Les banques partent à la chasse des primo-accedants. Et pour les appâter, les établissements financiers usent de ruses pour les prendre dans leurs filets. Taux plus faible et durées d’emprunts plus longues, tel est l’arsenal pour assurer leurs rentes, selon une enquête d’ ‘Europe 1’ réalisée en partenariat avec le ‘Nouvel Observateur’.

Immobilier, les jeunes, la nouvelle cible convoitée par les banques

Les banques partent à la chasse des primo-accedants. Et pour les appâter, les établissements financiers usent de ruses pour les prendre dans leurs filets. Taux plus faible et durées d’emprunts plus longues, tel est l’arsenal pour assurer leurs rentes, selon une enquête d’ ‘Europe 1’ réalisée en partenariat avec le ‘Nouvel Observateur’.

Source :

Les seules contraintes que l’on impose à un primo-accédant est : avoir une situation stable et des rentrées d’argent régulières. Une fois ces conditions remplies, le plus dur est passé. Le chemin vers l’achat immobilier est donc tout tracé... Les banques ne sont pas devenues subitement enclines à la philanthropie. « Le marché immobilier évolue dans une tendance baissière. De plus, les taux sont bas, donc les marges sur le crédit déjà bas. Afin de remplir leurs caisses, les banques cherchent donc à élargir leur portefeuille de clients et à fidéliser les nouveaux pour la plus grande période possible » révèle l’enquête. L’établissement financier cherche donc une fidélisation gagnante. Une banque qui s’engage pendant 25 à 30 ans avec un jeune aura toutes les chances d'être sollicitée ensuite pour financer des travaux ou l'achat d'une nouvelle voiture, ouvrir des livrets d’épargne, souscrire des assurances vies, etc.
Copyright ©2014 MonFinancier
Conseil Financier indépendant : avec Marc Fiorentino les solutions patrimoines, les solutions boursières, les solutions immobilières