui est généralement rémunéré) pour tous tes clients, mais un compte séparé par copropriété. Selon eux cela serait source de frais supplémentaires » rapporte le quotidien. Mais pour l’ARC, la raison est tout autre : « ils anticipent le futur décret qui corsètera désormais tous leurs honoraires. » puisque selon ce texte, « ces frais ne devraient pas dépasser 10% du forfait » explique ‘Le Parisien’. Selon une récente étude réalisée par l'ARC, si le forfait annuel-qui inclut généralement l'organisation de l'assemblée générale, ou le suivi des travaux-,s'élève en moyenne à 140 euros pour un lot, les frais, eux, montent en moyenne à 100 euros, pour l'envoi de courrier et de gestion de documents. En attendant, l’association recommande aux propriétaires de faire obstruction. « Râlez, refusez toute hausse de plus de 5% et rediscutez tous les frais ! », préconise le directeur général de l'ARC.
Copyright ©2014 MonFinancier
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières