Bruxelles : "est-ce que ça va s’arrêter ?" se demande un rescapé du 13 novembre

Les attentats terroristes de Bruxelles du 22 mars dernier laissent des traces sur la vie de tous les Belges, qu’ils vivent au pays ou qu’ils se trouvent à des kilomètres du cœur des attaques. Les témoignages se multiplient dont notamment ceux d’autres rescapés de précédents attentats similaires.


Franck - un rescapé des attentats du 13 novembre, qui se trouvait à la Belle Equipe le soir-même où les explosions ont fait ravage à Paris et dans sa périphérie, ne peut s’empêcher de repasser les mêmes violences dans sa tête.

Pour Franck, que les attaques terroristes aient eu lieu à Paris, en Belgique ou ailleurs, les sensations restent les mêmes.

C’est également le cas pour Cédric - un designer, lui aussi rescapé du Bataclan où 1500 fans du groupe de rock américain Eagles of Death Metal ont été fusillé par trois djihadistes le 13 novembre 2015. Cet homme se désole de ne pas avoir encore guéri des douleurs laissées par ces récents attentats alors que les mêmes atrocités frappent à nouveau.

« Ca réveille des douleurs qui sont toutes récentes…C’est remonté à la surface…On replonge encore dans toute cette histoire alors qu’on est en train de tout faire pour en sortir. »

Mais malgré tout, Cédric comme Frank pense qu’il faut toujours garder la tête haute quoi qu’il arrive.

Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.