Mortalité des abeilles: les apiculteurs lancent un cri d’alarme

C’est la catastrophe pour les apiculteurs du Sud-est de la France. Ils ont perdu près de 84% des colonies durant l’hiver alors que le taux de mortalité devrait tourner autour de 20%. Dans le Pays de Crau, cette perte s’élève à 800 ruches, un nombre qui alerte les exploitants.


L’un de ces éleveurs s’exprime, espérant se faire entendre par les autorités. Rémy Giavelli vit dans l’Isère. Il a subi une très lourde perte sans pouvoir en affirmer les causes. Mais il soupçonne les produits chimiques, principalement les phytosanitaires, comme étant responsables des dégâts. Selon lui, le taux de mortalité qui a soudainement grimpé au cours de cet hiver n’a rien de naturel. Au lancement de chaque nouvel atomiseur, les apiculteurs se sentent piétinés selon les propres mots de Rémy. Il explique que la pulvérisation de ces produits visant à protéger les cultures n’est pas sans impact sur les abeilles. A plus forte raison lorsqu’elle est effectuée en plein jour et durant les périodes de floraison. Les butineuses inhalent et ingèrent des poisons mortels.

Les apiculteurs de Provence tirent la sonnette d’alarme en demandant à ce que des analyses soient effectuées sur les produits qui portent préjudice à l’apiculture. Leur requête s’adresse principalement aux autorités qui pourront déterminer avec exactitude les causes réelles et les responsables de ces décès inexpliqués. Les exploitants de ruches espèrent qu’un plan de protection des abeilles soit rapidement mis en œuvre, faute de quoi leurs efforts seront tout simplement vains.

 

Il n'y a aucun commentaire sur cette page pour l'instant. Nous vous invitons à en laisser un dès à présent.

Publiez votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h4> <h5> <h6>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.